Festival de Jazz de Montréal
Critique Publié le

Festival de Jazz de Montréal 2018 | Teke Teke confirme, Justin Saladino séduit

Pour ce samedi étouffant d’une fin de semaine de fête pour le Canada, certains de ses représentants foulaient les scènes extérieures avec succès.

Et si la riche programmation du Festival International de Jazz de Montréal (FIJM) ne permet pas de transiter facilement entre les différents lieux pour assister à tous ces spectacles gratuits, elle offre néanmoins un panel intéressant d’artistes confirmés et de jeunes pousses comme Teke Teke, Justin Saladino Band et ECHLO.

 

Teke Teke, l’hommage devenu mature

La nuit est tombée, le ciel s’est assombrit. Si la météo n’augure rien de bon, elle n’a pas d’effet sur la musique de Teke Teke qui sera découverte à partir de 22h sur la Scène du Monde. Un nom à définitivement retenir. Initialement prévu comme un hommage au guitariste nippon Tekeshi Teauchi, Teke Teke est devenu depuis un groupe propre qui compte sur la scène montréalaise depuis leur première date à l’Esco en mai 2017.

Originaire de la métropole, le collectif est désormais imposant, comptant même dans ses rangs des membres de groupes locaux tels que Boogat, Pierre Kwenders et Altin Gün qui participent à ce concept. Pas moins de sept personnages investiront donc l’espace de jeu pour une heure de pur bonheur. On y retrouve un percussionniste, un bassiste, un batteur techniquement irréprochable, deux guitaristes qui se complètent parfaitement, une pianiste-flutiste et une chanteuse discrète mais diablement charismatique. Du beau monde qui dévoile un son particulier mêlant musique traditionnelle japonaise et rock progressif dans une facilité déconcertante. Le public est curieux mais embarque progressivement dans ce style souvent psychédélique tandis que les orages fendent le ciel de Montréal. Le spectacle est beau, la musique se mariant parfaitement aux conditions climatiques presque dantesques.

Nombreuses seront les chansons reprises de l’illustre guitariste japonais alors que sera notamment interprété en clôture une chanson originale paru sur leur premier EP Jikaku paru début mai dernier. Un groupe original à voir ou revoir définitivement lors de ses prochaines représentations au Festival d’Été de Québec et au FME de Rouyn-Noranda !


Le Justin Saladino Band séduit les festivaliers

Tandis que TEKE::TEKE s’avère être une des sensations de la soirée, plus tôt dans la soirée, une autre s’est affirmée. Et avec la manière ! Le bluesman Justin Saladino est arrivé sur la scène Hyundai à 19h sans prétention et en est sûrement ressorti avec une nouvelle base d’admirateurs ce samedi soir.

Rayonnant dans son chemisier beige aux touches colorées, le Montréalais en aura charmé plus d’un avec sa gentillesse, sa voix profonde et ses solos de guitare bien pensés. Accompagné d’un groupe évidemment en retrait mais parfaitement en osmose avec lui, l’ensemble du set sera parfaitement exécuté. Alliant phases calmes (Put The Hammer Down) et plus intenses (Only You, Purple Girl), le Justin Saladino Band propose un concert dynamique aux palettes de sons variés alliant blues, rock et folk. D’une main de maître, le charmant jeune homme aura maîtrisé sa Fender Stratocaster pour le bonheur d’un parterre rempli en jouant une musique très accessible à la croisée des chemins d’illustres guitaristes tels que Gary Clark Jr. et John Mayer.

À 23 ans, celui qui sortit cette année son premier album A Fool’s Heart s’affirme comme une révélation à suivre de très près après avoir gagné le respect du milieu à chacune de ses performances dans des festivals blues du pays (Tremblant, Trois-Rivières, Toronto). Il quittera la scène nourrit par des applaudissement chaleureux, comme l’est la météo du jour.

 

ECHLO, le nouveau projet soul de Chloe Charles

Au moment où Justin Saladino Band concluait son spectacle, Florence K investissait la Scène du Monde tandis Chloe Charles dévoilait son nouveau projet musical ECHLO sur la scène Rio Tinto.

Bien entourée par deux musiciens talentueux, la chanteuse originaire de Toronto a prouvé une nouvelle fois que sa voix était calibrée pour les meilleurs arrangements soul. Dans un registre plus expérimental que sa discographie originale, Chloe Charles se mue avec son trio ECHLO en une chanteuse dans l’ère de son temps. Si le côté soul et jazz perdurent, il se dévoile finalement plus tranchant que les douces mélodies entendues sur des titres tels que Black & White ou Soon On a Snowflake. Son titre Got Me Drinking, paru le 28 juin dernier sous ECHLO, en est un exemple et se manifeste sur scène au son d’une batterie plus expressive et d’un guitariste n’hésitant pas à triturer ses pads et samplers.

Quant à Chloe Charles, elle jouit d’une technique irréprochable et d’une présence imposante nourrie par près de huit années de carrière scénique. On se réjouit de découvrir plus de titres de cette artiste acclamée par la critique.

Événements à venir

Vos commentaires