Bishop Briggs
Critique Publié le

Bishop Briggs à l’Astral | Entraînement tout sourire

La chanteuse d’origine britannique basée à Los Angeles, Bishop Briggs, était de passage à Montréal mercredi soir. C’est à l’occasion de la sortie de son tout premier album, Church of Scars qu’elle a fait un arrêt à l’Astral pour une courte prestation qui avait parfois des airs de workout.

Bishop Briggs est montée sur scène après le duo Foreign Air qui s’est entre autres amusé à reprendre le Lovesick Blues d’Hank Williams en échantillonnant le désormais populaire Yodel Kid. Drôle et dans le moment, le duo s’est bien approprié la chanson puisqu’on peinait presque à la reconnaître, n’eut été les échantillons.

C’est tout sourire et plein d’énergie que Bishop Briggs a bondi sur scène, telle une athlète prête à faire son workout ou à monter sur le ring. Elle s’en est tenue à présenter la totalité de son premier album ainsi qu’une nouvelle chanson encore à l’état de démo, Baby, au rappel.

Elle a débuté en trombe avec deux pièces fortes de son répertoire, soit White Flag et Wild Horses, avant de faire une pause pour saluer la foule et prononcer « Montréal » en français, sans accent, comme sa soeur s’est appliquée à lui enseigner. Cute.

C’est vraiment ce qu’elle dégage dans ses interventions: une genre de timidité attachante, d’assurance non-assumée, le sourire fendue aux lèvres, visiblement reconnaissante de son succès et de l’amour de ses fans. Ce qui contraste avec la lourdeur électronique de ses chansons, la puissance de sa voix et la fougue qu’elle met dans ses interprétations.

Engagée dans la communauté LGBT, elle s’est confiée avec beaucoup de candeur sur sa session d’écriture avec Dan Reynolds d’Imagine Dragons qui a donné naissance à la chanson Lyin’. Elle a admis aimé sa carrière dans la musique, mais vouloir encore plus faire changer les choses et s’impliquer dans la communauté.

Son interprétation de The Fire était particulièrement réussie. Débutant seule derrière son clavier, dans la sobriété, sa manière de moduler sa voix rappelait un peu celle de Frannie Holder de Random Recipe.

Le tout s’est terminé avec le succès attendu de la soirée, River, qui a conclu le spectacle dans un tonnerre d’acclamations, de basse et de lumières stroboscopiques. On a hâte de la voir prendre un peu plus d’assurance, mais l’intimité et la proximité que permet l’Astral était parfaite pour une première visite en salle.

Grille de chansons

  1. White Flag
  2. Wild Horses
  3. Tempt My Trouble
  4. The Way I Do
  5. Be Your Love
  6. Lyin’
  7. Water
  8. The Fire
  9. Hallowed Ground
  10. Dream
  11. Hi Lo (Hollow)

    Rappel

  12. Baby
  13. River
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires