Festival du Monde Arabe
Nouvelle Publié le

20 ans du Festival du Monde Arabe | 6 grands spectacles à voir!

Le Festival du Monde Arabe fête son 20e anniversaire cette année! Ayant pour thème «Au midi du monde – 20 ans d’acrobaties», le festival se fait saltimbanque et présente sa foule de spectacles et d’activités pendant presque un mois (du 25 octobre au 17 novembre). Sors-tu.ca vous offre un aperçu de six grands spectacles de ce festival dédié à la rencontre du monde arabe et occidental! Joignez-vous à la caravane qui parcourra cette route des épices dansante et musicale…

20 ans cette année: un festival résilient

Le Festival du Monde Arabe ne se spécialise certes pas dans les arts du cirque, mais fait une métaphore en prenant l’acrobatie comme thème de ses 20 ans, soulignant par le fait même sa grande résilience. Le communiqué de presse indique que le Festival, «[…] Pour échapper à l’emprise d’un réel hostile et menaçant, n’a pas hésité à se livrer à toutes sortes de contorsions et de gymnastiques, dans un sourire artiste et une allure combative.» Alors, le spectacle continue, malgré les différents aléas et les années difficiles. Le FMA refuse d’abdiquer et de baisser les bras. Cette année, il accorde une place de choix à la femme, tout en présentant des hommages à des figures marquantes, proposant aussi de nombreuses découvertes. Une semaine supplémentaire d’activités est également mise en place en 2019!

Et la femme chanta Dieu

Après ses deux créations phares Le Cercle de l’Extase (2003) et Dieu en 3D (2011), le FMA propose de compléter sa «trilogie» du féminin sacré, avec Et la femme chanta Dieu. Trois chanteuses (Françoise Atlan, Dorsaf Hamdani et Ghada Shbeir) et plus de 25 musiciennes, choristes et danseuses, dont une derviche tourneuse (danseuse d’origine soufie), seront réunies au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. En provenance de la France, de la Tunisie, du Liban et du Québec, ces femmes feront entendre une fusion de chants sacrés, issus de trois religions monothéistes (judaïsme, christianisme, et islam). Un spectacle d’ouverture qui promet!

Oum par Elles – Hommage à Oum Kalthoum

Surnommée «l’Astre d’Orient» ou «la Voix du Caire», Oum Kalthoum (1898-1975) est considérée comme une légende de la chanson arabe. Cumulant 50 ans de carrière, cette grande artiste égyptienne a causé un bouleversement sans précédent par son courage, sa détermination et sa profonde originalité. Un hommage lui sera présenté, à travers un récit poétique et visuel, lors du spectacle de clôture. Trois voix exceptionnelles se rejoindront, dans cette relecture moderne et intimiste: Farida Mohammad Ali (chanteuse irakienne se produisant dans l’ensemble Maqam), Yasmine Ali (étoile montante en provenance d’Alexandrie) et Meherzia Touil (chanteuse tunisienne ayant participé à The Voice). Oum Kalthoum: un mythe qu’on ne risque pas d’oublier.

Raconte-moi la Syrie

Que dirait-on de la Syrie, si on devait l’expliquer? Est-ce ce pays rempli d’atrocités, aperçues rapidement lors des bulletins de nouvelles? Ou est-ce cet ancien rêve de cités foisonnantes, ce lointain souvenir du berceau des civilisations? Raconte-moi la Syrie propose au public de (re)découvrir le pays. Deux chanteurs syriens d’exception, Waed Bouhassoun et Khaled Al Hafedh, puiseront dans leur répertoire traditionnel pour présenter ce récit ambitieux. Ils seront accompagnés des danseurs et chorégraphes Shahrokh Moshkin-Galam et Inka Strobl. Ce grandiose poème musical avec projections visuelles invitera les gens à plonger dans les différents aspects de cette terre si évoquée, mais si méconnue.

Abozekry Project

Après avoir participé au FMA il y a trois ans, Mohamed Abozekry est de retour à Montréal! Ce jeune prodige de oud (instrument à cordes aussi appelé luth oriental) mêle le jazz et le blues à la musique orientale. Prolifique explorateur de cet instrument (et disciple de Naseer Shamma) dès son plus jeune âge, il n’en est pas à son premier défi. Libre de toutes contraintes, il présentera une création inédite et spécialement concoctée pour le FMA avec des musiciens québécois (François Bourassa au piano, Érik Hove au saxophone, Patrick Graham aux percussions, Frédéric Alarie à la contrebasse et Kevin Warren à la batterie). On est bien curieux d’entendre cette rencontre entre l’Égypte et le Québec avec Abozekry Project!

Romance à l’arabe

Abdel Halim Hafez, chanteur et acteur égyptien, a incarné une figure masculine romantique, se tenant bien loin du «cliché de l’amant arabe». Très populaire durant les années 50, jusqu’aux années 70, il fut surnommé le «Rossignol Brun». Éternel séducteur, amoureux fou au timbre suave, il a fait rêver des générations, et a marqué l’histoire des comédies musicales arabes. Dans un duo audacieux, le chanteur tunisien Mohamed Jebali et la chanteuse marocaine Leïla Gouchi ramèneront à la vie les plus belles chansons de ce crooner. Romance à l’arabe, un moment tout en douceur, pour vivre le tarab (pouvant se traduire par «ivresse artistique» ou «euphorie musicale»)…

La route de Zyriab: un spectacle de Naseer Shamma et le Orontes Guitar Quartet

Né à Mossoul (Irak) en 789 et mort à Cordoue (Espagne) en 857, Ziryab, dit «L’Oiseau Noir», a été l’une des principales figures de la musique arabo-andalouse. Ce musicien et savant d’origine perse a également été poète, linguiste, astronome et géographe. À travers cette collaboration créée pour le FMA, le légendaire oudiste irakien Naseer Shamma et le Orontes Guitar Quartet (en provenance de Damascus) exprimeront leur admiration sans bornes pour Ziryab, en retraçant son riche héritage musical. On pourra donc entendre ces riches sonorités issues du métissage des cultures à la Salle Claude-Champagne de l’Université de Montréal.

Le Festival du Monde Arabe met de l’avant une programmation diversifiée, avec un volet cinéma présenté au Cinéma du Parc, et un salon de la culture permettant bien des découvertes. Des tables rondes, débats, expositions et conférences seront offerts, en plus des arts de la scène.

En tout, on pourra assister à une cinquantaine de spectacles! Petit survol de quelques événements: on retrouvera El Djenadia, un orchestre de onze chanteuses et musiciens provenant de Boufarik qui présentera de la musique classique algérienne. Aussi, Arx, Oktoecho & Anouar Berrada, une création de l’infatigable compositrice et chef d’orchestre du FMA Katia Makdissi-Warren, combinera la musique soufie, le jazz et classique. Le duo classique Ayoub Sisters, venu d’Écosse et possédant un héritage égyptien, jouera ses reprises acoustiques d’artistes pop un peu comme le fait 2Cellos. L’Ensemble Navak, quant à lui, proposera un répertoire de musique traditionnelle et folklorique iranienne, interprété par des musiciens canadiens.

Le fleuron des artistes arabes

Somme toute, cet événement unique en Amérique du Nord présentant le fleuron des artistes arabes est une occasion de vivre des expériences inoubliables. Le FMA fait rayonner la culture avec son audace, en même temps qu’il transcende les barrières et ouvre les esprits. C’est juste ici, pour s’abreuver à cette riche fontaine, et fêter les 20 ans d’existence d’un festival qui, on l’espère, sera présent encore bien longtemps dans le paysage culturel.


* Cet article a été rédigé en collaboration avec le Festival du Monde Arabe

Événements à venir

Vos commentaires