L'Autre St-Jean
Critique Publié le

Retour sur L’Autre St-Jean au Parc du Pélican avec Malajube, Plaster et SoCalled!

23 juin 2012 – Parc du pélican (Montréal)

Les célébrations de la fête nationale du Québec, la St-Jean-Baptiste, débutaient samedi soir à Montréal au parc du Pélican avec L’Autre St-Jean qui proposait une programmation alléchante et diversifiée avec la crème des artistes locaux: Malajube, Plaster et SoCalled entre autres. Une soirée qui a donné lieu à un intéressant mélange des genres. 

SoCalled (par Clémentine Roussel)

Josh Dolgin alias SoCalled était à l’Autre Saint-Jean afin de présenter les morceaux de son plus récent album Sleepover. La foule a directement accroché avec son premier morceau UNLVD. Look détendu, arborant le carré rouge, s’excitant sur sa boîte à rythme, SoCalled plante le décor en criant « on fait la fête ce soir » avec son charmant accent anglophone. Il enchaîne avec le morceau Sleepover qui porte le même titre que l’album.

Flashback sur ses premiers succès, son acolyte Katie Moore et lui interprètent leur morceau le plus connu You  Are Never Alone. Mention particulière à ses efforts pour traduire les paroles en français, histoire de coller au thème de la soirée !

Impossible de savoir si c’était la foule du parc du Pélican qui portait SoCalled ou le contraire, mais la chimie se faisait parfaitement. Dans cet élan de bonne humeur générale, il poursuit avec le morceau Work With What You Got et continue avec Told Me So. C’est alors qu’il déclame « qu’est-ce que vous faites demain pour la vraie Saint-Jean ? Venez chez moi » et qu’il poursuit la joke en allant même jusqu’à donner son adresse ! Il termine son concert en chantant avec Katie Moore These Are The Good Old Days et en faisant chanter la foule qui s’y est donnée à coeur joie.

SoCalled nous a fait un teaser de son nouvel opus, qui est plus que prometteur. Mélange détonnant entre électro, hip-hop et même reggaeton avec comme ligne directrice des sonorités yiddish… Un beau bordel ! Ce jewish cowboy maîtrise à merveille le mélange des styles, lui-même hyperactif musicalement entre ses talents de chanteur, rappeur, DJ, joueur d’accordéon ou de piano. Hier, le parc du Pélican s’est transformé le temps de quelques chansons en Bar Mitzvah géante, une Bar Mitzvah qui groove, qui entraîne, Mazel Tov !

Plaster (par Marie-Kim Dupuis-Brault)

Après la prestation sympathique de SoCalled, c’est Yves Lambert, vétéran de la scène folklorique québécoise qui a pris les planches pour 40 minutes pour influer un peu de musique typiquement québécoise et de chansons à répondre à cette soirée à saveur indie qui mettait surtout en vedette la relève de la scène locale. Un segment qui a dégourdi la foule, qui a pris un plaisir évident à taper des mains et des pieds de concerts avec l’ex-Bottine Souriante.

Après un discours politisé moyen aux couleurs patriotiques de François Parenteau, porte-parole de l’événement, et l’animation amusante de MC Gilles, Plaster est venu contraster avec son prédecesseur en présentant son électro-jazz percutant.

Débutant avec l’excellente Be My Woman, additionnée d’échantillons de discours politiques pour la cause, Plaster a su faire danser les fêtards. Ils ont enchaîné avec plusieurs pièces issues de leur deuxième album, Let It All Out, fraîchement paru en mai dernier. La chanson Bougéré a aussi provoqué des éclats de joie et a contribué à construire une ambiance de fête, mais l’énergie et l’entrain se sont estompés peu à peu au cours de la prestation, comme si la foule se lassait un peu de la musique instrumentale qui, avouons-le, n’est pas nécessairement la plus accessible au plus grand nombre.

Le trio a terminé sur une note un plus « club » et un jam avant de cédé la place au dernier groupe de la soirée, Malajube.

 

Malajube (par Thomas Tigé)

Peu après 23h, c’était au tour de Malajube de s’emparer de la scène. Suite à un appel de la foule dirigé par les animateurs de la soirée, les sons de La caverne ont pris possession du parc Pélican. Malgré une qualité de son exécrable, l’accueil du public restait chaleureux, et on pouvait déjà voir des fans chanter avec le chanteur Julien Mineau.
La prestation du groupe a commencé avec d’autres morceaux issus de son dernier album, jusqu’à ce que Le blizzard entâme une transition sur Les dents, pièce du premier album qui devait précéder des morceaux plus anciens, au plus grand bonheur du public présent.

On soulignera d’ailleurs la proximité du public et du groupe; alors que Mineau accordait sa guitare et s’excusait auprès du public d’avoir à changer d’ampli, le batteur Francis Mineau s’est mis à accompagner les choeurs des premières rangées de spectateurs qui entonnaient le désormais célèbre hymne « La loi spéciale, on s’en calisse ». Tout le groupe a fini par se livrer à cette petite chorale improvisée.

Le groupe semblait d’ailleurs très heureux et très fier de jouer ce concert ponctué par des « Bonne St-Jean » hurlés dans les micros jusqu’à pleine saturation des hauts-parleurs.

En somme, ce n’était peut-être pas le plus parfait des concerts, mais le public était visiblement immensément heureux de revoir Malajube une semaine après leur prestation aux Francofolies de Montréal. Les musiciens ont donc été reçus en triomphe et ont su raviver la fibre patriotique de tout et chacun.

Bonne St-Jean à tous les Sorteux!

Vos commentaires