Kodaline
Entrevue Publié le

Entrevue avec Kodaline | Un deuxième album moins intimiste pour une carrière au sommet

A l’occasion de la venue du groupe irlandais Kodaline à Montréal, Sors-tu.ca a pu discuter avec deux des membres du groupe dans les loges du Métropolis : Vinny May (batteur) et Mark Prendergast (guitariste et pianiste). De quoi discuter de la sortie de leur 2e album Coming Up For Air et de leur carrière en pleine ascension. 

Photo de  Finbarr O'Rourke

Photo de Finbarr O’Rourke

Sors-tu.ca : Votre 2e album Coming Up For Air est sorti la semaine dernière en Amérique du Nord, c’est bien cela ? 

Vinny: Oui la semaine dernière, et ça marche plutôt bien pour le moment. On est à nouveau excités car l’album est déjà sorti en Europe, on est passés par toutes les étapes de la sortie d’album, et là c’est à nouveau le cas.

 

Sors-tu.ca : La réception a été bonne jusqu’à présent ? 

Mark : Oui, on a déjà fait 3 concerts et les gens ont déjà appris toutes les paroles de l’album qui vient juste de sortir, c’est vraiment génial !

 

Courtoisie de candidamagazine.com

Courtoisie de candidamagazine.com

Sors-tu.ca : C’est un album que vous avez fait très rapidement, il sort 2 ans après le 1er. Vous avez dûavoir beaucoup d’inspiration !

Mark : Les chansons sont venues très rapidement, et c’est toujours là, on écrit encore des chansons tous les jours, de nouvelles choses. On continue simplement d’écrire, et quand on a assez de chansons on enregistre. On ne fait pas de plan, on prend du temps pour jouer et pour écrire de nouvelles chansons. Donc oui, ça se passe plutôt bien de ce côté-là.

 

Sors-tu.ca : Vous n’avez donc pas pris beaucoup de temps pour vous reposer depuis le 1er album. Vous n’êtes pas fatigués ?

Mark : Hum, on a un peu la gueule de bois aujourd’hui. Mais fatigués non je ne pense pas.

Vinny : On a eu un peu de temps à Noël. On a terminé la tournée l’an dernier, puis on est allés enregistrer. Quand on est en enregistrement, c’est un peu comme du repos car nous sommes dans la même salle toute la journée, ça nous fait du temps pour nous. En plus, on est dans un studio donc c’est assez relaxant même si c’est intense en même temps. Il n’y a pas eu vraiment de pause entre le 1er album et le 2nd car ça marchait vraiment bien, on travaillait rapidement.

 

Sors-tu.ca : C’est un album assez long également, il y a 16 chansons dessus. 

Mark : Oui 16 sur la version deluxe. C’est juste qu’on a enregistré les 16 chansons que l’on aimait le plus, et on a simplement décidé de les mettre toutes sur l’album. Mais les 12 chansons de la version « normale » ont été difficiles à trouver. Mais on a réussi finalement !

 

Sors-tu.ca : Cet album est moins acoustique que le premier, est-ce justement car vous jouez dans de plus grandes salles et que votre son doit être plus fort aujourd’hui ? 

Vinny : C’est un peu ça. On a beaucoup appris en tant que musiciens depuis ces 2 dernières années. C’est sûr qu’on joue dans de plus grandes salles, on a été obligés de jouer un son plus fort, on a abîmé l’ouïe de certaines personnes ! Puis on a travaillé avec des personnes géniales, comme le produceur Jacknife Lee, qui nous a fait repousser certaines choses. « Pourquoi ne pas utliser ce son ? Ou ce synthétiseur ? » Ca a simplement rendu les choses plus solides, et ça nous a ouvert les yeux. Et nous ne voulions vraiment pas faire le même album, nous voulions essayer de nouvelles choses. Puis nous avons évolué en tant que groupe.

 

Sors-tu.ca : C’est moins intimiste du coup ?

Mark : Je pense que les paroles et leur signification sont exactement les mêmes. On a partagé des choses en tant que groupe et individu. Ce n’est pas plus faible que le premier album, c’est juste entouré de différentes sonorités.

Vinny : La sincérité est toujours là, elle est juste accompagnée d’un nouveau son.

Sors-tu.ca : Les choeurs sont très présents sur cet opus. Qu’est ce qui vous plaît là-dedans ? 

Mark : C’est sympa d’avoir beaucoup de gens chanter la même chose à la fois, quand c’est utile bien sûr. On ne l’a pas fait tout le temps, mais juste quand il y avait besoin d’un support émotionnel. Mais au final on ne réfléchit pas trop, les choses arrivent comme ça !

 

Sors-tu.ca : Des enfants ont participé à ces choeurs, n’est-ce pas ? 

Mark : Oui l’école de Birmingham avait un chorale et ils sont venus chanter.

Vinny : Ca donne la chair de poule de voir tous ces enfants chanter !

 

Sors-tu.ca : Vous avez aussi beaucoup voyagé depuis le premier album, cela-a-t-il changé quelque chose dans votre écriture ? 

Mark : Oui je pense, car voyager a une influence sur ta vie de toute façon. Mais on n’écrit pas vraiment sur le voyage ou sur la nostalgie de chez soi. Je pense que tu peux écrire une chanson différente en voyageant comme ne pas le faire. Ça dépend.

 

Sors-tu.ca : Vous êtes souvent comparés à Coldplay. Que pensez-vous de cette comparaison ? Est-ce un groupe qui vous inspire vraiment ?

Mark : On n’y prête pas attention. On se l’est fait dire tellement de fois, que maintenant c’est devenu normal.

Vinny : On a écouté du Coldplay, mais on n’essaye pas de sonner comme eux. C’est sûr que les comparaisons sont nombreuses au départ, les gens aiment dire que l’on sonne comme ci ou comme ça. Mais on essaye juste d’être nous-mêmes.

 

Sors-tu.ca : Que pensez-vous des critiques qui disent que vous faites de la musique pour ado ? 

Mark : Ce n’est pas un problème. Quand on fait des concerts, les ados sont tous devant, mais les autres personnes sont derrière.

Vinny : On n’écrit pas de la musique pour un certain type de personne. Les jeunes on les aime bien car on se sent relié à eux. Nous sommes encore jeunes, et nous comprenons. J’ai déjà essayé moi aussi de venir tout devant pour un concert quand j’étais ado !

Sors-tu.ca : Est-ce que le succès vous a apporté quelque chose en plus ? 

Mark : C’est vraiment bizarre, car on rencontre énormément de gens, chaque jour. C’est très intéressant et cool. C’est gratifiant aussi. On aime rencontrer du monde après les concerts, même si je ne pense pas qu’on y soit habitués. On est vraiment content quand on rencontre une soixantaine de personnes après le concert. Si tu n’as jamais été dans cette situation tous les jours, tu ne peux pas vraiment t’y habituer. C’est vraiment sympa de savoir que les gens ont de l’intérêt pour toi.

 

Sors-tu.ca : Vous voyagez beaucoup avec Kodaline, et vous partagez votre musique avec de nombreuses personnes. Est-ce votre but en tant que groupe ?

Vinny : Oui, faire de la musique le plus longtemps possible, si les gens viennent nous voir. Si tu continues à profiter de l’opportunité de partager ta musique avec les gens, alors c’est génial.

Vos commentaires