Francouvertes
Nouvelle Publié le

Francouvertes 2019 – Soir 1 | Trois approches différentes du rap en ouverture des Francous

Le 18 février prochain marque le début de la 23e édition du concours-vitrine Les Francouvertes qui verra, cette année encore, déferler sur la scène du Cabaret Lion d’Or des artistes de la relève qui présentent de sérieux arguments pour s’installer durablement dans le circuit musical québécois. 

Au fil des ans, plus de 450 artistes aux horizons musicaux variés ont pu profiter de cette mise en lumière pour y présenter des oeuvres originales. Et la liste est effectivement longue : on compte dans les rangs de talentueux musiciens tels que Philippe Brach, Antoine Corriveau, Les Louanges ou Lydia Képinski, mais aussi des formations reconnues telles que Les Cowboys Fringants, Karkwa, Les Sœurs Boulay ou Dead Obies.

LaF, grands gagnants de Francouvertes 2018, par Loïc Fortin

Plus récemment, c’est Lou-Adriane Cassidy, Laura Babin, LaF (vainqueur de l’édition 2018) et plusieurs autres qui se sont mis en avant grâce à ce tremplin qui vise à favoriser l’émergence d’artistes et de groupes de la relève musicale francophone canadienne représentant tous les genres musicaux. Dans le cadre de cette 23e édition, dont la programmation complète a été dévoilée cette semaine avec de beaux duels en perspective, certains artistes de la cuvée 2019 ont toutefois tapé dans l’oeil de la rédaction pour la singularité de leur projet rap.

Penchons-nous sur la première soirée, qui débutera tout en rythme, avec 3 approches très différentes du rap.

Faire cavalier seul avec Marie-Gold

Rappeuse prometteuse découverte dans Bad Nylon, Marie-Gold s’est assez vite détachée de la défunte formation pour faire cavalier seul après avoir publié, en compagnie de Kayiri, ZOZ et la DJ Audrey Bélanger, deux EP avec Le Deuxième Set (2015) et bébé, t’es unique (2018).

Mais la membre fondatrice du collectif hip-hop fondé en 2015 a pris goût à une certaine indépendance.

Aujourd’hui, la Québécoise avance au galop avec la publication au printemps dernier d’un premier EP rap riche en substance, Goal: Une mélodie, vainqueur d’un prix dans sa catégorie au dernier Gala du GAMIQ. Relatant son expérience dans le milieu du rap québécois, les rimes s’avèrent affutées et les productions davantage organiques s’avèrent à la fois douces et incisives. Sur scène, Marie-Gold est une petite boule d’énergie qui va en surprendre plus d’un.

 Marie-Gold (à droite) au spectacle de la St-Jean à Laval en juin 2018. Photo par Marc-André Mongrain

L’union fait la force avec David Campana, Shotto Guapo et Major

L’un est d’origine franco-haïtienne, l’autre de Côte d’Ivoire: David Campana et Shotto Guapo, deux rappeurs montréalais, bousculent les lignes de la scène québécoise en cette nouvelle année après avoir investi de façon prometteuse 2018 avec leurs projets respectifs. Et c’est entouré de Major, producteur musical et théâtral gradué de l’École supérieure de théâtre de l’UQÀM, qu’un projet commun de 7 titres mêlant trap et soul a vu le jour: Ce7te Life.

Issus d’univers à la fois distincts mais compatibles, les trois artistes parcourent dans un franglais maîtrisé différents états auxquels un artiste peut être confronté lors de son processus créatif. Derrière cette alchimie naissante se cache en réalité une créativité sans fin, baignée par les racines culturelles diverses qui animent la vie artistique de ces hommes là.

S’auto-gérer et collaborer avec Miles Barnes

Artiste multi-disciplinaire aussi à l’aise en danse qu’en rap, Miles Barnes rend ses prestations originales par son énergie et sa capacité à proposer des sonorités colorées affublées de textes soignés. L’artiste originaire d’Ahuntsic sait aussi bien s’entourer, la conséquence probable d’une précieuse formation au CASE qui lui a ouvert les yeux sur la conduction d’une carrière, comme souligné dans son entrevue réalisée par les collègues du Canal Auditif.

C’est d’abord par une mixtape, Miles Away (2014)mais surtout une collaboration avec Jah Maaz, membre actuel du collectif LaF, que Miles Barnes s’insère dans le milieu du rap québécois. Ensemble, ils élaborent Jah Miles – Ville Marie, un EP commun publié en 2015 avant que le jeune homme se dévoile, deux années plus tard, en solo sur Air Miles. Un essai qui n’empêche pas les collaborations puisque c’est entouré de Clément Langlois-Légaré et Adel Kazi (Clay & Friends) que le rappeur publiera prochainement YFW (Y Faut Work). 

Écoutez notre podcast des Francouvertes pour en savoir plus au sujet des 21 participants à l’édition 2019!

 

Détails et billets pour les Francouvertes par ici.


* Cet article a été produit en collaboration avec les Francouvertes.

Événements à venir

Vos commentaires