Blood and Glass
Entrevue Publié le

Entrevue avec Blood and Glass | Émerger de l’ombre et assumer son punk intérieur

Blood and Glass, la formation pop punk originaire de Montréal, vient tout juste de lancer leur deuxième album, intitulé Punk Shadows. À la recherche cette fois-ci de la personnalité, et non de la perfection, la formation s’est lancé dans un univers plus coloré, personnel, mais toujours aussi weird. Sors-tu.ca a parlé avec Lisa Moore, chanteuse et compositrice du groupe, pour parler du récent lancement de Punk Shadows, et de la création de celui-ci.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec Blood and Glass, Lisa Moore décrit la musique du groupe comme pop rock, ou electro punk. « J’utilise le mot punk pas parce que c’est super vite et qu’on crie, mais pour moi c’est de la liberté. Il y a plein de couleurs, et c’est surtout de ne pas avoir à écouter les règlements et plutôt s’écouter soi-même. »

La formation compte cinq membres. Premièrement, il y a Lisa Moore, à l’écriture et voix principale du groupe. Celle-ci partage la composition avec son acolyte Morgan Moore, aussi son mari. Il s’occupe de la réalisation de l’album, en plus d’être bassiste. Le couple est accompagné de Mélanie Belair au violon et aux arrangements de cordes,  Robbie Kuster à la batterie et finalement, François Lafontaine. Tous des vétérans du monde de la musique, ils ont participé chacun de leur côté à plusieurs projets. La liste est longue et impressionnante : Lisa Moore avec Creatures, Morgan avec les Barr Brothers, Robbie Kuster avec Patrick Watson, François Lafontaine avec Karkwa, et plus encore.

Trop souvent dans l’ombre

Punk Shadows était une chanson avant de devenir le titre de l’album. La musicienne, nous a raconté qu’elle a trouvé le titre en pensant au fait qu’elle était fréquemment dans l’ombre. « J’étais choriste pour beaucoup d’artistes cette année. Je suis toujours en arrière. Ce que je voulais, c’est d’essayer pour une fois de chanter fort, d’explorer ma voix. Et aussi, j’essaie d’être un peu punk mais je serai toujours dans l’ombres des vrais punks. »

Le deuxième album du groupe est la plus grande fierté en carrière de la jeune chanteuse. « Le premier album pour moi a été un échec, parce qu’on a essayé de trouver notre son en essayant d’être weird. » Sur le nouvel album, c’est différent. Elle considère que Punk Shadows est plus personnel, narratif et qu’au lieu de chercher un son, les artistes cherchaient cette fois-ci l’énergie de chacun des musiciens, afin des les mettre ensemble et créer quelque chose de nouveau. « C’est la première fois que je suis fière quand j’écoute l’album complet ! »

La création de Punk Shadows n’a pas été de tout repos. Avec des horaires chargés, le groupe devait parfois s’enregistrer chacun de leur coté. Morgan Moore pouvait se retrouver à San Francisco, et envoyer des nouveaux sons à sa femme, qui faisait des concerts au même moment au Portugal.

 

Un endroit inusité pour le lancement

Le lancement de Punk Shadows s’est déroulé plus tôt cette semaine, au Café Cléopatre. « J’aime faire les concerts dans les endroits uniques et étranges. » Cet endroit, qui est aussi un bar de danseuses et une salle de spectacle pour drag queens, semblait être la place de choix pour le lancement. « On trouvait que l’album était très coloré et diversifié et on voulait trouver une salle qui avait ce feeling-là. »

Pour ceux qui ont manqué l’événement, Blood and Glass sera en spectacle à la Petite Boîte Noire de Sherbrooke le 14 avril prochain, ainsi qu’au Bar Robo, à Ottawa, le 15 avril. Ensuite, la formation repart en tournée le mois prochain dans l’est de l’Amérique du Nord. Pour l’été, ce sera au tour des festivals en Europe, et en septembre, le groupe reviendra faire quelques concerts au Québec. On peut aussi s’attendre à la sortie du vidéoclip de Punk Shadows, qui surviendra au courant des prochaines semaines.

Événements à venir

Vos commentaires