Cirque du Soleil - Michael Jackson
Critique Publié le

Critique: Michael Jackson – Cirque du Soleil à Montréal

Dimanche 2 octobre 2011 – Centre Bell (Montréal)

Le Cirque du Soleil dévoilait ce soir, en première mondiale, son spectacle consacré à l’oeuvre de Michael Jackson, au Centre Bell, à Montréal. À défaut d’être la réussite totale que certains anticipaient, The Immortal World Tour brille par sa scénographie inventive alors que les chorégraphies (qui dominent les acrobaties) sont plutôt inégales et la subtilité n’est pas au rendez-vous.

Le départ était fort prometteur: on nous présente les portes géantes de Neverland avec ses statues qui prennent vie au son de Childhood, alors qu’une marionnette du jeune Michael flotte au-dessus de la foule dans une montgolfière. Un vibrant hommage à l’enfance et son lien étroit avec l’imaginaire, la création. La magie s’installait.

La suite s’effectue toute en percussions avec Wanna Be Startin’ Something puis Dancing Machine, avec une approche plus industrielle, qui reviendra d’ailleurs plus tard avec encore plus de force lors de They Don’t Care About Us.

La danse à l’honneur

Dès lors, on comprend que le Cirque du Soleil s’aventure hors de sa zone de confort, comme il se doit. La danse occupe, après tout, une place prédominante dans l’univers créatif de Michael Jackson et le spectacle se devait d’y accorder l’importance qui lui revient.

Or, les chorégraphies ne sont pas toujours à point, ni suffisamment ambitieuses pour rendre justice à l’artiste.

Le numéro de danse de Thriller, par exemple, manque de punch à un moment où l’on aurait imaginé que l’aspect théâtral aurait été davantage exploité. La réplique exacte des mouvements de danse du célèbre vidéoclip (par des momies blanches assez banales) devait sans doute être une sorte d’hommage, mais s’est plutôt avérée une pâle copie.

D’autres numéros tombent carrément à plat: Gone Too Soon avec ses structures métalliques en forme d’animaux, un medley des Jackson Five coloré mais sans plus avec prestation de lypsynch des clowns de service, et une finale multiculturelle un peu cucul au son de Black or White, après avoir à peine effleuré Billie Jean.

Scénographie impressionnante

La scénographie demeure toutefois une grande force de la production, particulièrement pour un spectacle voué à une tournée mondiale. L’arbre gigantesque qui domine le milieu de la scène, les multiples écrans, la passerelle en tapis-roulant, les costumes recouverts de lumières (emprunt direct à This Is It), le superbe duo cygne blanc/cygne noir sur I Just Can’t Stop Loving You, la chorégraphie inspirée et la
thématique gangster pour Smooth Criminal: les flashs ingénieux sont nombreux et en mettent plein la vue.

Certaines de ces idées sont toutefois mal exploitées, notamment les souliers géants lors de Beat It et l’inclusion de Buble, le célèbre singe de Michael Jackson, parmi les personnages. Le numéro de ballons pour Jam semblait également superflu.

Certains choix esthétiques sont également discutables. On dirait parfois qu’il s’agit d’un spectacle du Cirque du Soleil faisant usage de l’oeuvre de Michael Jackson, au lieu d’être au service de l’univers auquel il entend rendre hommage.

À trop vouloir en faire un spectacle universel et colporteur de belles valeurs, la subtilité en prend un coup. Les inquiétudes écologiques de MJ (Earth Song) et sa propension à promouvoir l’amour comme remède aux maux de l’humanité sont notamment des thèmes trop appuyés et exprimés par le biais d’images un peu grosses, comme les omniprésents coeurs lumineux.

Sans être raté, The Immortal World Tour n’est pas à la hauteur de ce qu’il pourrait être. Quand on considère ce que le Cirque a accompli avec Love, un hommage aux Beatles où la direction artistique s’est laissée imprégner par la musique du groupe pour en faire une oeuvre distincte en soi, on est porté à croire que le spectacle sur MJ en résidence à Las Vegas, prévu pour 2013, risque d’être davantage satisfaisant pour les fans…

Liste des tableaux

1) Childhood
2) Wanna Be Starting Something
3) Shake Your Body Down to the Ground
4) Dancing Machine
5) Ben
6) This Place Hotel
7) Smooth Criminal
8) Dangerous
9) Medley – Jackson 5: I Want you / ABC / The Love You Save
10) (Mime)
11) Human Nature
12) Is It Scary
13) Threatened
14) Thriller
15) I Just Can’t Stop Loving You
16) Beat It
17) Jam
18) Earth Song
19) Scream
20) Gone Too Soon
21) They Don’t Care About Us
22) Heal the World / Will you Be There
23) Can You Feel It / Don’t Stop ‘Til You Get Enough / Billie Jean / Black Or White
24) Man In The Mirror

Quelques faits intéressants

– Après les représentations initiales des 2 et 3 octobre à Montréal, la tournée The Immortal World Tour sera proposé au public d’Ottawa du 7 au 9 octobre, puis parcourera l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie. Rappelons que le spectacle sera de retour au Centre Bell du 20 au 22 mars 2012, et sera aussi présenté au Colisée Pepsi, à Québec, les 24 et 25 mars 2012.

– Le Cirque du Soleil en sera à son 3e spectacle consacré à l’oeuvre d’une icône de la musique pop, après Viva Elvis (Elvis Presley) et Love (Beatles), tous deux en résidence à Las Vegas.

– The Immortal World Tour est seulement le deuxième spectacle du Cirque du Soleil conçu dès le départ pour être présenté dans divers amphithéâtres plutôt que sous chapiteaux, après Delirium

– Le Cirque a fait appel à Jamie King, proche collaborateur du défunt Roi de la pop, pour la mise en scène, alors que Greg Phillinganes (ex-Wonderlove aux côtés de Stevie Wonder) agit à titre de directeur musical. Tous deux en sont à leur première collaboration avec le Cirque du Soleil, contrairement à la directrice de création Chantal Tremblay (Mystère, Alegria, Love, Ovo).

– Un album tiré du spectacle sera disponible dès le 21 novembre 2011, en format simple ou « deluxe ».

Vos commentaires