Appassionnata
Critique Publié le

Appassionata à la Salle Pierre-Mercure | Rendre accessible l’expérience classique

Premier concert de la saison 2015-2016 pour l’Orchestre de chambre Appassionata. Avec la participation de deux lauréats du Concours de musique du Canada, « Les Classiques des Grands » sont maintenant à portée de main.

Appassionata porte bien son nom : l’ensemble, composé d’une vingtaine de musiciens, partage admirablement sa passion pour la musique de répertoire. Plus qu’un simple orchestre de chambre, il est également porté par des valeurs d’accessibilité de l’expérience classique, un pari largement réussi hier avec « Les Classiques des Grands ».

apassionataL’orchestre est formé d’une quintette (premiers et deuxièmes violons, altos, violoncelles et contrebasse), à laquelle s’ajoutent quelques instruments à vent (flûtes, hautbois, clarinettes, bassons et cors). Il a présenté une intéressante variété d’œuvres dans l’intimité, en opposition avec les grands orchestres symphoniques.

Le concert, sous la direction de Daniel Myssyk, s’est amorcé par une pièce de Joseph Haydn, tirée de l’opéra Armide. S’en est suivi du Concerto en fa mineur de Bach. Quoi qu’il soit un incontournable du répertoire pour clavier, le morceau aurait originalement été composé pour le violon, justifiant sa place dans l’expérience renouvelée du concert de l’ensemble musical.

Dès lors, deux solistes ont tout à tour agrémenté les pièces de Jean-Sébastien Bach et Ludwig Van Beethoven. Les passages de Samuel Blanchette-Gagnon et Ladusa Chang Ou, respectivement au piano à queue et au violon, ont été remarquables.

Invités à se produire avec l’orchestre de chambre montréalais, les deux jeunes virtuoses ont démontré finesse et grâce. D’un côté, le jeune pianiste a fait raisonner avec éloquence la mélancolie du concerto de Bach, alors qu’au morceau suivant, la violoniste exécutait en toute légèreté le jeu de l’archet sur la Romance no 2 en fa majeur, comme un tableau annonçant le printemps.

Le concert s’est terminé sous les rythmes plus costauds de la célèbre 40e symphonie en sol mineur de Mozart.

Les prochains mouvements d’Appassionata se feront entendre le 8 mars prochain, à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Vos commentaires