Skip The Foreplay
Entrevue Publié le

Entrevue Skip The Foreplay: De groupe local montréalais au Vans Warped Tour!

La formation « party core » montréalaise Skip The Foreplay faisait officiellement son entrée dans les ligues majeures le 1er mai dernier en lançant Nightlife, un premier album paru sous la mythique étiquette punk Epitaph Records. À quelques semaines de leur départ pour deux mois à participer au festival ambulant Vans Warped Tour, Sors-tu.ca en a profité pour rencontrer le bassiste Julien Guy Beland, dit Jude, afin de jaser de cette ascension fulgurante pour un jeune groupe qui, comme son nom l’indique, ne niaise pas avec la puck!

Julien Guy Beland, le bassiste de Skip The Foreplay

Julien Guy Beland, le bassiste de Skip The Foreplay.

Pas question de lambiner avec sa carrière pour Skip The Foreplay! Riche des expériences antérieures de chacun de ses membres, la formation montréalaise avait un plan précis pour émerger et se catapulter dans la cour des grands.

« Quand on a parti le groupe, on savait qu’on ne voulait pas perdre de temps, explique Jude. On avait tous été dans d’autres groupes avant, qui n’avaient pas vraiment marché, qui n’étaient pas sortis de Montréal. Cette fois-ci, on s’est dit qu’on allait miser le tout pour le tout. On va mettre le paquet et si ça marche, ça marche ».

Skip The Foreplay a entrepris d’enregistrer et d’autoproduire son premier album complet et de le proposer ensuite à plusieurs gros labels. De toutes les possibilités, c’est Epitaph qui a répondu à l’appel et qui a rapidement proposé au groupe de partir en tournée aux États-Unis en janvier et février, en première partie de Falling In Reverse.

Dance-metal

Skip The Foreplay propose une formule plutôt inusitée: un mélange étonnamment homogène entre la dance music et le metal hardcore. « Il y a quelques bands par le passé qui ont fait un mélange un peu semblable à ça: de ‘l’electro-hardcore’. Mais souvent, les résultats n’étaient pas très concluants », admet le bassiste.

« Plus jeunes, on écoutait tous du Iron Maiden et des affaires comme ça, mais en vieillissant, on écoute de plus en plus de la pop. Pour te donner un exemple, les groupes que j’ai le plus écoutés l’an dernier, c’était LMFAO et Lady Gaga!  »

« Certains diront qu’on va perdre bien des fans de hardcore en y mettant du dance music, de l’électro et de la pop.  Le contraire est vrai aussi. Mais on le fait d’une façon assez ‘catchy’: les structures sont pop mais les riffs de guitares sont vraiment heavy. Je pense qu’on a trouvé un équilibre entre les deux qui n’est pas forcé, ça s’est fait naturellement pour créer un son ensemble ».

Comme plusieurs artistes pour qui le succès est précipité, Skip The Foreplay a d’abord attiré l’attention avec une reprise. Dans leur cas, c’était Champagne Showers de LMFAO, qui leur a valu beaucoup d’attention sur YouTube. Paradoxalement, cette relecture ne figurait pas à l’album au départ. « On a sorti 2 vidéoclips de façon indépendante avant de se faire signer, dont This City (We’re Taking Over) qui avait bien marché. Mais là, on n’avait plus rien à offrir aux gens en attendant. Si on en sortait plus, ç’aurait commencé à nous nuire plus qu’autre chose. Alors on a enregistré cette chanson-là (Champagne Showers) pour donner quelque chose aux gens et finalement, Epitaph a décidé de la mettre sur l’album. C’est un ‘cover’ mais elle n’est pas si différente du reste de l’album », explique le bassiste.

 

D’Occupation double au Vans Warped Tour

La majorité des membres de Skip The Foreplay sont encore dans la jeune vingtaine. C’est le cas de Julien, mais aussi du chanteur Marc-André Fillion, du guitariste Charles « Chuck » Pilon, du batteur Marc-André Lemyre et du DJ Jean-Michel Aumais.

Julien Guy Beland, le bassiste de Skip The Foreplay

Julien Guy Beland, le bassiste de Skip The Foreplay.

La seule exception: l’aîné du groupe, le « grand frère » et guitariste Mathieu Maltais, 27 ans… et que certains reconnaîtront pour sa participation à Occupation Double, en 2008. Évidemment, la tentation est forte pour un journaliste québécois d’exploiter cette croustillante tranche de vie qui contraste avec ses nouvelles ambitions musicales. Julien en est bien conscient, lui qui le côtoyait au sein d’un autre groupe et désapprouvait son choix à l’époque. « On espère un peu que ça va passer ‘undercover’… », souligne timidement le bassiste. « En fait, je crois que c’est lui, plus que tout autre membre, qui souhaite que ça ne suive pas trop le groupe… »

Il se permet tout de même une petite blague bien placée à ce sujet: « c’est lui qui a poussé beaucoup pour le band. C’est un gars qui sait ce qu’il veut et quand il fonce, il l’obtient… Sauf une maison. Ça, ç’a pas marché! »

Une chose est sûre: l’une des dernières choses à laquelle on s’attendrait pour un participant d’Occupation Double, c’est qu’il se retrouve en tournée en compagnie de bands punk et metal adulés de milliers de fans. C’est pourtant ce qui se produira cet été alors que Skip The Foreplay se joindra à la tournée du Vans Warped Tour. « Il y a beaucoup de groupes que j’écoutais quand j’étais ado qui y seront cette année, comme Every Time I Die, The Used qui reviennent, Taking Back Sunday et Falling In Reverse qu’on a hâte de revoir. Les nouveaux groupes, je ne les connais pas tant que ça, mais j’ai bien hâte de les découvrir ».

Du coup, Skip The Foreplay profitera d’une visibilité importante qui contribuera sans doute à mousser sa popularité déjà croissante… et qui sait, peut-être même à faire oublier à Mathieu que Jessica lui a préféré Samuel!

Vos commentaires