Critique concert: Lauryn Hill à Montréal

Critique concert: Lauryn Hill à Montréal

Publié le

Rédactrice

Critique Dimanche 23 janvier 2011 – Métropolis (Montréal)

La diva a tenu les Montréalais éveillés jusqu’aux petites heures pour son grand retour!

* * * *

23h15 – Le DJ de Lauryn Hill monte sur scène pour jouer quelques classiques hip-hop afin de faire patienter le Métropolis plein à craquer.

12h15 – On annonce au microphone que le spectacle ne va pas tarder et que la chanteuse éprouve quelques difficultés avec sa voix… la foule demeure patiente.

12h25 – Les musiciens montent sur scène et accompagnent le DJ, qui fait son possible pour réveiller un peu les fans.

12h35 – Lauryn Hill fait enfin son apparition sur scène…

* * * *

Voilà ce qu’ont vécu les milliers d’admirateurs qui s’était rassemblés dimanche soir dernier au Métropolis de Montréal.

Alors qu’à l’extérieur, on ressentait un glacial -25 degrés, on aurait espéré une ambiance un peu plus chaude à l’intérieur de la salle de spectacle. L’atmosphère était en effet assez étrange lorsque la très chic diva MS Lauryn Hill nous a enfin fait cadeau de sa présence.

Pas que ce fût une grande surprise : la chanteuse a pris l’habitude lors de cette tournée de faire des entrées tardives. Mais pour un dimanche soir frigorifiant de janvier, la plus part des gens présents auraient certainement préféré qu’elle fasse exception dans la métropole québécoise.


Un début étrange

Lauryn Hill au Métropolis

Il n’y avait pas que la foule qui était dans un drôle d’humeur en début de spectacle. C’est une Lauryn Hill avec l’air un peu fatigué qui s’est présentée à nous. Elle semblait effectivement avoir des problèmes de voix, toussant quelques fois avant d’entamer la première pièce du spectacle: Lost One, tirée de The Miseducation of Lauryn Hill.

La chanteuse semblait également être incommodée par des bouffées de chaleurs, épongeant sans cesse son visage avec une serviette.

Mais après une vingtaine de minutes d’ajustement,  la foule et la chanteuse, bien appuyée par ses huit musiciens et ses trois choristes, ont repris du mieux. L’attitude de Lauryn Hill envers ses musiciens, qui frôlait au départ l’arrogance, s’est transformée en une assurance qui lui a valu le respect de ses fans.

Agissant carrément comme une chef d’orchestre, elle contrôlait parfaitement son environnement, demandant par des gestes un peu moins de basse, un peu plus de choristes, etc. Plusieurs fois pendant le spectacle, elle ne s’est pas gênée pour demander des ajustements dans l’éclairage. Et vous savez quoi? À chaque fois, elle avait raison.

Le public a eu droit aux plus grands succès de l’album The Miseducation of Lauryn Hill, dans des versions complètement réarrangées. Même si parfois il fallait quelques secondes à la foule pour reconnaître le succès, il faut avouer que les arrangements étaient sublimes.


Les succès des Fugees ont réveillé la foule

L’ambiance a levé sur les rythmes hip-hop de Final Hour (You Could Get the Money, You Could Get the Power), mais jamais autant que lorsque Lauryn a demandé à la foule s »il y avait des fans des Fugees dans la salle. C’est à ce moment précis que le Métropolis a semblé oublier la fatigue et que MS Hill s’est carrément laissée aller.

How Many Mics, Fu-gee-la et Ready or Not ont, entre autres, fait danser le Métropolis. La ballade Killing Me Softly a créé un des plus beaux moments du spectacle, Lauryn Hill laissant généreusement la foule chanter avec elle.

Pour ceux qui s’interrogeaient sur la qualité de la voix de la dame des Fugees, elle n’est certes pas la même que dans les années 90. Beaucoup plus basse, plus écorchée, elle n’a cependant pas perdu de sa justesse ou de son charme. Elle se fond parfaitement aux nouveaux arrangements de ses chansons, leur donnant un ton plus soul qui lui va bien de toute façon.

« I will come back very soon Montreal! »

Le spectacle s’est conclu avec le succès Doo Wop (That Thing), à 2h30 du matin, sans rappel. La chanteuse a souligné qu’elle était consciente que tout le monde était fatigué, elle a remercié la foule de sa patience, s’est montrée généreuse en signant quelques autographes à ceux qui étaient près de la scène. D’ailleurs, Lauryn Hill a eu cette attitude tout au long du spectacle, s’adressant beaucoup à son public et intégrant « Montreal » à beaucoup de ses chansons.

Elle a d’ailleurs souligné à plusieurs reprises qu’il s’était écoulé beaucoup trop de temps depuis sa dernière visite… et nous a promis autant de fois que nous la reverrions très, très bientôt.

Aurons-nous la chance de la voir cet été dans un des nombreux festivals québécois? C’est à surveiller…

Événement à venir

Lauryn Hill 20h00
L'Olympia Montréal 23 juin 2014
 
Acheter billets

Artistes: Villes: Salles: