Eli Rose
Entrevue Publié le

Entrevue avec Eli Rose | Une nouvelle aventure pop

La chanteuse pop Eli Rose sortira ce vendredi son premier album solo homonyme, et on apprenait cette semaine qu’elle sera de retour sur scène jeudi 19 mars 2020 à l’Astral. Elle était de passage à nos bureaux récemment. Rencontre sympathique avec une étoile montante de la pop québécoise.

L’après Eli et Papillon

Eli Rose a passé 8 ans aux côtés de Marc Papillon au sein du duo Eli et Papillon, créant des succès populaires tels que Ensemble et Dans la danse. Après deux albums, les chemins d’Eli et de son collègue Marc Papillon se sont séparés, lui qui aspirait à se tourner la musique classique, elle qui aspirait à développer un style plus électropop. « Marc m’a tout appris sur l’industrie » confirme Eli Rose, qui qualifie Eli et Papillon de « mon école de la musique ».

Eli Rose n’a pas toujours envisagé de poursuivre une carrière dans la musique. Elle a d’abord entrepris un baccalauréat en design industriel à l’Université de Montréal, pour finalement se tourner vers le monde des communications, afin de trouver un emploi « stable ». D’ailleurs, il lui est arrivé de gérer les réseaux sociaux d’artistes et de cuisiniers, elle qui affirme avoir une « fibre d’écriture depuis très longtemps ». Ses formations antérieures auront clairement contribué à son style artistique, qui est très épuré, moderne et urbain.

Trouver sa propre signature

C’est maintenant au tour d’Eli Rose de développer sa propre plateforme, de gérer ses réseaux sociaux et de développer sa propre signature. Avec Eli et Papillon, Eli Rose ne sentait pas que la signature visuelle avait une place si importante. Elle sent par ailleurs qu’il n’y a pas tellement d’artistes ayant une signature visuelle distincte au Québec, et que ce phénomène se retrouve davantage aux États-Unis et en Europe. Eli Rose a pris du temps avec son fiancé, le réalisateur Jérémie Saindon, pour réfléchir et articuler une signature visuelle qui lui serait propre. Ils en sont venus avec une image « sportive », voulant contraster avec les images plus usuelles associées à la pop, plus bubblegum et incluant souvent beaucoup de maquillage.

Le style musical d’Eli Rose, qui rappelle notamment l’euro-pop de Yelle mais aussi des artistes telles que Marie-Mai et Laurence Nerbonne, s’inscrit dans une nouvelle vague de pop au Québec, style qui a longtemps été uniquement incarné par Marie-Mai. Selon Eli Rose, les projets de pop francophone constituent des défis. Elle croit que le Québec reste encore fermé et négatif face à la pop, et a peur ainsi d’être catégorisée. Elle accepte toutefois le défi de se démarquer et de prouver que la pop est pertinent dans le paysage musical québécois.

L’album Eli Rose est un doux et fluide. Eli Rose y raconte une histoire, interpelle constamment quelqu’un, la même personne à chaque fois. « C’est une lettre à quelqu’un », confirme-t-elle. Dans Carrousel, elle provoque poétiquement cette personne. Dans Emmène-moi, elle invite ce même être humain à « se retrouver ». Tout ça accompagné de mélodies semblant sortir d’un album de Broods. Dans Origami, elle opte pour des sonorités plus exotiques à la Major Lazer, collaborant par ailleurs avec FouKi.

Bien s’entourer pour mieux continuer

Cette collaboration s’ajoute aux différentes associations qui ont permis à Eli Rose de bâtir son style musical. Dans une industrie principalement masculine, Eli Rose s’est allié avec des hommes. « C’était pas prévu », précise Eli Rose, qui ajoute que sa gérante est une femme. Soulignons aussi qu’Eli Rose a déjà assuré les premières parties pour les sensations Jain et Angèle. « On aurait intérêt au Québec à avoir des producers femmes » conclue-t-elle.

Dans son cas, des producteurs de taille tels que Ruffsound (Loud, Koriass), D R M S (Ariane Moffatt, Fanny Bloom), Realmind (Loud, Allie X), Banx & Ranx (Sean Paul, Ella Eyre), June Nawakii (Nicki Minaj), Billboard (Britney Spears, Shakira) et Mike Clay (Clay and Friends) ont mis la main à la pâte auprès d’Eli Rose, qui voit ces collaborations comme un « passage nécessaire ». Eli Rose assure néanmoins avoir eu un « déclic » lors d’une participation au Camp Kenekt de la SOCAN en 2016, camp durant lequel elle a écrit Origami.

Eli Rose pense déjà à son prochain album et il est prévu qu’elle fasse quelques spectacles prochainement, dont une participation le 7 novembre au spectacle-party soulignant les deux ans d’existence du MTELUS avec notamment Alex Nevsky, Karim Ouellet et Alaclair Ensemble, notamment, mais aussi quelques figures montantes de la pop et du rap féminin comme Sarahmée, Claudia Bouvette et le duo Heartstreets. Des plans de tournée sont aussi en cours.

Artistes
Villes
Salles

Événements à venir

Vos commentaires