Quasar
Entrevue Publié le

Entrevue avec Jean-Marc Bouchard (Quasar) & Stéphanie Bozzini (Quatuor Bozzini) | Vivre une expérience unique au Cathédrale-Graffiti

Depuis plus de vingt ans, le quatuor Quasar bouscule les lignes d’une musique parfois trop lisse. Cet automne, les saxophonistes montréalais proposeront Cathédrale-Graffiti au Gesù, lieu culte pour la musique nouvelle. Récent projet réalisé en collaboration avec les Montréalais de Quatuor Bozzini et Nous perçons les oreilles (Productions SuperMusique), Cathédral-Graffiti transformera la salle du Quartier des Spectacles en un véritable espace d’expérimentation les 4 et 5 octobre prochains à 20h. Billets en vente ici.

 

Le temps est frais et maussade dans le quartier de Villeray. Pourtant, l’atmosphère est chaleureuse dans le charmant appartement de Jean-Marc Bouchard. « Elton John joue le même soir que nous ? Il risque de ne pas avoir beaucoup de monde à son show! », ironise ce chargé de cours à la faculté de musique de l’Université de Montréal.

Attentionné comme il l’est pour ses compositions musicales, l’hôte du jour prépare un cappuccino. Autour de ce café, les langues se délient et s’enthousiasment pour un projet unique en son genre qui s’inspire notamment des graffitis comme son nom l’indique. « Ils font partie de ma fantasmagorie », relate le saxophoniste baryton de Quasar. « Plusieurs projets que j’ai fait s’appellent « graffitis ». Entre temps, mon idée est devenue un sujet de réflexion pour moi que je ramasse partout en tournée, en voyage, ici en ville : j’en ai une immense collection ».

 

Une collaboration unique entre trois ensembles reconnus

À table, Stéphanie Bozzini, l’alto du Quatuor Bozzini, se joint à la discussion. Tous deux se connaissent depuis longtemps et partageront pour la première fois la scène du Gesù,  accompagnés par Marie-Chantal Leclair (saxophone soprano), Mathieu Leclair (saxophone alto), André Leroux (saxophone ténor) du Quatuor Quasar, Clemens Merkel (violon), Alissa Cheung (violon), Isabelle Bozzini (violoncelle) du Quatuor Bozzini mais aussi les duos de Nous perçons les oreilles avec le 4 octobre Joane Hétu (saxophone alto, voix) et Alexandre St-Onge (basse) puis Joane Hétu et Jean Derome le 5 octobre. Mais comment ces trois ensembles de notoriété internationale ont-ils pu collaborer ensemble ?

« C’est au Viviermix de janvier que l’idée d’une collaboration a commencé. Il y avait dans l’air un projet d’accompagner une troupe de mannequins ». Jean-Marc Bouchard, avide de nouvelles compositions, se porte alors volontaire pour organiser une pièce musicale facile et immédiatement réalisable. « Je pensais que ça me prendrait quelques heures, mais ça m’a pris quelques semaines », dit-il en riant. C’est dans ce contexte qu’il collaborera pour la première fois avec SuperMusique et le Quatuor Bozzini avant d’imaginer le concept de Cathédrale-Graffiti.

Des créations originales qui sortent de l’ordinaire

Poussé par le Vivier, diffuseur favorisant depuis dix ans le développement des musiques nouvelles, Cathédrale-Graffiti s’invite dans la 9ème mouture d’une série nommée In Vivo. Sous la direction de Bouchard, cette série de tous les possibles mêle Quasar à des musiciens d’ici et d’ailleurs. C’est ainsi que Quatuor Bozzini et Perçons les oreilles ont intégré cette formule présentée sous forme de « 3 pour 1 » qui donnera assurément un rythme à la soirée. « Ce sont des couleurs et des sons qui se complémentent et tout le côté multi-phonique des saxophones se retrouvent chez les cordes » signale une Stéphanie Bozzini qui voit ces créations originales « sortir vraiment de l’ordinaire ».

Ce double événement unique offrira aux spectateurs du Gesù deux phases distinctes qui consisteront d’abord à ce que chaque ensemble joue seul une pièce avant que les trois se rejoignent pour interpréter deux pièces originales. C’est en effet toute une troupe de compositeurs talentueux qui gravitent autour du projet puisque Eric Normand et Adam Basanta y contribuent grandement. Un travail minutieux opéré de A à Z selon Stéphanie Bozzini.

« C’est un processus qui se fait ensemble. Ce qu’on trouve le plus stimulant et le plus important, c’est qu’il y ait un contact direct avec la personne qui écrit quelque chose. »

Un moyen de découvrir la musique nouvelle

C’est avec évidence que Cathédrale-Graffiti se présente ainsi comme un événement coloré musicalement… mais aussi visuellement. « Il y a beaucoup de gens qui pourraient se laisser surprendre par ce qui se passe dans nos concerts ». La semaine prochaine, le spectateur peut en effet s’attendre à découvrir des éclairages improvisés mais aussi une conclusion éblouissante. Elle mêlera les décors de graffitis aux musiciens disposés tout autour de la scène de l’amphithéâtre du Gesù, une salle à définitivement découvrir pour Jean-Marc Bouchard. « J’imagine les sons qui s’érigent comme dans une cathédrale, comme quelque chose qui se construit. Je pense que l’on apprend quelque chose. J’invite les gens pour ça, pour découvrir la musique d’aujourd’hui… ».

Concert de la saison de Groupe Le Vivier, Cathédrale-Graffiti aura lieu les jeudi 4 et vendredi 5 octobre 2018 à 20h dans l’amphithéâtre du Gesù. Les billets sont en vente par ici.


* Cet article a été produit en collaboration avec Le Vivier.

Vos commentaires