Avec pas d'casque
Critique Publié le

Coup de coeur francophone – Jour 3 | Avec pas d’casque au Théâtre Outremont

C’est dans la grande salle bien remplie du Théâtre Outremont que se sont entassés des centaines de personnes fuyant ce début d’hiver pour la chaleur folk d’Avec pas d’casque et de David Marin en première partie. Un spectacle de trois heures, un arrêt dans le temps, une soirée comme il s’en fait peu.

C’est la fin d’un cycle pour Avec pas d’casque qui achève sa tournée Astronomie et qui se concentrera sur l’écriture et la composition d’un prochain album. À l’occasion du dernier spectacle prévu, à ce jour, à Montréal, des musiciens invités se sont joints au groupe pour habiter davantage la scène et l’espace et nous en mettre plein les oreilles. Simon Trottier (guitare, basse, lapsteel) et Ben Rocheleau (vibraphone, trombone et autres instruments à vent) étaient de la soirée, en plus du nouveau membre de la formation, Mathieu Charbonneau (autoharpe, baryton, clavier).

Stéphane Lafleur (chanteur et guitariste) a débuté la longue soirée avec la pièce Intuition #1 «Tu diras/Tu diras que c’est l’instinct qui t’a / mené jusqu’ici.» ce qui est probablement le cas de la majorité du public. L’instinct que ce spectacle serait spécial, l’intuition qu’il valait la peine de se déplacer. Tous avaient raison. Se sont enchaînées des chansons du mini-album Dommage que tu sois pris, paru en janvier dernier, de leur album précédent Astronomie, mais également des albums Dans la nature jusqu’au cou et Trois chaudières de sang.

Le charisme et la simplicité de Lafleur lui permettent de créer ce lien amical avec ses spectateurs. Comme une ambiance de bord de feu, un sentiment d’amitié ou comme il le préférait hier soir, un bain de minuit, tous ensemble, pour Deux colleys. Une activité bien personnelle et intime, comme l’ensemble de la soirée. Après 75 minutes le public en redemandait au groupe qui est revenu pour interpréter une pièce des sœurs Boulay (écrite par Lafleur) Ôte-moi mon linge, ainsi que Les oiseaux faussent aussi. Un deuxième rappel s’est ensuite imposé et nous a permis d’entendre une toute nouvelle chanson en duo avec Mathieu Charbonneau, les autres membres du groupe ne la connaissant pas encore.

Une soirée comme il s’en fait peu, un spectacle magnifique malgré l’inébranlable expression de Nicolas Moussette, les pantalons sans bouton de Simon Trottier et le tapis de batterie psychédélique de Joël Vaudreuil.

David Marin en première partie
Venu présenter les chansons de son nouvel album Le choix de l’embarras, Marin était accompagné des excellents musiciens Pierre Fortin à la batterie (Galaxie, Fred Fortin, Dales Hawerchuk) et Marc-André Landry à la basse (Chloé Lacasse).

Un son si bien travaillé et des textes si bien réfléchis que le sentiment de familiarité avec sa musique est spontané même pour une première écoute. En trio il déplace de l’air, il joue fort, il déconne, il chante juste.

Son spectacle complet s’annonce excellent, avoir l’embarras du choix, c’est celui à faire. On voudrait le comparer que la tâche serait bien difficile. Il a tout de même pris 6 ans entre ses deux albums pour faire les choses à sa manière, à son goût et c’est réussi. Le public l’a aussi compris puisque les magasins sont dépouillés de son dernier album et que l’engouement semble bien répandu.

Grille de chansons – Avec pas d’casque

Intuition #1
Défrichage
Flammes de feu
Apprivoiser les avions
Apaiser le singe
Les nouveaux paysages
Faire l’étoile et caler quand même
En attendant que ça paye
Talent
Walkie Talkie
Dommage que tu sois pris, j’embrasse mieux que je parle
La journée qui s’en vient est flambant neuve
Deux colleys
La pire journée au monde
Joël fait dire
Veiller le feu

Rappel 1
Ôte moi mon linge (Les sœurs Boulay)
Les oiseaux faussent aussi

Rappel 2
Nouvelle chanson

Événements à venir

Vos commentaires