Christine and the Queens
Critique Publié le

Christine and the Queens à la Place Bell | Théâtrale, charismatique et accomplie

Après la sortie de son excellent deuxième album Chris, la Française Christine and the Queens était enfin de passage au Québec pour transporter le public dans son univers envoûtant et si créatif. Le spectacle offert par Héloïse Letissier et sa bande s’est énormément démarqué de tout ce qu’il nous ait été donné de voir depuis bien longtemps. Sortant des sentiers battus en offrant des chorégraphies très théâtrales et expressives, l’artiste et ses danseurs ont raconté une histoire au son des meilleures chansons de Chris et de Chaleur Humaine.


Une artiste avant tout

Bien que la jeune femme soit considérée comme auteur-compositrice-interprète, en la voyant prendre possession de la scène comme elle l’a fait hier soir, il va de soi que Christine and the Queens est d’abord et avant tout une artiste. Sa créativité aux allures infinies semblait transcender la Place Bell. Du moment où elle a posé le pied sur la scène jusqu’au moment où elle l’a quittée, Christine a chanté chaque note avec justesse, dansé sur chacune de ses chansons, joué la comédie, fait rire le public et autre. La voir aller était tout simplement enchanteur.

Le spectacle était construit en plusieurs actes qui étaient marqués par des changements de décors. À deux reprises, les toiles servant d’arrière-plan sont tombées et en dévoilait une autre au passage. Ce rythme créé collait à merveille avec les chansons proposées. Également, plusieurs accessoires ou artifices de toute sorte sont venus compléter l’expérience. Que ce soit par l’usage de confettis, de bombes fumigènes, de chute de sable, de fumée ou de lumière, tout était réglé au quart de tour et donnait un effet spectaculaire.

 

Contrastes entre groupe et solo

Si l’effet de groupe créé par Christine et ses danseurs était extrêmement efficace visuellement et sur le plan de narration, d’autres moments forts de la soirée ont été lorsque la chanteuse se retrouvait seule sur scène. Délaissant les artifices et les chorégraphies synchronisées, c’est des mouvements expressifs individuels et une voix en parfait contrôle qui était alors offert au public. Ces moments se sont déroulés lors des chansons Paradis perdusHereNuit 17 à 52 et Saint Claude.

Pour Nuit 17 à 52, l’artiste était littéralement seule sur scène avec son micro. Aucune musique ne l’accompagnait. C’est alors qu’elle a demandé à la foule de marquer le rythme à l’aide de claquements de doigts et de chanter avec elle. Les harmonies de la foule ont semblé ravir la Française.

Pour Saint Claude, lors du rappel, Christine and the Queens s’est alors déplacé sur une seconde scène au fond du parterre. L’artiste a semblé se rendre plus accessible et vulnérable à ce moment. À la fin de la chanson, les acclamations se sont faites plus nombreuses que jamais. Lâchant un bref « me faites pas pleurer ! », elle a ensuite commencé à blaguer afin de reprendre ses esprits. Parlant de blagues, il est important de mentionner qu’elle a su faire rire tout au long du spectacle, la rendant encore plus attachante.

La qualité musicale mise de l’avant

D’autres chansons sont sorties du lot. L’indémodable Christine, par exemple, a indéniablement plu au public. Présentant cette dernière comme étant une chanson pour ceux qui ne semblent jamais se fondre dans la masse, la chanson tirée de Chaleur Humaine a suscité bien de l’enthousiasme. La même chose s’est produite pour iT. 

Du côté des chansons tirées de Chris, c’est Damn, dis-moi5 dollars et La marcheuse qui sont restées en mémoire. Un élément bien intéressant du spectacle d’hier soir est le fait que la grande majorité des chansons ont été chantées en français. Puisque les deux albums ont été enregistrés en français et en anglais, il était difficile de savoir à quoi s’attendre. Il était probablement plaisant pour l’artiste de conclure sa tournée nord-américaine sur cette note majoritairement française.

Après Saint Claude, Christine and the Queens a préparé la foule à son départ, lui promettant une berceuse comme chanson finale. C’est alors que le rythme endiablé de Intranquillité a éclaté dans la Place Bell et que Christine s’est aventurée à travers le parterre pour regagner la scène principale. Terminant sur cette note colorée et dansante, les fans sont repartis le sourire aux lèvres et avec une grande admiration pour l’artiste.

Grille de chansons

  1. Comme si on s’aimait
  2. Damn, dis-moi
  3. Le G
  4. Chaleur Humaine
  5. Science Fiction
  6. Paradis Perdus
  7. iT
  8. Feel so good
  9. Christine
  10. 5 Dollars
  11. Machin-chose
  12. Here
  13. L’étranger (voleur d’eau)
  14. Goya ! Soda !
  15. Follarse
  16. Nuit 17 à 52
  17. Doesn’t matter (voleur de soleil)
  18. La marcheuse
  19. Saint Claude
  20. Intranquillité
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires