Ben Howard
Critique Publié le

Ben Howard au Centre Bell | Complexe et enchanteur

Après un long trois ans d’absence, le talentueux Ben Howard était de retour au Québec dans le cadre de sa tournée Noonday Dream. Samedi soir, c’est au Centre Bell que l’artiste s’attaquait. Relativement bien rempli, l’amphithéâtre semblait plus ou moins bien choisi pour accueillir un tel spectacle qui se voulait grandiose, et qui l’était musicalement parlant, mais qui a légèrement été englouti par la taille du Centre. Ben Howard a offert une performance honnête, puissante et par moments planante pour un public qui semblait ouvert à toutes les propositions de l’artiste, bien que ses anciens titres aient été laissés de côté pour la plupart.

Howard – Musicien/magicien

Donnant l’impression d’entrouvrir une porte donnant directement au coeur de son univers musical et d’attendre que chacun ose s’y aventurer ou non, Ben Howard a offert une performance des plus planantes et enivrantes lorsqu’on se laissait porter par ses mélodies. Pour certains, le spectacle a pu être un brin ennuyeux, mais pour d’autres, le spectacle était une grande réussite autant musicale que visuelle. Howard a su présenter toutes les couches sonores et la profondeur de chacune d’entre elles au public. Le tout était accompagné d’un jeu de lumière très précis et fascinant. Lorsque suffisamment attentive, la foule s’embarquait pour tout un voyage.

Il a débuté tout doucement avec A Boat to an Island on the Wall et a fait monter graduellement son intensité. Entouré de huit musiciens, le son qu’on lui connaît n’était tout de même pas égaré. Dès les premières notes, il était possible de sentir toute la présence de l’artiste dans toute la douceur mouvementée qu’on lui connaît. Un moment précieux de la soirée a été lorsque le band a pris une pause de la durée d’une chanson et que Howard était seul à la guitare pour Towing The Line – un délice.

Un Centre Bell justifié ?

Est-ce que la taille de l’endroit convenait à Ben Howard ? Oui et non. La salle en format « petit Centre Bell » était plutôt bien remplie, mais donnait assez souvent l’impression d’être trop grande pour l’artiste. Par moment, surtout lorsqu’il était assis et incliné au-dessus de sa guitare, il semblait écrasé par la hauteur des plafonds et par la grandeur de l’écran projecteur derrière lui. Du côté des éclairages, il était délectable de les voir à l’oeuvre dans un espace de cette taille.

Par contre, Howard se rattrape définitivement avec sa voix. Commençant souvent ses chansons dans des basses distinctes, un effet grandiose survient toujours lorsqu’il utilise sa voix dans son plein potentiel. Il a notamment été possible de remarquer ces contrastes vocaux dans Small Things, chanson de l’album I Forget Where We Were. Avec une voix comme la sienne, bien qu’un spectacle intimiste serait souvent préférable, le Centre Bell était justifié.

 

Un dernier album trop présent

Inévitablement, vu le nom de la tournée, il allait y avoir beaucoup de titres provenant du dernier album Noonday Dream, mais l’absence presque totale d’anciennes chansons était en quelque sorte décevante. Les seuls titres que ceux qui étaient peu familiers avec le dernier ont pu reconnaître sont Small Things et Rivers In Your Mouth. L’aspect plus léger, mais oh comment apprécié des fans du premier album Every Kingdom a totalement été laissé de côté. D’un autre côté, le choix des chansons a réussi à créer une constance pertinente dans le spectacle. La présence du band est également venu justifier l’absence des chansons de Every Kingdom. Les musiciens seraient presque entièrement inutiles lors de ces chansons et, afin de profiter de leur présence au maximum, Ben Howard s’est contenté de promouvoir Noonday Dreams.

Nécessitant un certain niveau de concentration et d’écoute active pour réellement l’apprécier, le spectacle était bien conçu, fascinant et recherché. Ben Howard a encore une fois livré la marchandise et a su inviter le public dans son univers planant. Un tel spectacle a réussi à faire voir le dernier album de l’artiste différemment et dans toute sa splendeur et complexité. Un spectacle marquant et réalisé avec brio.

 

Grille de chansons

  1. A Boat To An Island
  2. Agatha’s Song
  3. Nica Libres at Dusk
  4. (Chanson sans titre)
  5. The Defeat
  6. Someone In The Doorway
  7. Towing The Line
  8. Small Things
  9. Rivers In Your Mouth
  10. What The Moon Does
  11. There’s Your Man
  12. Murmurations
  13. Another Friday Night
  14. Hot Heavy Summer
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires