Lagwagon
Critique Publié le

Dampfest 2014 | Lagwagon, The Planet Smashers, Silverstein, Gutter Demons et plus

Après avoir pris une pause l’an dernier, le Dampfest revenait à Saguenay pour une 2e édition sur un nouveau site à l’intérieur de l’hôtel Chicoutimi. Les amateurs de punk et hardcore ont été servis à souhait en ce dimanche du dernier jour d’août.

LAGWAGON

Après un peu plus de 2 ans, la formation punk californienne revenait dans la région avec un spectacle de 1h15 avec leurs plus grands hits. Sur le coup de 22h , Lagwagon est arrivé sur scène enclenchant ses classiques After You My Friend, Falling Apart Download, Island of Shame, Violons, au grand plaisir des 750 personnes (selon l’organisateur).

Après un début flamboyant, on pouvait s’attendre à toute une fin de soirée avec les gars de Lagwagon. Chris Flippin et Chris Rest, tous deux les guitaristes du groupe, y sont allés de leurs plus grands solos, l’un après l’autre, tout au long de la soirée.

Mention spéciale à Joey Cape qui, lors de la 12e chanson, est revenu seul sur scène avec sa guitare électrique nous jouer Exit de son bon ami Tony Sly, chanteur de No Use For Name décédé il y a 2 ans, en laissant chanter la foule qui était en délire.

Le groupe a terminé la soirée avec May 16th et Razor Burn. Se concentrant sur les plus gros hits, la formation californienne n’a pas offert d’aperçu de leur prochain album, qui sortira cet automne le 28 octobre.

The Planet Smashers

« Party, Party, Party », c’est ce qui peut résumer la performance de The Planet Smashers qui s’est adressé à la foule en français une bonne partie de la soirée. Les gens faisant du body surfing, les filles sur les épaules, un spectacle qu’on est habitué de voir de la part de la formation Montréalaise, sans plus.

Sur la chanson Surfin’ On Tofino, Matt Smashers a même demandé à la foule de se séparer en deux, (après des années à demander à se mettre à genoux). Voilà que les Planet renouvellent, il était temps. 

Silverstein

Un groupe inconnu de notre collaborateur avant hier, a beaucoup impressionné. La voix du chanteur en a épaté plusieurs passant d’une voix grave à aigu fait à la perfection. On a même eu droit à It’s My Job To Keep Punk Rock Elite chanson du groupe punk NOFX.

Seul hic, la chanson To Life To Lose (qui est une chanson vraiment plus tranquille) a refroidi la foule avec 3 chansons à faire.

Gutter Demons

Après plusieurs années d’absence, Gutter Demons est arrivé avec le sourire, heureux d’être de retour sur scène après 7 d’absence ayant fait seulement 2 spectacles au Québec depuis mai dernier. Les titres de leurs trois albums ont défilé à vive allure pendant 50 minutes et oui, nous en aurions pris bien plus.

Après leur spectacle, Sors-tu.ca a eu droit à un entretien avec le groupe formé de Flipper à la contrebasse, Johnny Toxik et un nouveau membre à la batterie, Erwan. À lire sur Sors-tu.ca prochainement.

Fullcount, Charlie Foxtrot, Get The Shot, Cardinals Pride et plus

Avant les cinq têtes d’affiche on a eu droit à plusieurs autres groupes qui ont offert des prestations durant la journée. Malheureusement, la foule était peu nombreuse avec environ une centaine de curieux venant voir la musique de la relève.

Mention spéciale au groupe de Québec Get The Shot. Le chanteur a une énergie contagieuse, un groupe qu’on pourrala semaine prochaine à Envol et Macadam.

Aussi le festival avait organisé un concours où 4 groupes participaient pour avoir la chance de gagner un spectacle avec au Pouzza Fest et beaucoup plus. Le gagnant a été la formation de Jonquière Wrong Advice.

Point négatif du festival, le son était beaucoup trop fort pour la salle qui ne pouvait comporter que 1000 personnes. En ce qui concerne l’éclairage, aucun éclairagiste n’était présent tout au long de la journée. Seulement des spots blancs éclairaient les groupes. Il a eu un grand manque à ce niveau.

 

Événements à venir

Vos commentaires