Cigarettes After Sex
Critique Publié le

Cigarettes After Sex au National | Monotone ou tout en douceur?

Cigarettes After Sex, ce groupe au nom qui attire l’attention, était de passage au National mardi soir. Mais contrairement à son nom qui peut choquer, le groupe a offert un spectacle tout en douceur.

Devant une foule calme, mais impatiente d’entendre le groupe, Greg Gonzalez et ses trois musiciens entrent sur scène pour présenter leur album éponyme, sorti cette année. Ce sont les notes de la chanson Each Time You Fall In Love qu’on reconnait en premier.

Le spectacle avance, mais le rythme reste plutôt sobre. Les musiciens sont concentrés, et assez monotones. À part quelques cris de la foule pour les chansons K. et Apocalypse, la musique semble plus ou moins connue des spectateurs, qui hochent la tête mais ne reconnaissent pas nécessairement les paroles. C’est que les chansons du premier album du groupe se suivent et se ressemblent. Si la musique de Cigarettes after sex est si douce lors de son écoute en arrière-plan à la maison ou en travaillant, le style du groupe est-il assez varié pour garder ses spectateurs attentifs pendant 1h30 de spectacle? Malgré tout, le National fait salle comble en ce mardi soir d’automne.

Sans doute la voix de Greg Gonzalez, que l’on pourrait méprendre pour celle d’une femme, pèse très lourd dans cette balance. Sa voix charmeuse et apaisante nous berce au travers du spectacle. Assis au deuxième étage du National ou suivant le rythme au parterre, les spectateurs écoutent les paroles qui leur rappellent naïvement leurs premiers amours.

Un spectacle sans artifices qui a su adoucir le début d’une semaine de 4 jours.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires