Akram Khan Company
Critique Publié le

Akram Khan présente Until the Lions à la Tohu | Hors des sentiers battus

Jusqu’au 25 mars à la Tohu, Akram Khan Company présente Until the Lions, création de 2016 primée de nombreuses fois, en collaboration avec Danse Danse. Retour sur un spectacle hypnotisant et inhabituel.

Akram Khan et sa compagnie nous ont donné à voir une création entre contemporain et traditionnel, qui mettait en valeur la réflexion derrière l’histoire racontée. Trois danseurs évoluent sur une scène circulaire représentant un tronçon de bois, autour duquel sont installés quatre musiciens.

L’histoire, c’est celle d’Amba, une princesse de l’épopée traditionnelle d’Asie du Sud Mahabharata, aux prises entre son ravisseur Bheeshma et son amour secret Shalva qui la répudie lorsqu’elle est enlevée par un autre homme. Interprétés par Ching-Ying Chien, Akhram Khan et Christine Joy Alpuerto Ritter, les trois personnages exposent leurs dilemmes moraux à travers une danse mêlant le Kathak (danse traditionnelle indienne) et des mouvements plus contemporains. Les gestes aboutis jusqu’au bout des doigts et des orteils et un magnétisme puissant se dégageant des danseurs ont su conserver l’attention du public placé tout autour de la scène.

© Tristram Kenton

© Tristram Kenton

 

Des musiciens bien intégrés au spectacle

Les quatre musiciens intégrés à la chorégraphie d’Akram Khan ont porté le spectacle avec des performances exceptionnelles. Les rythmiques très percussives et les chants traditionnels étaient mêlés à une bande-son pré-enregistrée diffusant sonorités mécaniques et infrabasses. Le tout accompagnait à merveille les danseurs, piégés dans les corps meurtris de leurs personnages, désirant changer le cours de leur histoire sans y parvenir. L’intégration de musiciens dans un spectacle chorégraphié est encore assez rare sur scène, ce qui est bien dommage ; on a pu voir avec Until the Lions qu’ils sont aussi importants que les danseurs pour transmettre l’histoire mise en scène.

Le spectacle questionne tout du long les rapports entre les genres, l’importance de la figure féminine face à sa sexualité et son rapport à l’autre sexe. Akram Khan explique avoir souhaité « revisiter l’histoire d’une de ces héroïnes négligées, Amba, et d’explorer à travers elle la notion de genre, son expression physique et tout le bagage culturel qui y est rattaché. »

À travers l’importance d’Amba dans le spectacle, le chorégraphe lui donne l’occasion de s’exprimer qu’elle n’a pas dans le conte traditionnel. Shalva, personnage androgyne, gravite continuellement autour du couple d’Amba et Bheeshma et pousse les personnages à s’interroger sur leurs relations.

© Tristram Kenton

© Tristram Kenton

Avec un bagage traditionnel important, Until the Lions expose des problématiques encore actuelles. Le lien est fait continuellement entre passé et présent, entre vie et mort, le tout parfaitement symbolisé par cette coupe d’arbre millénaire sur laquelle les danseurs évoluent. 

Until the Lions est un spectacle hypnotisant avant d’être une performance de danse contemporaine, qui parvient à rassembler des univers qu’on n’imaginait pas miscibles et qui finalement donne à voir un ensemble parfaitement homogène. 

Until the Lions est présenté à la Tohu du 17 au 25 mars 2017. Une rencontre avec les artistes aura lieu le 24 mars après le spectacle. Méfiez-vous : les retardataires ne sont pas admis.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires