Simon Delisle
Entrevue Publié le

Entrevue avec Simon Delisle | L’animateur derrière le Comédie Club du Zénith

Chaque lundi, l’imposante salle de spectacle du Zénith de St-Eustache se transforme en un Comédie Club géant où performent sur scène jusqu’à cinq humoristes par semaine. Que ce soit les nouveaux ou les habitués, tous sont accueillis avec entrain par l’animateur de la soirée en la personne de Simon Delisle.

Originaire du Saguenay, l’humoriste pourrait marquer les esprits par l’absence de pilosité sur son visage. Or, c’est bel et bien par l’humour que le natif de Chicoutimi se démarque dans le milieu. Né en 1985, Simon Delisle saisit son art comme une façon de prouver que le courage et même l’autodérision permettent de surmonter les épreuves difficiles. Et aujourd’hui, ce savoureux mélange permet au trentenaire d’animer le Comédie Club du Zénith de St-Eustache avec brio. Un rôle qu’il voit différemment par rapport à un humoriste invité. « Faire rire ? C’est sûr… mais c’est surtout mettre la table et faire en sorte que les humoristes se sentent bien », explique-t-il au bout de la ligne. « Je parle beaucoup avec la foule, les taquine un peu. Certes, chaque semaine j’ai des nouvelles blagues qui se retrouveront éventuellement dans mon show. Mais ce n’est pas mon show. C’est vraiment l’idée d’animer la soirée pour que tout se passe bien ».

Un Comédie Club devant plus de deux cent personnes

Cette opportunité d’animation, Simon Delisle l’a saisi un an plus tôt lorsque le producteur de La Tribu, Alexandre Sandoval,  proposa au diplômé de l’École nationale de l’humour de prendre le relais de Didier Lambert à l’animation de ce Comédie Club « classique » qui met en lumière quatre ou cinq invités chaque lundi dès 20h. Ainsi, Sandoval s’occupe de dénicher les talents et Delisle les met à l’aise dans cette salle qui impressionne. « Ça prend du galon. En fait, le Zénith est une très grande scène, une vraie salle de spectacle qui peut accueillir près de 700 personnes à pleine capacité. Évidemment, le Comédie Club ne cherche pas la pleine capacité, mais une moyenne de 250 personnes à chaque lundi ».

Photo de Marie-Claire Denis

Pas d’erreurs dans le décompte, mais ce chiffre hallucinant détonne tout de même car d’autres Comédie Clubs accueillent une cinquantaine de personnes, tout au plus. À St-Eustache, les sensations sont évidemment décuplées pour ces artistes qui performent durant quinze à vingt minutes chacun.

« Les humoristes de la relève qui font un spectacle devant une foule de cette ampleur-là, c’est assez rare… qui plus est dans une salle de qualité ».

« Chacun amène sa touche, sa couleur »

L’animateur souligne cette particularité comme une excellente façon de tester des blagues généralement tournées vers le stand-up à l’américaine, « la mode en ce moment ». Toutefois, comme le précise l’humoriste du Saguenay, aucun moment du spectacle devient générique puisque « chacun amène sa touche, sa couleur, sa sauce différente ». Et le public se délecte de ce moment, lui qui accepte tous types d’humour, même lorsqu’il est absurde. « Les gens sont très accueillants, chaleureux et ouverts pour un lundi, rie-t-il. Il y a beaucoup de réguliers qui reviennent à chaque semaine, mais aussi des gens qui découvrent par le biais d’un ami ou un concours et qui tombent en amour. Il n’y a pas ou peu d’anecdotes de personnes qui dérangent. »

Photo de Marc-André Mongrain

Alors vraiment, pas une seule anecdote? En fait si, mais c’est plutôt une situation cocasse qui fait rire Simon Delisle au téléphone. « Il y a deux semaines, j’ai fait une blague sur le Kin-Ball, ce gros ballon que l’on joue dans le gymnase. Je me suis mis à taquiner ce sport-là, un peu par hasard, et l’équipe nationale du Canada championne du monde était là dans la salle, à ce moment-là. Il n’y avait aucun lien, je ne savais pas! ».

Qu’on se rassure, Simon Delisle est bel et bien sorti vivant de cette épreuve. Il continuera d’animer chaque lundi le Comédie Club du Zénith jusqu’à la fin du mois de décembre (3 représentations), avant de conclure cette série de spectacles par un spectacle solo le 17 décembre prochain. Un moment qui s’annonce assurément hilarant!


* Article rédigé en collaboration avec le Zénith St-Eustache

Vos commentaires