Kandle
Critique Publié le

Festival Anachronik 2016 | Kandle et Fire/Works donnent le coup d’envoi !

Au cours du week-end, le Quartier Latin vibrera au rythme du rock’n’roll, et c’est la faute au Festival Anachronik, qui y tient sa 4e édition. Pendant que The Seasons et Renard Blanc donnaient le coup d’envoi au Club Soda, nous nous trouvions à deux coins de rue de là, alors qu’Eddie Paul, Fire/Works et Kandle & The Krooks se succédaient sur la scène exiguë des Katacombes. Pas une soirée nécessairement « vintage », mais du bon rock à la bonne franquette et en bonne compagnie.

Voilà un petit bout de temps qu’on n’avait pas vu Kandle et ses Krooks à l’oeuvre sur une scène montréalaise, eux qui ont l’habitude de multiplier les prestations sur la scène locale.

Nos hypothèses ont été confirmées par la principale intéressée : oui, la bande travaille sur un deuxième album complet, une suite à In Flames, paru à l’hiver 2014. Exilés en Colombie-Britannique, ils travaillent plutôt en studio ces temps-ci, et force est d’admettre qu’on les sent moins en « forme de tournée » que lors des concerts précédents, mais le plaisir y est néanmoins.

Drôle de contexte que les Katacombes pour ce genre de spectacle : la sono n’est pas assez raffinée pour mettre en valeur les subtilités des arrangements et des sons de guitare savamment choisis de la bande, et pour une raison qu’on ignore, les canons à glace sèche du mythique lieu punk/death-métal crachent leur boucane à 8 pieds dans les airs, ce qui crée un écran de fumée… au-dessus de musiciens et non devant. Pour l’effet visuel, on repassera.

Peu importe, on ne souhaitait certainement pas voir MOINS de Kandle, qui portait pour l’occasion une robe rose pour le moins sexy, elle qui a l’habitude d’accoutrements plutôt dans les teintes de noir. Toujours aussi à l’aise dans ses mouvements, on la sent en plein contrôle sur scène et elle semble y prendre plaisir au milieu de ses boys, avec qui elle entretient une complicité qui saute aux yeux.

La bande a servi une sélection de titres familiers comme Know My Name d’entrée de jeu, puis So Bad, Demon, Gimme a Pill, Control Me et autres Not Up to Me, ainsi que deux nouveaux titres, dont une chanson plus pop qu’à l’habitude, sans doute le premier single du prochain album. « I’m being used / And I like it », scande la coquette chanteuse en se déhanchant sur le son de cette funky-pop hormonale. Assez différente de son répertoire habituel, qui donne plus dans la subtilité, mais bon… C’est peut-être ce qu’il faut pour permettre la croissance de sa carrière.

Le tout s’est terminé sur une reprise plutôt maîtrisée de Girl, You’ll Be A Woman Soon, d’Urge Overkill, après quoi Kandle quitte la scène, pendant que ses Krooks nous servent une version merveilleusement pervertie du thème de James Bond.

Plutôt plaisant et relativement court, on sentait que le concert servait un peu de remise en forme pour un groupe un tantinet rouillé, mais tellement doué qu’il n’en paraissait presque rien.

 

Fire/Works

Juste avant eux, Fire/Works se produisait en formule trio. Chaque prestation de Jonathan Peters et David Lagacé nous rappelle à quel point Fire/Works dispose d’une tonne de bonnes chansons aux arrangements raffinés et aux constructions mélodiques ingénieuses, merveilleusement interprétées peu importe les circonstances.

Dans ce cas-ci, on sentait une certaine timidité du côté du public, qui laissait un cruel fossé entre la scène et la foule. Atmosphère pas facile à réchauffer, mais qu’à cela ne tienne, les gars de Fire/Works ont séduit le public à coup de bonnes chansons et de bonnes mélodies. Et pour cause : les adeptes des Patrick Watson et Bon Iver de ce monde ont de quoi les découvrir.

Très belle prestation, même si la dynamique des trois gars assis – nécessaire quand le guitariste et chanteur bat la cadence sur une grosse caisse au pied gauche et une caisse clair au pied droit – ne se prête pas très bien à un lieu punk comme les Katacombes.

Le festival Anachronik se poursuit ce soir (vendredi 6 mai) avec notamment The Gruesomes, Bloodshot Bill et Loose Pistons au Club Soda, et The Brains et The Matadors aux Katacombes, puis demain (samedi 7 mai) avec le passage des Black Lips au Club Soda, Cherry Chérie et Les Monsieurs aux Katacombes et beaucoup plus.

Détails, programmation et passes du festival Anachronik par ici.

Artistes
,
Villes
Salles
,

Vos commentaires