Father John Misty
Critique Publié le

CityFolk 2017 – Jour 4 | Corb Lund & Ian Tyson et Father John Misty brillent en cette avant-dernière soirée

 À l’instar de la foule du Festival CityFolk, une programmation très variée a été prévue pour sa quatrième journée. Au son de leur guitare et de leurs accords country, Corb Lund & Ian Tyson transportent d’abord les festivaliers en Alberta avant que Father John Misty ne vienne étonner la foule. Le groupe Royal Canoe et le néo-écossais Matt Mays étaient également en prestation lors de cette avant-dernière soirée du festival d’Ottawa.


Corb Lund & Ian Tyson

La légende country Ian Tyson, qui forme un duo albertain avec Corb Lund, fut chaleureusement accueilli à Ottawa samedi. La voix plus tendre de Corb Lund complémente bien celle plus voix rustique d’Ian Tyson lors des différentes interprétations de chansons telles que M.C. Horses, Someday Soon, Cows Around.

Les deux musiciens charment la foule d’Ottawa avec leurs reparties et anecdotes, qualifiant eux-mêmes leur musique « agricultural tragic… or agri-trag » en riant. L’interprétation de S Lazy H et de The Truth Comes Out vient interpeller même ceux qui ne se considèrent pas comme admirateurs de country. Ces chansons atteignent une profondeur qui décrivent bien les inquiétudes et tourments vécus en Alberta.

Le duo interprète Five dollar Bill, la préférée du public, qui accompagne les musiciens en tapant des mains terminant ainsi que le spectacle sur une note énergique. Le public d’Ottawa demande une reprise et réussi à faire revenir sur scène le duo sur scène pour une dernière chanson Four Strong Winds qui aura même touché Father John Misty, la tête d’affiche de la soirée.

 

Father John Misty

FatherJohnMisty-CityFolk-Ottawa-Sorstu-festival-2017-7L’excentrique Father John Misty, aussi connu sous le nom de Josh Tilman, entame sa performance avec la chanson Pure Comedy qui se trouve être une critique profonde de la société. Les premières minutes de son spectacle donnent le ton à l’heure qui suivra c’est-à-dire un appel à la réflexion et à la frivolité.

Soutenu visuellement par seulement quelques animations simples en arrière-plan qui n’ont rien ajouté au spectacle, l’attention est mise sur le chanteur qui, se proclame lui-même de « bizarre à barbe ».

Entre le sérieux de ses paroles et la folie des mouvements de danse qui ponctuent la mélodie, Father John Misty mène un spectacle émotivement inégal oscillant entre sobriété mystique et énergie déferlante.

Il poursuit son spectacle avec une chanson controversée dévoilée cet été : Total Enterainment Forever qui fait référence à Taylor Swift : « Bedding Taylor Swift every night inside the Oculus Rift, after mister and the missus finish dinner and the dishes ». L’artiste s’est expliqué cet été en disant que c’était pour illustrer la laideur de la société de consommation.

Sous les cris de joie des festivaliers, le groupe interprète Ballad of the Dying Man. Enchaînant rapidement les chansons, le groupe interprète Chateau Lobby #4 (In C For Two Virgins), le public reprenant les paroles.

L’éducation évangélique qu’il a reçu de ses parents tisse une toile de fonds pour plusieurs chansons. Elle est mise en relief lors de son interprétation Son When the God of Love Returns There’ll Be Hell to Pay dans laquelle il s’adresse directement au ciel, seul sous la lumière et les étoiles. L’interprétation se fait dans un silence presque complet, alors que l’intensité de la chanson mène le chanteur à tomber à genoux.

Il joue la chanson Hollywood Forever Cemetery Sings tirée de son ancien album Fear Fun avant de poursuivre avec l’entraînante chanson Real Love Baby plus légère. Il croit terminer avec la chanson I love You, Honeybear, avant de retourner sur scène et de jouer le reste du temps qui lui était accordé avec We Met at The Store.

Le talent de Father John Misty est évident : sa voix à la fois immense et vibrante a convaincu les sceptiques. La singularité de Father John Misty fait partie intégrante de son image.

 

Matt Mays

Invités à aller voir l’artiste Matt Mays à la scène Ravenlaw après la performance de la tête d’affiche, plusieurs festivaliers se rendent à l’intérieur du bâtiment Horticulture pour s’apercevoir que la salle était déjà bondée de monde ce qui en découragea plus d’un.

Matt Mays arrive et redonne un souffle d’énergie à la foule accablée par la chaleur en interprétant entres autres Tall Trees et Drive On. Il est dommage que l’acoustique de la pièce n’ait pas été à la hauteur du talent du groupe.

MattMays-CityFolk-Ottawa-Sorstu-festival-2017-6

Rodriguez sera en spectacle dimanche pour conclure le festival, ainsi que Bahamas qui sera de passage.

Vos commentaires