Beatrice Rana
Critique Publié le

Beatrice Rana et l’Orchestre du CNA | Plaisirs du XIXe siècle

Après quatre ans d’absence à Montréal, l’orchestre du Conseil National des Arts, son chef Alexander Shelley et la pianiste Beatrice Rana sont venus présenter, sur une invitation de l’Orchestre Symphonique de Montréal, un programme majestueux.

Premier concerto engageant

Le concert a commencé avec un très beau Concerto pour piano n.1 en ré mineur, op.15 de Brahms. La pièce a résonné aux sons très doux du piano, dont Beatrice Rana maîtrisait à la perfection nuances et couleurs. L’instrument était parfaitement complémentaire à l’orchestre, s’en détachant très bien tout en ne prenant pas trop de place. Le premier mouvement, inquiétant par sa tonalité mineure, a vibré de nappes instrumentales profondes et lancinantes. Beatrice Rana accentuait beaucoup le rubato naturel de la pièce, mais la complémentarité entre orchestre et soliste n’en a pas souffert, notamment grâce aux prodigieux réflexes d’Alexander Shelley qui changeait de tempo sans arrêt, suivi par un orchestre extrêmement attentif.

Le second mouvement, si calme après la cadence tempétueuse, a démontré de nouveau la synergie des instrumentistes et la confiance palpable qui circulait entre maestro, soliste et orchestre. Beatrice Rana, plus assurée que dans le premier mouvement, a enchaîné sur le troisième mouvement avec un tempo très vif, plus rapide que d’habitude, qu’elle a su conserver jusqu’au bout. La fin du concerto est vive, passionnée, et répond au climat plus trouble qui régnait auparavant sur la pièce. Le public a eu du mal à retenir ses applaudissements jusqu’à la dernière note, répondant ainsi à l’enthousiasme communicatif des musiciens.

 

Hommage québécois puis retour au XIXè siècle

La deuxième partie du concert a permis d’exposer tout le talent de l’orchestre et de son chef. L’oeuvre Antinomie, op.23 de Jacques Hétu, un compositeur québécois, a été très agréable à entendre. Dans une pièce aussi précieuse, où chaque son est important, où les couleurs sont vives et les partitions virtuoses, il fallait pouvoir compter sur un orchestre puissant et délicat, présent dans les tuttis et en retrait lors des solos du hautbois. Interprétation réussie pour l’orchestre, qui a su mettre en valeur cette pièce courte dont chaque passage est une réponse à un thème, où les voix se mélangent pour tenter de reformer un tout sans jamais y parvenir puisque l’antinomie, c’est l’opposition, la contradiction. L’orchestre du CNA a présenté au public une belle oeuvre de ce grand compositeur méconnu, à la frontière entre classique et contemporain.

La Symphonie n.2 en do Majeur, op.61 de Schumann, dirigée par coeur, fût quant à elle étincelante. Alexander Shelley y a insufflé une énergie très expressive. Comme si l’absence de partition l’avait libéré, il nous a montré une nouvelle manière de diriger son orchestre. Sa connaissance de l’oeuvre et des musiciens lui a donné la place nécessaire pour s’exprimer complètement. Le premier mouvement, très enjoué, a profité d’une légèreté incroyable pour un orchestre de soixante musiciens. Légèreté renouvelée dans le second mouvement, plus vif et volumineux. Le troisième mouvement, mélancolique à souhait, a exposé la belle communication qu’il y avait entre chaque pupitre. Enfin, le dernier mouvement, beaucoup plus puissant, a donné à ce concert la fin flamboyante qu’il méritait.

Événements à venir

Vos commentaires