Pierre Lapointe
Entrevue Publié le

Entrevue vidéo | Pierre Lapointe présente son EP, Les Callas

À peine quelques mois après le coloré Punkt, Pierre Lapointe rapplique déjà avec un nouvel album, le EP Les Callas. Sors-tu.ca en a profité pour en jaser avec le principal intéressé.

« Pour moi, Les Callas, c’est un projet satellite de Punkt », convient Pierre Lapointe.

Pourtant, Les Callas comporte tout de même onze chansons, toutes dépouillées et rassemblées en dépit de leurs prises de son hétéroclites. En fait, pas vraiment par dépit ; c’était l’intention dès le départ. « Sans que les gens s’en rendent compte, le fait d’avoir la prise de son très brute, avec le son crunchy un peu, ça rajoute une trame narrative à l’affaire ».

Un sentiment de mélancolie générale se dégage des 24 minutes d’écoute, même si l’inspiration derrière la chanson titre qui est à la base de tout le projet était tout à fait à l’opposé. « Je voulais faire une chanson Mary Poppins. Mary Poppins, c’est des chansons joyeuses qui donnent envie d’être heureux. Y’a toujours un bout en canon. C’était ça le but, et après ça, on a élaboré autour des callas. »

 

Des fleurs comme thermomètre amoureux

Pour ceux qui l’ignorent, les callas sont une sorte de fleur, « une fleur que j’affectionne beaucoup pour sa neutralité et sa beauté. Je trouvais ça beau d’imager une relation amoureuse en utilisant des fleurs comme thermomètre, pour dire que ça va ou ça va pas ».

pochette-les-callasLa pochette est l’oeuvre de Joe Baker, un tableau commandé par Pierre Lapointe. « J’hésite entre la trouver très belle ou répugnante, et finalement, je finis par pencher pour très belle. » L’artiste dit l’avoir accroché au pied de son lit. « C’est une des premières choses que je vois en me levant le matin. Elle clash un peu chez nous, mais ça fonctionne parce que j’habite dans une maison très étrange. »

 

Joe Bocan

Sur Les Callas, Pierre Lapointe chante en canon avec Ariane Moffatt, fait appel à Philippe B pour les guitares, interprète une chanson pensée pour Monia Chokri (l’actrice fétiche de Xavier Dolan), et co-signe une chanson avec Joe Bocan. « Ça surprend beaucoup les gens ! », s’exclame-t-il.

Au moment de la tournée pour La Forêt des malaimés, Joe Bocan lui avait offert un texte en lui demandant d’écrire une musique, ce qui avait donné lieu à la chanson Les désordres du cœur, parue sur le nouvel album de la chanteuse à l’automne. C’est la version enregistrée à la vite par Pierre Lapointe à l’époque, afin de lui faire entendre le résultat, qui a trouvé son chemin sur Les Callas.

« On a une amitié certaine qui est née de ça, c’est une fille extrêmement sympathique, d’une grande gentillesse. Les gens ne font peut-être pas le lien, mais elle a étudié à Saint-Hyacinthe en théâtre, comme moi. On a travaillé les deux avec Claude Poissant. C’est une fille qui est à mi-chemin entre le théâtre et la chanson… Je vois beaucoup de parenté entre son travail et le mien. »

L’album Les Callas n’est tiré qu’à 3000 exemplaires CD et 300 copies vinyle numérotées, dans l’esprit de rareté qui prévaut depuis le début de la carrière de Pierre Lapointe. « Je vois ça comme une façon de remercier les fans. C’est une tradition qui remonte à ma première maquette, avant le premier album. Il y avait 9 chansons là-dessus. On avait fait ça pour vendre le show, et on avait fini par en vendre 2000 copies, comme ça, à la mitaine. On sentait qu’il y avait un buzz. On s’entend que j’aurais pu sortir ce disque-là à l’époque de La Forêt des malaimés, et j’en aurais vendu beaucoup. Mais je l’ai pas fait, j’ai toujours refusé. C’est une façon de dire merci aux gens qui l’ont acheté à l’époque, qu’ils vont pouvoir être les gens fiers d’avoir contribué au succès d’un jeune Pierre Lapointe inconnu. »

« Il faut savoir que Les Callas va toujours exister sur le web, jusqu’à la fin des temps ».

Des concerts sont prévus un peu partout en province. La rentrée montréalaise de Pierre Lapointe se tiendra le 25 février 2014, au Théâtre Maisonneuve de La Place des Arts, à l’occasion de Montréal en lumière.

Texte par Marc-André Mongrain.
Propos recueillis par Rose Guèvremont.

Événements à venir

Vos commentaires