Yves Jarvis
Entrevue Publié le
  • Léa Viens Rédaction Stagiaire à la rédaction

Entrevue avec Yves Jarvis | Entre le jour et la nuit

À peine revenu du festival texan South By Southwest, Yves Jarvis, de son nom Jean-Sébastien Audet, est de retour en sol montréalais pour se produire en première partie de Homeshake, ce soir et demain (20 et 21 mars). Rencontre avec l’artiste, qui vient également de sortir son nouvel album.

Les deux dates au Théâtre Fairmount seront une belle occasion pour le musicien de 22 ans de retrouver de vieux amis, qu’il connait depuis son adolescence. « J’ai habité à Calgary pendant 9 ans, et Peter [Homeshake] vient d’Edmonton. J’ai joué mes premiers shows à Calgary avec lui, ça fait longtemps qu’on se connait et qu’on travaille ensemble. En plus, son groupe, c’est des amis que je connais de ce temps-là aussi, donc ça va être super », affirme-t-il avec enthousiasme.

Une nouvelle vision

L’artiste autodidacte a sorti le 1er mars dernier son album The Same but by Different Means, un assemblage envoutant de pistes lo-fi traversées par sa voix grave et captivante, qui regroupe le nombre impressionnant de 22 pistes, ce qui n’est pas un hasard.  « J’essaie d’enregistrer une chanson par jour, ou au moins d’avoir une nouvelle idée à chaque jour. Quand une chanson perd son focus, j’aime la découper en plusieurs morceaux, et une chanson peut en devenir 3 ou 4 autres. C’est pour ça que les mêmes thèmes sont recyclés plusieurs fois à travers l’album », explique Audet. L’album propose également des pistes aux longueurs hétéroclites, variant de quelques secondes jusqu’à 8 minutes, ce qui peut sembler déroutant mais glisse plutôt avec une limpidité surprenante. « Je trouve ça difficile soutenir l’énergie d’une chanson pendant longtemps, donc quand une idée ou une chanson perd de son intérêt, je préfère simplement l’arrêter. La piste la plus courte sur l’album dure 14 secondes, et selon moi, c’était tout ce qui était nécessaire. Celle qui dure 8 minutes a été particulière à réaliser, parce que je n’avais jamais vraiment travaillé sur une piste aussi longue que ça. Au final, ça devient comme de la méditation, un mantra », illustre-t-il.

En opposition à son album Good Will Come to You (2017) (paru à l’époque sous le pseudonyme Un Blonde), qui le présentait sur un fond jaune, The Same but by Different Means propose une couverture bleu foncé. Peinte par l’artiste lui-même, on y devine sa silhouette nue. « Mon dernier album était vraiment plus léger, et celui qui vient de sortir est beaucoup plus pesant. Le cover représente une espèce de renaissance; quand j’ai sorti Good Will Come to You, j‘avais l’impression que c’était la vraie « première » fois que les gens allaient avoir accès à ma musique, mais je me sens de la même façon envers The Same but by Different Means. En fait, je pense que je me sens comme ça à chaque fois que je finis un projet. C’est toujours la première fois que je dis ce que je dis », explique-t-il en riant.

Définir son identité

Le musicien a également changé son nom de scène avec ce nouvel album, passant de Un Blonde à Yves Jarvis, un pseudonyme composé de son deuxième prénom et du nom de jeune fille de sa mère. « Avec le nom Un Blonde, les gens pensaient qu’il s’agissait d’un groupe plutôt que d’un projet solo. Je performais aussi avec d’autres gens, donc je voulais éviter cette confusion », explique Audet, pour qui il est impératif que son travail soit représentatif de lui-même.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il évite les collaborations, préférant travailler en solo sur ses mélodies, ses paroles et sa production en général. « La musique, c’est une façon pour moi de documenter ma vie. Quand je collabore avec d’autres artistes, j’ai l’impression que ça dilue le vrai sens de mon travail. C’est vraiment important pour moi d’avoir la liberté de faire ce que je veux, de ne pas avoir à faire de compromis. Et je suis vraiment chanceux, les compagnies avec qui je travaille ne m’ont rien demandé, elles étaient satisfaites du contenu que je leur ai donné et je n’ai pas eu à faire d’ajustements, c’était parfait », relate-t-il.

Les billets pour le spectacle avec Homeshake avec Yves Jarvis en première partie sont encore disponibles par ici.

 

 

Vos commentaires