Dancers of Damelahamid
Critique Publié le

Dancers of Damelahamid | Voyage initiatique au cœur de la culture amérindienne de Colombie Britannique

Pour la première fois à Montréal, la compagnie autochtone Dancers of Damelahamid est en représentation sur invitation de Danse Danse. Flicker, une fable onirique combinant tradition et graphisme moderne emportera le spectateur dans le monde spirituel des ancêtres Gitxsan. Spectacle liant tradition et modernisme, Flicker est en représentation à la Cinquième Salle du 14 au 18 novembre.

Cérémonie d’ouverture

En cette soirée de première pour les Dancers of Damelahamid, Ka’nahsohon Kevin Deer, ritualiste cérémoniel Mohawk plonge d’abord le public dans la tradition. Au cours d’une courte cérémonie d’ouverture, il invite le public à la réflexion vers un retour aux sources. Rappelant le lien de tout être vivant avec la Terre Mère, il conditionne habilement le public pour le spectacle qui suit.

 

Flicker, voyage onirique en territoire Gitxsan

La danse de la côte Nord-Ouest de la Colombie Britannique est une danse narrative. Dans Flicker, le personnage central, le pic bois, est tantôt un oiseau au ramage flamboyant, tantôt un homme en voyage initiatique. Le jeune homme commence son périple par un rituel dans la rivière. Au cours de son voyage, il rencontrera des esprits, des animaux, et entrera en contact avec ses ancêtres. Sur une trame sonore faite de bruits de la forêt, de musique traditionnelle et de segments parlés, le personnage central évolue donc entre monde réel et monde spirituel. Il y rencontre des animaux mythologiques. Les masques et costumes colorés portés par quatre danseuses s’effaceront alors aux yeux du public, pour laisser place à l’oiseau, au poisson ou au cerf.

Fermement ancré dans la tradition, Flicker permet au spectateur d’entrevoir la complexité des cultures autochtones. Le spectacle d’une durée de 1h20 est composé de mouvements répétitifs de danses traditionnelles de la Côte Nord-Ouest, de Pow Wow, et de danse contemporaine. Les textes en langue autochtone contribuent à plonger la salle dans l’univers spirituel de la fable. Une traduction aurait-elle rendu moins hermétique le spectacle? Difficile à dire. Une traduction risquant de provoquer une perte d’authenticité, ou de sortir complètement le spectateur de son voyage onirique.

 

Dancers of Damelahamid, un compagnie depuis plus de 50 ans

Damelahamid fait référence au territoire donné aux Gitxsan lorsque leurs ancêtres arrivèrent sur terre. Pendant des générations, les pratiques de danse et chant du peuple Gitxsan ont été bannies. Depuis sa création dans les années 60, la compagnie Dancers of Damelahamid s’emploie à faire revivre cette forme d’art ancien et de la partager avec le public. Margaret Grenier, directrice artistique, est la fille des fondateurs de la compagnie, fondée à l’origine pour conserver et faire revivre la tradition de danse autochtone de la côte du Nord-ouest. À présent, au-delà de maintenir la tradition vivante, Margaret Grenier a étendu le rôle de la compagnie en créant des spectacles s’éloignant des clichés et ouvrant la tradition à d’autres influences. Pour un spectateur à l’œil non averti, il n’est pas toujours simple de déceler ces traits de modernisme. Mais l’usage de technologies multimédias, la production de masques et costumes réalisés hors des traditions ou l’ajout de mouvements de danse contemporaine sont autant de signes que les créations de Margaret Grenier évoluent avec leur temps.

Véritable pont interculturel, Flicker est une opportunité rare d’avoir accès à la culture autochtone de Colombie Britannique. Plus rare encore, Flicker est une création moderne qui vient mélanger tradition et arts multimédias. Flicker est en représentation à la Cinquième Salle tous les soirs jusqu’au 18 novembre.

Événements à venir

Vos commentaires