Clara Ponty
Critique Publié le

Critique album: Clara Ponty – Into The Light

Clara Ponty - Into The Light Clara Ponty Into The Light

Certains albums nous transportent instantanément dans un univers musical fort agréable dont on soupçonnait à peine l’existence. Imaginez un piano, parfois jazz, tantôt pop, et ajoutez-y au bout des touches la voix douce et limpide de Clara Ponty. Par la suite, assaisonnez le tout d’orchestrations à saveur légèrement classique, et nous voilà partis pour un voyage des plus apaisant avec Into The Light.

Après quatre albums essentiellement instrumentaux, la pianiste Clara Ponty nous présente onze pièces originales, dont neuf chantées. Le résultat, rempli d’une douce énergie, est surprenant et réconfortant. Les amateurs de Coral Egan, de Claire Pelletier ou même de Sarah McLachlan apprécieront instantanément.

Celle qui a été surnommée la «fée du piano» est nulle autre que la fille du fameux violoniste de jazz Jean-Luc Ponty. Née à Paris, et élevée en Californie, Clara Ponty trempe dès son plus jeune âge dans des univers propices à son développement artistique. Enfant, elle composait déjà ses premières pièces. Par la suite, elle a eu le privilège de fréquenter les plus grands établissement de musique des États-Unis afin de peaufiner son art.

Ce qui retient principalement l’attention sur ce disque, ce n’est pas tant le talentueux piano de madame Ponty, mais plutôt le juste équilibre entre la voix de l’artiste et les arrangements musicaux. Tout est fait avec retenue et luminosité. De  plus, au fil des pièces, nous avons la chance d’apprécier la plume de Clara Ponty qui nous cause, avec sensibilité et authenticité, de sentiments humains, d’espoir et d’amour.

Pour mener à terme ce projet, Clara Ponty a fait appel à une équipe de musiciens et d’invités prestigieux dont les Vincent Segal, Jean-Luc Ponty, Nigel Kennedy et Stéphane Guillaume. Élaboré entre Paris, Londres et New York, c’est le producteur Stuart Bruce (Roy Orbison, Stevie Wonder, Barry White, Bob Marley) qui a insufflé style et couleur à Into The Light.

Au final, nous avons droit à un album sans prétention, très sympathique et dont la finesse saura nous procurer une sorte de plaisir attachant. Sans nécessairement innover, Into The Light se voudra être le compagnon idéal pour vos soupers à la chandelle ou tout simplement pour accompagner vos soirées consacrées à la lecture.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires