L'Impro Cirque
Critique Publié le

5e édition du tournoi annuel de l’Impro Cirque | Une finale sans demi-mesures à la Tohu!

Les deux demi-finales du Tournoi Annuel de l’Impro Cirque se sont terminées sur la victoire de l’équipe Rouge jeudi et de l’équipe Verte vendredi. Ce samedi soir, à l’occasion de la grande Finale, Rouges et Verts se sont affrontés dans un match sans concessions.

 

No match de la première mi-temps

L’impro Cirque se construit sur les mêmes règles que les matches de la LNI. Arbitrées par le caustique Roberto Sierra et ses deux assistants juges, les deux équipes s’affrontent dans des manches de durée variable, autour d’un thème sur lequel elles doivent improviser (« Coup de sifflet », « Accès interdit », « Au bord de la mer »).

Deux importantes contraintes s’ajoutent : d’abord, le thème musical de la manche, improvisé par les merveilleux Wonder-Trois-Quatre, et enfin l’utilisation d’un agrès de cirque (jonglerie, bicyclette, roue allemande…) Les improvisations s’organisent en quelques secondes de discussion puis se déroulent sans hésitations ou presque. Le public choisit ensuite l’équipe qui a le plus brillé lors de la manche.

Photo par Benoit Z. Leroux

 

La soirée a commencé doucement, sur une improvisation assez méta autour du thème « Coup de Sifflet ». Les deux équipes nous montrent aussitôt leurs talents circassiens avec leur corps et rien que leur corps, puisqu’il s’agit de la discipline de cirque imposée. Entre danses sensuelles et caricatures, le public apprécie les capacités physiques de chaque joueur mais on a du mal à percevoir le lien avec le thème. Le deuxième numéro est plus scénarisé, il met en scène une classe de Yoga très déséquilibrée du côté des Verts, et la démonstration d’équilibre d’un beau maître nageur chez les Rouges (thème « Au bord de la Mer »).

Le troisième numéro montre les mêmes soucis que le premier. Si les deux capitaines d’équipe font de gros efforts pour donner un sens à la présentation improvisée (elles imaginent, sur le thème « Tour de Contrôle » avec l’utilisation de patins, deux employées peu consciencieuses qui donnent les timings d’atterrissage des avions), les autres  joueurs mettent en avant leurs compétences physiques en oubliant parfois l’effort de groupe. Si on regrette un peu ce manque de théâtralité par rapport aux matches des années précédentes (2018 et 2017), on rit quand même beaucoup, notamment de la performance des Verts qui pour le moment marquent 3 points à 0. La première mi-temps fait remonter les Rouges d’un point après une improvisation à pleurer de rire sur le thème « Frissons d’Automne », où Anaïs Favron demande à son cher et tendre incarné par Alexis Vigneault d’aller lui chercher un écureuil pour manger ce soir, sur une improvisation musicale de Power Ballade. Les Verts ne déméritent pas avec une utilisation de la pole dance pour imaginer une plante qui pousse peu à peu.

* Photo par Benoit Z. Leroux

Deuxième mi-temps plus surprenante

Alors que les équipes continuent à tout donner pour remporter le match (les Rouges peuvent encore remonter) et que l’arbitre devient de plus en plus blasé, la deuxième mi-temps reprend sur deux improvisations impressionnantes, avec l’utilisation d’abord du feu (thème « Tout feu tout flamme ») et du tissu aérien (thème « Sombrer dans le sommeil »). Sur une musique « rythmes latins », les deux équipes imaginent tout d’abord une soirée chez les Pierrafeu où les artistes utilisent tout ce qu’ils trouvent et qui peut s’enflammer. L’improvisation est remportée sur la performance incroyable de Francis Gadbois pour l’équipe verte : l’artiste se met debout sur le guidon et la selle d’un vélo enflammé pour jongler avec trois torches. La deuxième improvisation est également remportée par les Verts.

Les Rouges remontent un peu le score (5 à 1 pour le moment) avec une victoire sur la troisième improvisation (« Accès Interdit » avec des acrobaties, sur une Musique d’Aventures) et l’obtention d’un point bonus après l’accumulation de 3 pénalités de jeu chez les Verts. Le score est donc de 6 à 3 en faveur des Verts après l’improvisation suivante, « L’alliance de l’homme et du cheval » où on assiste à de très belles démonstrations de jonglerie. L’improvisation finale, « Souper de famille », nous permet d’apprécier une fois de plus le talent des Wonder-Trois-Quatre qui improvisent sur des reprises musicales choisies en direct par les équipes (Maudit qu’le monde est beau des Colocs, et l’indémodable Girls just Want to Have Fun). Malgré la victoire des Rouges sur un puissant numéro de Roue Allemande, ce sont les Verts qui remportent la soirée, sans surprise, sur un score de 6 à 4. L’étoile du Match est accordée par le jury au #19 de l’équipe Rouge, Alexis « l’alpaga dansant » Vigneault, pour sa pluridisciplinarité, son écoute et son humour (il avait aussi remporté ce titre jeudi soir).

* Photo par Benoit Z. Leroux.

Les soirées de l’Impro Cirque se démarquent par la qualité du spectacle proposé par les deux équipes en lice, mais aussi par le talent de toutes les personnes qui partagent la scène avec elles : les musiciens des Wonder-Trois-Quatre, l’arbitre et ses juges mais aussi le DJ Michel Michel et par « Moi », le présentateur et animateur de la soirée. Le numéro scénarisé présenté avant l’entracte et performé par l’artiste Louana, au trapèze Washington, était très poétique et impressionnant.

On attend l’édition de l’année prochaine avec impatience.

 

Composition de l’équipe Rouge :

  • Anaïs Favron (capitaine)
  • Alexis Vigneault (Étoile du Match)
  • Marilou Verschelden
  • Michelle Normand
  • Sopha Nem

Composition de l’équipe Verte :

  • Noémie Godin-Vigneau (capitaine)
  • Aaron Dewitt
  • Francis Gadbois
  • Nadine Louis
  • Alexis Bernatchez

Événements à venir

Vos commentaires