Chance The Rapper
Critique Publié le

Chance The Rapper au Centre Bell⎪De la reconnaissance mutuelle

Chance The Rapper était de passage en ville pour sa tournée Be Encouraged, en support à sa troisième mixtape, Coloring Book. Après une incroyable dernière année où il multiplie les collaborations, les éloges et récolte en passant trois Grammys, le rappeur de Chicago prenait d’assaut un Centre Bell bien rempli !


King Louie et DJ Oreo avaient la tâche de réchauffer la foule à l’arrivée de Chance. Les deux actes se débrouillent assez bien merci, eux qui semblent avoir une affinité pour les premières rangées qui, définitivement, sont plus que prêtes à partir la soirée! DJ Oreo fait particulièrement un malheur, lui qui ne faisait jouer que ce que la foule voulait. On a donc eu droit à du Kanye West, Migos, Drake et… Adèle!

Puis enfin, la star de la soirée fait son entrée sur scène; Chance roule sur une mini-motocyclette sur les airs de sa chanson Mixtape. L’aréna au complet saute au même rythme. Des feux d’artifices, de la fumée, la partie est commencée.

ChancetheRapper-CentreBell-2017-01

Cependant, Chance n’aime pas faire dans le prévisible. Il change complètement l’ambiance en lançant le morceau gospel Blessings. Le charisme du jeune homme saute aux yeux, et il émane une énergie tellement positive et saine. Il remercie régulièrement la foule d’être là, racontant à quel point il est reconnaissant. Sais-tu quoi, on est aussi reconnaissant de t’avoir, Chancelor !

Angels et Smoke Break suivent, puis on a droit à un hommage à nul autre que Kanye West, l’idole du jeune Chance. Il enfile les reprises de Waves, Father Stretch My Hands et  Ultralight Beam (on dit « reprises », mais Chance a collaboré à chacune de ces pièces). Enfin, pour terminer l’hommage, le rappeur est soulevé par une plateforme. Ça, et la lumière jaune, rappellent bien la tournée Saint Pablo de West.

Une petite pause où Chance présente tous les musiciens qui l’accompagnent, dont son fidèle acolyte Nico Segal (aussi connu par son ancien nom de scène, Donnie Trumpet). Les deux amis lancent la délectable Sunday Candy (de leur projet The Social Experiment). Puis, un court entracte où les choristes chantent D.R.A.M. Sings Special (effectivement, sans D.R.A.M.) On enchaîne avec la chanson du moment : I’m The One.

Avec une présence scénique aussi intense, Chance doit régulièrement quitter la scène, et les lumières se ferment aussi. En fait, il quitte à chaque deux morceaux. On comprend, il doit reprendre des forces, mais ça casse un peu le rythme. Pas grave, les « vieux » titres Cocoa Butter Kisses et Chain Smoker suivis de la gospel All We Got gardent la foule en haleine. On continue avec les irrésistibles No Problem et All Night, où le Centre Bell se transforme en véritable piste de danse.

ChancetheRapper-CentreBell-2017-02

Suite à la fête, il y a un down. Chance entame Juke Jam, puis quitte la scène abruptement. Est-ce que c’est le temps du rappel? Est-ce une autre pause? Qui sait. Tout le monde est un peu confus. Le rappeur revient après quelques minutes avec une autre chanson gospel, Finish Line/Down.

Lorsque les premières notes de Same Drugs se font entendre, on sent que la fin de la soirée approche. Alors que les lumières de téléphones illuminent la salle, un pont descend tranquillement du plafond. Chance le parcourt, tout sourire, en saluant la foule. Tout le monde est content, il y a des confettis. Il retourne ensuite sur scène, où il termine sur une version (extra longue) de Blessings 2.

Sacré Chancelor, il nous a vraiment donné toute une soirée : du pure bonheur, des bénédictions, de l’énergie, quoi de mieux ?

Événements à venir

Vos commentaires