The Pretty Reckless
Critique Publié le

Critique | The Pretty Reckless à l’Olympia de Montréal

En mars dernier, The Pretty Reckless présentait son deuxième album, Going to Hell. Samedi soir, la formation débarquait à l’Olympia de Montréal, avec sa tournée du même nom. Malgré un début sensiblement identique à ce qui avait été vu dans lors des spectacles précédents, Momsen et sa bande ont été en mesure d’offrir une prestation rock énergisante à leurs fans, qui avaient répondu à l’appel en grand nombre. 

Histoire d’imposer une thématique dès le début, ce sont les sons de cloches de la pièce Hell’s Bells d’AC/DC qui ont retenti dans la salle, à 21 h 45. Le Going to Hell Tour pouvait commencer! 

Les membres du groupe ont alors pris place sur scène, devant l’immense toile de fond sur laquelle on pouvait lire le nom du groupe, sous l’espèce de croix fléchée que l’on retrouve sur la pochette de leur dernier album. Au niveau de l’éclairage, on retrouvait les traditionnels feux colorés, mais ce qui donnait vraiment le punch au décor, c’était la salle elle-même, un peu comme si l’Olympia rimait avec rock. Vraiment, c’était très beau!

 

The Pretty Reckless, le groupe

Ce n’est une surprise pour personne : la vedette du groupe, c’est Taylor Momsen. Lors des derniers spectacles de la formation, c’est ce qui était mis de l’avant : une jeune blonde qui se déhanche sur scène, devant une foule (quand même plutôt jeune) qui n’a d’yeux que pour elle, ou peut-être ce qu’elle était dans la série Gossip Girl. Bref, peu importe.

Samedi soir,  on semblait plutôt miser sur le groupe dans son ensemble. Autrement dit, ce n’était plus Taylor Momsen, mais bien The Pretty Reckless au complet qui était sur scène. Certes, il aura fallu attendre la cinquième pièce – Cold Blooded – pour voir ce changement, mais une fois que les musiciens ont pris leur place, le spectacle avait atteint son apogée. La chanteuse, qui a quand même une forte présence sur scène, a semblé s’effacer légèrement, juste assez pour que l’attention se tourne vers ses collègues.

Au niveau du choix des chansons, le groupe a fait un savant mélange de tout son matériel. Certaines pièces ont été interprétées avec un tempo un peu plus rapide, tandis que d’autres ont permis des solos assez remarquables. On pense entre autres au guitariste Ben Philipps, sur Absolution.

 

Chimie payante

Il aura fallu attendre quelques tournées, mais la chimie entre les membres du groupe semble de plus en plus forte et comme ils commencent à avoir plus de matériel à livrer sur scène, il en résulte une combinaison gagnante sur toute la ligne.

Même la chanteuse semblait plus en forme qu’à l’habitude, plus éveillée! Elle échangeait davantage avec son public, le remerciant de s’être présenté en si grand nombre et en l’encourageant à chanter les paroles des plus gros hits du groupe.

Pendant le rappel, c’est le batteur, Jamie Perkins, qui a eu droit à son moment de gloire. Laissé seul sur scène au beau milieu de Fucked Up World, ce dernier a offert un généreux solo de batterie. Bien qu’il soit talentueux, les autres membres du groupe auraient pu revenir sur scène plus rapidement pour finir la chanson, car si au départ le solo était impressionnant, au bout d’un certain temps, il est devenu quelque peu lassant.

Au final, il est bien plaisant de voir le groupe évoluer au fil des spectacles pour livrer leur gros rock… Et samedi soir, tous ceux qui étaient réunis à l’Olympia ont eu droit à un vrai bon gros show rock!

 

Crash Midnight et Adelitas Way en première partie

Même si on indiquait que le spectacle devait commencer à 20 h, la formation Crash Midnight s’est présentée bien avant sur scène, si bien qu’à 20 h 15, elle retournait en coulisses. Il aura tout de même été permis d’apprécier une reprise de Mr. Brownstone de Guns N’ Roses.

Adelitas Way a ensuite offert quelques chansons. Très charismatique, le chanteur semblait à sa place sur scène et n’hésitait pas à faire participer la foule. Après avoir demandé au public qui avait été la première personne à arriver dans la file d’attente pour le spectacle et avoir vu deux mains se lever, il a demandé à ces deux personnes de faire un combat de roche-papier-ciseau pour en avoir le coeur net. Juste comme ça, pour le fun.

Quelques instants plus tard, il demandait à tous « Spread the love », avant d’entamer une de leur chanson assez connue, Alive.

Bref, Crash Midnight et Adelitas Way ont été en mesure de réchauffer le public, et ils semblaient très heureux de se retrouver sur scène pour partager leur musique. Un sentiment que la foule leur a bien rendu.

 

Grille de chansons

Follow me down
Since You’re Gone
Sweet Things
Miss Nothing
Cold Blooded
Dear Sister
Absolution
Why’d You Bring a Shotgun to the Party
House on a Hill
Make Me Wanna Die
Heaven Knows
Going to Hell

Rappel
Fucked Up World

Vos commentaires