Aura Noir
Critique Publié le

Aura Noir aux Katacombes | Dans l’antre du black thrash

Un samedi soir qui thrashait salement dans une salle bien remplie et imbibée pour admirer le line-up original des Norvégiens de Aura Noir, accompagnés d’une bonne sélection de Québec.


Outre-Tombe

La horde de Québec Outre-Tombe était de retour sur la scène des Katacombes, peu de temps après leur récent passage au Wings Of Metal. Et une fois de plus, le quatuor n’a pas déçu en vomissant son death métal à l’ancienne très bien exécuté, attaquant avec la tuerie l’Antre De l’Horreur.

Outre-Tombe en a profité pour présenter deux nouveaux morceaux, alors que la majorité de leur set était de tiré de l’album Répurgation, qui contient son pesant de riffs redoutables capables de faire headbanguer les Katacombes toutes entières. Un groupe de qualité qui mériterait de conquérir d’autres territoires en répandant leur lourdeur métallique hurlée en français, avec une magie old-school indéniable.

outre-tombe-montreal-2017-03

Riotor

La ville de Québec est bien représentée ce soir puisque suivra Riotor, qui fête cette année ses dix ans, dans un de leurs concerts des plus chaotiques. Et pas seulement dans la brutalité de leur thrash metal aux influences très black, notamment de la part du chanteur. Le bassiste trouvera le moyen de casser une corde. Alors qu’il se démène sur le bord de la scène pour la remplacer, c’est au tour d’un des guitaristes d’en briser une, et une autre plus tard dans le concert.

Bref, quand c’est pas ta soirée. Riotor s’en sort tant bien que mal en donnant tout ce qu’il peut, pas parfait mais violent à souhait, la fin du concert imprégnée de la haine du sort contre eux, alors que le thrash commence un peu à s’énerver.

riotor-montreal-2017-05

Aura Noir

Et voici enfin l’heure des trois hommes scandinaves tant attendus, le line-up original d’Aura Noir : Apollyon, Aggressor et Basphemer. Alors que certains avaient pu les voir il y a quelques années aux Foufs avec Apollyon à la basse et chant, ce dernier occupe maintenant le poste de batteur à plein temps. Une première pour celui qui tenait aussi la basse dans Immortal récemment, et il faut le dire, c’est une brute à la batterie, il nous régalera du début à la fin.

La puissance des ambassadeurs du style black thrash retourne les Katacombes dans un mosh-pit des plus violents. Mais une performance impressionnante est assurément celle de Carl-Michael Eide alias Aggressor. Celui qui fut le premier batteur de Satyricon et Ulver entre autres peut à peine marcher, suite à un accident dans des circonstances encore nébuleuses et une chute d’un cinquième étage, mais tient tout un concert debout à la basse et en chantant parfaitement. Un peu plus claire que celle d’Apollyon, sa voix reste dans l’essence rock’n’roll d’Aura Noir. On retient sa performance sur ce morceau où il peut presque tout jouer sur sa corde de Mi à vide pendant qu’il harangue la foule avec sa main gauche de libre.

Côté guitare, Blasphemer maîtrise son élément et déchaîne ce qui fait la magie du groupe norvégien : ces riffs groovy à souhait qui emmènent Aura Noir dans une ligue à part. La touche qui fait la différence dans des morceaux comme Hades Rise, Black Metal Jaw, Destructor, Sons Of Hades ou encore The Stalker. Invoquant les esprits de Motörhead ou encore Venom, Aura Noir envoûte le public montréalais avec la force de son métal sombre et rock’n’roll à la fois, mixant à merveille l’énergie du thrash avec la noirceur du black metal. Dans la salle c’est la folie, tout l’alcool consommé dans la ruelle en arrière frappe, des filles se bagarrent, le mosh-pit est intense jusqu’au dernier morceau, les poings sont dans les airs et les « Hey! Hey! » sont scandés plusieurs fois au son des riffs accrocheurs des Norvégiens. Peut-être un peu moins puissant qu’en 2011 aux Foufs, mais toujours légendaire.

aura-noir-montreal-2017-09

Vos commentaires