Wolf Parade
Critique Publié le

Bluesfest d’Ottawa 2016 – Jour 8 | The Paper Kites et Wolf Parade

Le mauvais temps ne s’invite (enfin) pas à l’avant-dernier jour du Bluesfest. Au menu de ce dernier samedi du festival : Duran Duran en tête d’affiche (lire le compte-rendu par ici), mais aussi Wolf Parade, Paper Kites et le rappeur Future.

Paper Kites

Le groupe australien, invité une deuxième fois au Bluesfest, a été accueilli par une grande foule samedi après-midi sur les Plaines LeBreton.

Dès la première chanson, une énergie tranquille s’installe grâce à l’harmonie des instruments et à la voix du chanteur. Cette même ambiance se prolonge lors de l’interprétation de Renegade alors que la foule continue de s’entasser.

Le groupe entame Electric Indigo, et tel que son nom l’indique, la guitare électrique donne le ton. La chanson reste douce, même si elle monte en puissance.

Les musiciens interprètent surtout des chansons de leur dernier album Twelvefour, entrecoupées d’anciennes chansons telles que Bleed Confusion et Bloom. Ils invitent le public à chanter et à danser.

Sam Bentley et Christina Lacy mêlent merveilleusement leurs voix, qui retrouvent leur belle singularité lorsqu’ils chantent en solo.

Réagissant au rythme, la foule s’électrise lors des interprétations qui vont suivre, soit It Turns Within me, Without me et Revelator Eyes.

Les Paper Kites termineront leur prestation avec Featherstone, tirée de leur premier album, en interpellant la foule. Celle-ci va demander un bis, mais le groupe ne reviendra pas sur scène.

Bref, une belle découverte au festival Bluesfest.

Thepaperkites-rbcbluesfest-ottawa-festival-sorstu-2016-11

Wolf Parade

Le groupe commence le spectacle avec la chanson Soldier’s Grin suivie de Dear Sons and Daughters of Hungry Ghosts. Il fait alterner tout au long du spectacle des chansons anciennes et récentes. Même si le groupe rock canadien ne s’est reconstituté que récemment, il ne montre sur scène aucune trace de cette fracture.

Boeckner enchaîne avec la chanson Shine a Light. La foule est certes chaleureuse, mais elle est modeste, parce que Duran Duran se produit en même temps sur une autre scène. Le groupe ne ménage aucun effort pour animer son public. Les musiciens offrent une performance assez constante, sur des rythmes qui paraissaient toutefois simples et répétitifs par moments.

Wolf Parade profite d’une première prestation au Bluesfest pour interpréter de nouvelles chansons qui ne s’écartent pas de son style habituel. Même avec sa nouvelle chanson C’est La Vie Way,  il ne semble prendre son essor. Il interprète avec vigueur Language City et You Are a Runner and I Am My Father’s Son, et la foule s’exclame.

Pour conclure la soirée, le groupe étire la chanson Fancy Claps tant et aussi longtemps que les festivaliers hochent la tête.

Wolf Parade sera également de passage à Montréal d’abord au Théâtre Corona et au festival d’Osheaga.

Wolfparade-rbcbluesfest-ottawa-festival-sorstu-2016-7

Future (avec Drake, mais sans Drake)

Vers l’heure du souper, c’est l’artiste Future qui ouvre le bal, pour ainsi dire, samedi après-midi, alors que la jeune foule se précipite vers la scène City pour participer à la fête.

Il faut dire que des rumeurs circulaient à l’effet que le rappeur canadien Drake, avec qui Future a collaboré sur plusieurs pistes, feraient peut-être une apparition surprise.

Ce ne fut le cas, du moins pas en personne. Avec la voix de Drake en arrière-plan, l’ambiance survoltée s’installe immédiatement chez les festivaliers, qui étaient nombreux pour une heure si tôt, et surtout très engagés dans la prestation de l’artiste.

Future-rbcbluesfest-ottawa-festival-sorstu-2016-75

Artistes
, ,
Villes
Salles

Vos commentaires