Coldplay
Critique Publié le

Coldplay à Osheaga: une soirée magique

Samedi 1er août 2009 – Parc Jean-Drapeau (Montréal)

Toutes les conditions étaient réunies pour que la première journée du festival Osheaga soit parfaite: une rare belle journée d’été ainsi qu’une foule fournie et enthousiaste. Après une journée entière de bons concerts, il ne restait plus qu’à Coldplay de clore la soirée avec une prestation magique, et le groupe britannique n’a pas raté sa chance.

Les quatre compères n’ont pas perdu de temps pour partir la machine. Violet Hill a amorcé le spectacle sur les chapeaux de roue, suivi de Clocks et In My Place.

Le premier grand succès du groupe, Yellow, allait suivre avec l’arrivée d’immenses ballons jaunes remplis de confettis, qui bondissaient sur la foule gonflée à bloc.

Et la fête se poursuivuait, le groupe enfilant leurs nombreux succès (notamment Fix You, Hardest Part et Viva La Vida) pour le plus grand plaisir de la foule.


Feux d’artifices en toile de fond

Même les feux d’artifice de la Ronde sont venus prendre part aux célébrations! Avec la lune seule dans son coin de ciel sans nuage, les pétards lumineux servaient de toile de fond côté cour.

Le chanteur du groupe Chris Martin était d’ailleurs médusé lorsqu’il s’en est aperçu. Il se trouvait alors sur une mini-scène installée au beau milieu de la foule, avec ses trois comparses, pour y interpréter quelques versions acoustiques, un peu comme Patrick Watson avait tenté de le faire lors de son spectacle extérieur au Festival de Jazz.

Après la superbe Green Eyes, c’était au tour du batteur Will Champion (métamorphosé en guitariste pour la portion acoustique du spectacle) de nous interpréter sa fameuse chanson Death Will Never Conquer, que le groupe insère presque toujours à sa grille de chansons et qui figure également sur l’album live LeftRightLeftRightLeft, en téléchargement gratuit.

Il fallait bien s’y attendre : même presque un mois après le décès de Michael Jackson, quelqu’un se devait de faire un clin d’oeil au «roi de la pop» en interprétant une de ses chansons. Coldplay s’en est donné à coeur joie en interprétant une version acoustique de Billie Jean. L’originalité de l’idée est questionnable, mais il faut tout de même admettre que cette relecture était fort honnêtement menée et plutôt bien tournée

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires