Snoop Dogg
Critique Publié le

Coachella 2012: Snoop Dogg et Dr. Dre célèbrent avec Eminem, 50 Cent, Wiz Khalifa et… 2Pac!

Dimanche 15 avril 2012 – Empire Polo Club (Indio, Californie)

En clôture de l’édition 2012 du festival Coachella, Snoop Dogg et Dr. Dre se payaient un petit party exclusif avec quelques dizaines de milliers de fans sur la scène principale du Empire Polo Club, afin de célébrer leur 20e anniversaire de collaboration. Les deux complices ont fait appel à quelques invités, et pas les moindres: Eminem, 50 Cent, Wiz Khalifa, Tony Yayo (de G-Unit), Kurupt, Warren G, Kendrick Lamar et… Tupac Shakur!

Rien de trop beau pour Snoop Dogg et Dr. Dre quand vient le temps de célébrer. Chargés de conclure le troisième jour de Coachella, les deux complices ont fait appel à leurs potes (et leur pot) pour créer un party rassembleur bourré de hits, à défaut de grande originalité ou de créativité visuelle (comme c’était le cas pour la prestation de Kanye West en pareille circonstance l’an dernier).

Snoop et Dre ont d’abord commencé par enfiler quelques titres en duo: The Next Episode, Kush, la populaire Gin N Juice ainsi que la toute première chanson sur laquelle ils ont collaboré ensemble il y a 20 ans, Deep Cover.

Les deux stars ont ensuite fait rentrer les invités. Dr. Dre s’est permis quelques duos avec ses protégés Kendrick Lamar (qui livrait une performance à Coachella vendredi soir) et Eminem (I Need a Doctor, Forgot About Dre et ‘Till I Collapse), alors que Snoop Dogg se jumelait à Wiz Khalifa pour Young Wild and Free, 50 Cent pour P.I.M.P.  et… Tupac Shakur pour 2 Of Amerikaz Most Wanted.

« Je vous le jure: je l’ai vu de mes yeux vu », jurait un pauvre jeune spectateur peu familier avec les nouvelles technologies à ses amis incrédules, qui revenaient du concert de AVICII à la tente Sahara.

Évidemment, 2Pac étant mort depuis une quinzaine d’années, sa présence en a surpris plus d’un. Il s’agissait en fait d’un hologramme recréé pour simuler un duo plus vrai que nature entre le défunt rappeur et son homologue du West Coast. Un peu comme Céline avec Elvis à American Idol, il y a 2 ans… mais en plus gangster.

Certains médias avaient rapporté vendredi que des hologrammes de 2Pac et Nate Dogg allaient faire partie du show de Dr. Dre et Snoop Dogg (la foule, bouche bée, n’en avait pas eu connaissance en tout cas), mais celui de Nate Dogg n’était visiblement pas prêt à temps. Les fans ont plutôt eu droit à un hommage respectueux mais conventionnel avec Kurupt et Warren G.

Bien qu’assez garnie, la prestation a paru courte et certainement moins impressionnante que celle de Kanye West, qui avait le même rôle de conclure Coachella l’an dernier.

Après Still D.R.E., la plupart des fans sont restés là, plantés comme des piquets à attendre un rappel qui n’est jamais venu. Espérons que pareil scénario ne se reproduise pas à Osheaga lorsque Snoop Dogg sera de passage (possiblement en tête d’affiche du samedi soir).

En bref:

– Retour plus ou moins réussi pour At The Drive-In, dont le matériel semble figé dans le temps. Le chanteur Cedric Bixler-Zavala (aussi frontman de Mars Volta) a bien essayé de mettre le feu aux poudres avec sa présence hyperactive habituelle, mais on sentait que le coeur n’y était pas vraiment, contrairement aux autres retours réussis cette année à Coachella (Pulp, Refused et The Hives). Peut-être que de les faire jouer sur la grosse scène entre Justice et Snoop Dogg/Dr. Dre n’était pas le choix le plus judicieux non plus.

– Justement, The Hives, eux, sont bien de retour et entendent regagner leur place parmi les groupes rock’n’roll les plus explosifs. Vêtus de tuxedo (alors que leurs techniciens de scène / percussionnistes portaient des costumes de ninja), les membres du groupe garage punk suédois ont proposé des classiques tels Main Offender, Idiot Walk, No Pun Intended et Hate to Say I Told You So, ainsi que quatre nouveaux titres, soit Come On!, Take Back The Toys, Wait A Minute et Go Right Ahead. The Hives n’avait pas joué à Coachella depuis 9 ans. Leur dernier album, The Black and White Album, remonte à 2007. Inutile de dire qu’un nouvel album s’en vient. On ignore quand pour l’instant.

– Parlant de nouvelles chansons, Santigold était de passage en milieu d’après-midi. La rappeuse et chanteuse pop de Philadelphie, qui s’appelait Santogold lorsque son premier album homonyme est sorti en 2008, lancera quant à elle un nouveau disque dans 3 semaines (Master of My Make-Believe). Si l’on peut se fier aux nouveau titres proposés à Coachella, ça augure bien. Le « o » de son nom passe à un « i », mais Santigold continue d’explorer dans les mêmes lignes directrices: à cheval entre rappeuse sur rythmes électro tronqués et chanteuse pop d’influence soul/motown sur pistes légèrement rock. Mi M.I.A., mi Janelle Monae, disons.

Justice était aussi du menu, en milieu de soirée. Excellente façon de se délier les jambes, puisque les deux Français ont transformé la marée humaine en gigantesque piste de danse avec leur electroclash nourri au rock pur et dur. Rien qu’on n’a pas entendu avant, mais Justice est encore et toujours diablement efficace.

Citation du jour:

« Our new single is so good, it’s actually a double »
– Howlin’ Pelle Almqvist, de The Hives

 

Grille de chansons
(Snoop Dogg et Dr. Dre)


The Next Episode
Kush
Gin N Juice
Deep Cover
Nuthin’ But A « G » Thang
Ain’t No Fun (If The Homies Can’t Have None) (hommage à Nate Dogg)
I Wanna Rock
Jump Around (reprise de House of Pain) / Drop It Like It’s Hot
Young Wild And Free (avec Wiz Khalifa)
The Recipe (avec Kendrick Lamar)
What Up Gangsta (avec 50 Cent et Tony Yayo)
P.I.M.P (avec 50 Cent)
In The Club (avec 50 Cent et Tony Yayo)
California Love
Hail Mary/2 Of Amerikaz Most Wanted (avec l’hologramme de 2Pac)
I Need a Doctor (avec Eminem)
Forgot About Dre (avec Eminem)
‘Till I Collapse (avec Eminem)
Who Am I? (What’s My Name?)
Still D.R.E.

Vos commentaires