The Lumineers
Critique Publié le

FEQ – Jour 2 | City and Colour et The Lumineers sur les Plaines : Musique chaude par temps froid

On annonçait de la pluie, on en n’annonçait plus. On a finalement eu droit à une belle soirée sur les Plaines en ce jour 2 du FEQ pour City and Colour et The Lumineers, avec un temps un peu frisquet. Heureusement, les deux formations folk étaient la pour nous réchauffer, la première par ses hits, la seconde par son immense générosité.


City and Colour

Tout de suite après la prestation du groupe indie folk de L.A. Lord Huron, Dallas Green et sa bande de City and Colour sont restés très fidèles à eux-mêmes en étant assez réservés, ne s’adressant presque pas ou très peu à la foule, n’ayant eu droit qu’à des mercis timides. Il ne faut pas trop s’en faire, c’est dans leur habitude, eux qui n’avaient pas été bien plus jasants lors de leur passage au Parc de la Francophonie en 2012.

Le chanteur aux allures bûcheron hier soir, a pu, du moins, laisser parler sa musique avec des pièces provenant principalement de leur plus récent If I Should Go Before You, mais aussi des The Grand Optimist et Sleeping Sickness qui font toujours plaisir et qui nous ont réchauffé un peu pendant le temps froid.

Ils ont terminé leur set avec la pièce The Girl qui a été chaudement accueillie par la foule. Sur les dernières notes, Dallas Green nous a lancé un dernier rapide merci et a quitté la scène sur une gorgée de bière. Ses musiciens sont restés un peu derrière nous saluer, puis ont eux aussi quittés, nous laissant seuls devant la projection du mot beauty qui leur servait d’unique décor.

City_and_color_FEQ_2016_01

Froid à chaud

La scène des Plaines était ornée d’installations suspendues, rappelant un peu les tuyaux d’orgues, pour un décor encore une fois bien simple pour la formation The Lumineers qu’on attendait. Ce n’était pas la soirée pour voir des effets spéciaux et projections exhaustives.

The Lumineers ont lancé leur set avec une Sleep on the Floor bien ancrée où la foule s’est plu à chanter en choeur. Le groupe était en forme et surtout agréablement surpris de la foule. C’est les étoiles dans les yeux que le chanteur Wesley Schulz s’est exclamé: « Vous êtes la plus grosse foule devant laquelle on a jamais joué! » ce à quoi la foule a répondu par un cri de fierté.

Le groupe se présente de façon assez dynamique, échangeant de place par moment, le chanteur au piano, le drummer à l’avant. Pour ce dernier, on lui avait installé une grosse caisse tatouée du logo du band pour lui permettre de passer au premier plan, armé d’un tambourin.

The_Lumineers_FEQ_2016_06

D’ailleurs, toute la formation s’est mise à l’avant pour nous offrir une Ho Hey bien sentie avec la chorale de festivalier pour les soutenir. Un peu surprenant qu’elle soit passée comme quatrième morceau du spectacle, elle qu’on attendait plutôt en rappel.

Par désir de se rapprocher de son public, The Lumineers ont prévu une scène directement dans la foule le temps de deux chansons, Where The Skies Are Blue et Boots Of Spanish Leather, une reprise de Bob Dylan. C’était un des forts moments du spectacle, réaffirmant leur générosité et toute la chaleur qu’ils nous ont partagé dans la soirée.

Les météorologues n’ont sans doute pas prévus la pluie de confettis qui a jailli pendant Big Parade. Ils sont ensuite passés à My Eyes avant de quitter la scène. Ils ne se sont pas trop faits attendre heureusement, et sont revenus pour quatre autres morceaux, et finalement clore cette soirée sur Stubborn Love. Ils sont restés sur scène, même une fois le spectacle bien longtemps terminé pour témoigner de toute leur gratitude, et la foule s’en est donnée à coeur joie en retour.

 

Événements à venir

Vos commentaires