Steel Panther
Critique Publié le

Critique | Steel Panther au Métropolis : Soirée glam rock et paillettes

Après avoir été sur le line-up du Heavy Montréal et avoir ouvert pour Judas Priest en janvier dernier, c’est au Métropolis et seuls comme des grands que les gars de Steel Panther remettaient ça dimanche soir. Connu pour leur humour et parodie, on s’attendait à en avoir pour notre argent…


Avant même que le spectacle commence, on avait un show. Effectivement, plusieurs fans avait décidé de se gâter et se la jouer « années ’80 ». Pants en cuir ou en spandex à rendre jalouse la police de Montréal, des fausses coupes Longueuil et des cheveux longs à la Dee Snider, sans oublier le fameux bandeau ou les gants coupés comme accessoire.

Le quatuor de Los Angeles a embarqué sur le stage un peu après 21h et les gars étaient prêts à avoir du fun, et surtout nous faire faire un voyage musical dans les années ’80. On avait juste à se boucher les oreilles et on avait Poison ou Mötley Crüe devant nous.

Les gars font beaucoup de blagues, mais on réalise assez rapidement que le groupe est vraiment solide musicalement aussi. Satchel (guitariste) excelle derrière une guitare et il nous l’a prouvé avec un solo de guitare trop fort pour la ligue.

Photo par BenfocusT Photos.

Photo par BenfocusT Photos.


JOYEUX ANNIVERSAIRE, MR. STARR!

C’était une journée spéciale en plus, parce que c’était l’anniversaire de Michael Starr (chanteur) qui tournait les 50 ans. Pour célébrer l’évènement, Satchel a décidé de faire monter des filles sur la scène. Ça en prenait pas plus pour que ça se frotte, et que ça nous montre leurs boules.

Parlant de boules, évidemment on en a vues sur scène, mais aussi dans la foule. Steel Panther joue beaucoup avec ça lors des interventions entre les chansons, dans le genre : « As-tu envie de nous rejoindre backstage ? », « Montre-moi tes boules » ou notre préféré « J’aime ça manger des plottes, y’a tu des filles qui veulent se faire manger ? »

Le problème avec le show de Steel Panther, c’est qu’il y a beaucoup de longueurs. C’est drôle quand les gars disent des niaiseries entre les tounes, mais quand ça dure 3 ou 4 minutes entre chaque toune, ça tourne un peu en rond à la longue.

Autre point négatif : si vous avez déjà vu le band une fois, ça se répète un peu. Il leur faudrait trouver des nouvelles niaiseries pour maintenir la barre haute et en mettre plein la vue à chaque fois.

Événements à venir

Vos commentaires