A Day To Remember
Critique Publié le

A Day To Remember à la Place Bell | Soirée mémorablement intense

Depuis quelques années, le groupe A Day To Remember ne cesse d’atteindre de nouveaux sommets. Ayant enchaîné les festivals, les premières parties et les concerts en salles au Québec, le groupe se produisait cette fois-ci sur les planches de la Place Bell. Intitulée The Degenerates Tour, la tournée avait comme tête d’affiche le band originaire de la Floride supporté par les groupes I Prevail, Beartooth et Can’t Swim. Le tout a donné une soirée à intensité croissante et atteignant des sommets délectables.


Ouverture féroce

Rapidement marginalisés dans leurs débuts pour mélanger metalcore et pop-punk, A Day To Remember a tout de même persévéré dans ce style hybride qui est resté et qui est éventuellement devenu leur signature. En guise de coup d’envoi, c’est précisément sur ce style qu’a misé A Day To Remember avec la chanson The Downfall of Us All, pièce d’ouverture de leur album Homesick paru en 2009. Chantant chaque parole dès les premiers instants, les fans se sont très rapidement activés au parterre et levés de leur siège dans les gradins. Immédiatement après, la rassembleuse All I Want est venue faire grimper le niveau d’énergie d’un autre cran.

Lors des premières chansons, le chanteur Jeremy McKinnon semblait instable. Ayant de la difficulté à suivre le rythme frénétique de ses chansons, il s’est cependant ressaisi bien rapidement. À partir de la troisième chanson, McKinnon a su maîtriser voix et charisme jusqu’à la toute fin du spectacle.

Le problème avec la nouveauté

Si les chansons tirées des albums Homesick et de What Seperates Me From You suscitent un engouement général plus que considérable, il est difficile d’en dire autant des petites dernières. En effet, les chansons Rescue Me et Degenerates ont eu l’effet d’un coup d’épée dans l’eau. Pour ce qui est de Rescue Me, peut-être les fans auraient-ils préféré une version live plus métal et moins électro ? Cependant, cette chanson était visuellement la plus explosive avec des couleurs fusant de partout et des ballons dans la foule. Degenerates, elle, a servi de moment de répit où des t-shirts ont été lancés dans la foule. Le simple fait que des effets de la sorte soient utilisés pendant ces chansons semblaient les mettre d’emblée dans une classe à part.

Segment loufoque et mosh pit éternel

Un des moments clés du spectacle a sans aucun doute été le segment « Crowd surfing on a crowd surfer ». Moment typique des spectacles de A Day To Remember, c’est au son de Better Off This Way que les plus audacieux des fans au parterre ont tenté la manœuvre impossible : se tenir debout sur une personne en crowd surf. Ce moment plus que divertissant était d’un ridicule savoureux et marquant.

Déjà lors des prestations de Beartooth et de I Prevail, la foule était intense. L’inévitable mosh pit central n’a pas pris de temps à se former. L’arrivée du band principal a considérablement grossi ce dernier. Tout au long du spectacle, soit pendant plus d’une heure et demie, ce pit central a semblé ne jamais mourir complètement. Atteignant des proportions beaucoup plus importantes lors du fameux breakdown « Disrespect your surroundings » à la fin de Mr. Highway’s Thinking about the End, par exemple, ce mosh pit aura été très constant et intense, au grand bonheur de ceux qui voulaient que « ça brasse » un peu plus.

 

Rappel brillamment contrasté

Tout juste avant le rappel, 2nd Sucks et I’m Made of Wax, Larry, What Are You Made Of ? ont eu un effet monstre. Les fans en redemandaient. Quittant pour mieux revenir, les membres de A Day To Remember ont débuté le rappel avec la douce If It Means A Lot To You illuminée par les téléphones et les briquets. Ensuite, c’est l’hymne pop-punk All Signs Point To Lauderdale qui est venue faire chanter les fans davantage. Terminant sur une note plus intense avec The Plot to Bomb the Panhandle, le rappel aura su couvrir les divers styles du band dans toute sa splendeur.

 

 

I PREVAIL – Version améliorée

Avec leur dernier album Trauma, le groupe I Prevail a semblé refaire ses preuves. Délaissant légèrement l’aspect plus pop de leur musique, le groupe a débuté son set en force avec Bow Down. Mettant tout de suite le screamer Eric Vanlerberghe à l’avant-scène, c’est de lui dont on se rappelera davantage. Le chanteur Brian Burkheiser semblait par moment avoir un peu de difficulté à trouver sa place sur scène. Les titres ScarsGasoline et Come and Get It ont définitivement laissé bonne impression. La foule a été présente et très active. Elle s’est mérité les meilleurs commentaires des membres du band qui ont promis revenir bientôt.

BEARTOOTH – Une première impression plus que parfaite

Bien que la plupart des fans dans la salle étaient déjà plus que familiers avec leur musique, le groupe Beartooth a fait un excellent travail en tant que première partie. En un rien de temps, les fans se sont abandonnés aux rythmes agressifs du groupe et se sont déchaînés. Le chanteur, par sa présence imposante et sa voix très bien contrôlée, a su faire comprendre aux plus sceptique que la soirée n’allait pas être de tout repos. Les titres Bad ListenerIn Between et Hated ont été très bien reçus.

Grille de chansons (A Day To Remember)

  1. The Downfall Of Us All
  2. All I Want
  3. Mr. Highway’s Thinking About The End
  4. Paranoia
  5. Sticks & Bricks
  6. Better Off This Way
  7. My Own Worst Enemy (Reprise de Lit)
  8. Right Back at It Again
  9. Rescue Me
  10. Have Faith In Me
  11. Degenerates
  12. Bullfight
  13. Sometimes You’re the Hammer, Sometimes You’re the Nail
  14. End of Me
  15. 2nd Sucks
  16. I’m Made of Wax, Larry, What Are You Made Of ?

Rappel

  1. If It Means a Lot to You
  2. All Signs Point to Lauderdale
  3. The Plot to Bomb the Panhandle

 

Vos commentaires