Dave Gahan
Critique Publié le

Dave Gahan & Soulsavers – Angels & Ghosts (***1/2) | Un brin plus sombre, mais toujours aussi enchanteur

Dave Gahan - Angels & Ghosts Dave Gahan Angels & Ghosts

Il y a trois ans, le groupe Soulsavers s’est adjoint les services de Dave Gahan (de Depeche Mode) pour l’écriture et le chant sur l’album The Light The Dead See (un album poignant et ensorcelant, si vous voulez notre avis). De toute évidence heureux du résultat, Rich Machin et Ian Glover (les deux hommes derrière le projet) ont de nouveau fait appel au célèbre chanteur pour leur plus récent opus, Angels & Ghosts. Cette fois, le nom a été changé pour « Dave Gahan & Soulsavers ». Et une fois de plus, la magie opère.

Oubliez la synthpop de Depeche Mode : on est ici en mode rock torturé. La voix chaude et paternelle de Gahan se marie à la perfection aux guitares électriques menaçantes de la pièce d’ouverture, Shine. Les voix féminines qui accompagnent le chanteur, tout au long du disque, font un peu écho au style de Pink Floyd, époque Dark Side of the Moon.

Si l’album précédent incluait quelques moments lumineux (la magnifique Just Try) au travers de la noirceur qui habite généralement la musique de Soulsavers,  Angels & Ghosts, quant à lui, contient du matériel tellement glauque qu’il peut sembler étouffant par moments. Sur You Owe Me, Dave Gahan exprime une rage à peine contenue qui reflète celle exprimée par la pochette du disque, et cette rage on la retrouve tout au long du disque.

 

Certaine lourdeur

C’est le cas sur la complainte Don’t Cry (les choeurs et la chanson sont magnifiques par contre), ou encore sur The Last Time, avec sa basse pesante et sa guitare qui rappelle une trame sonore d’un film de Robert Rodriguez. Il y a de la lourdeur dans le ton en général. On en retrouve également dans les textes. Avec Soulsavers et Dave Gahan, il faut s’attendre à des chansons qui traitent de Jésus et de spiritualisme, et ça devient barbant à la longue.

Ceci dit, il est aisé de passer outre ces détails lorsqu’on a de petites perles comme One Thing, une chanson piano-orchestre-voix qui met en valeur les talents d’interprète de Dave Gahan (bien que le texte soit tout aussi dépressif que les autres).

Ou encore l’extrait radio All Of This or Nothing qui, malgré la fatalité et la noirceur de ses paroles, est une chanson parfaite pour illustrer la symbiose entre les Soulsavers et Dave Gahan. L’orchestre et les chœurs font un travail remarquable, le chant est superbe, de même que la section rythmique qui martèle la cadence. Le jeu à la batterie est excellent.

L’un des plus beaux moments du disque est certainement Lately, une ballade déchirante sur laquelle Gahan n’est accompagné que du piano et de l’orchestre (et les chœurs féminins, bien sûr). Soyez assurés que le refrain vous restera longtemps en tête.

Si vous avez aimé le précédent album, celui-ci offre du pareil au même, bien qu’il fasse monter d’un cran l’aspect sombre des chansons, ce qui peut être lourd par moment. Avec sa voix grave et si belle de charismatique leader, on a tout de même envie de suivre Dave Gahan partout, même lorsqu’il chante de religion, tandis que les mélodies et le jeu des musiciens viennent nous prendre aux tripes à plusieurs reprises.

Angels & Ghosts est un disque qui s’apprécie probablement davantage lorsqu’en peine d’amour ou autre situation du genre. Tout compte fait, c’est un album qui sort au bon moment, un disque à écouter en s’emmitouflant dans les couvertes en cette grisaille d’automne. C’est malgré tout un très bel album, et l’on souhaite que cette association entre le chanteur et les musiciens dure encore longtemps.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires