Festival de Jazz de Montréal
Nouvelle Publié le

Festival de Jazz de Montréal 2019 | Nick Murphy, Charlotte Cardin, Matt Holubowski et plusieurs autres en spectacles extérieurs gratuits

Le Festival de Jazz de Montréal dévoilait mardi les artistes qui figureront à sa programmation extérieure gratuite, du 26 juin au 6 juillet 2019 dans le Quartier des Spectacles. Charlotte Cardin sera sur la grande scène le jeudi 27 juin, alors que Nick Murphy (anciennement connu sous le nom de Chet Faker) sera sur cette même scène le mardi 2 juillet, et Matt Holubowski assurera le grand événement de clôture le samedi 6 juillet après avoir joué au festival en 2015 et 2017.

« C’était facilement le plus beau moment de ma vie », confirme l’artiste québécois en marge de l’annonce de la programmation extérieure. « Mais là, de me retrouver à faire la clôture… Au début, quand ils m’ont proposé de faire ce show là, j’ai cru que c’était une erreur. Je suis truly humble de faire partie des grandes têtes d’affiches qui sont passées par là ».

Des fiertés locales en ouverture et clôture du FIJM

Matt Holubowski, qui entrera en studio dans les trois prochains jours, jouera pour l’occasion de nouvelles chansons à paraître sur un futur album en plus de ses titres issus du très réussi Solitudes (2016). Il complète des soirées d’ouverture et de clôture orientées à 100% vers des artistes québécois avec Charlotte Cardin – qui elle, avait fait ses débuts à Montréal en ouverture de Mika à la Place des Arts il y a quelques années – un fait rare qui souligne la qualité des artistes qui animent la scène musicale locale.

« Ces deux artistes montréalais ont fait leurs premiers shows à Montréal, dans le cadre du Festival de Jazz. On trouvait que cette année, c’était de leur rendre justice en les mettant sur la Grande Scène parce qu’on est très très fier d’aider et de soutenir la scène locale. C’est important pour nous », précise le directeur de la programmation, Laurent Saulnier.

Pour cette date anniversaire, le FIJM propose également plusieurs autres événements immanquables. D’abord, la série des spectacles donnés sur la Grande Scène TD ne se résument pas à seulement trois noms puisque s’ajoutent également les dynamiques Cha Wa originaire de la Nouvelle-Orléans (1er juillet), Molly Johnson (4 juillet), une version « maximaliste » de Jordan Officer avec un groupe de 9 (!) musiciens et choristes le 5 juillet prochain, mais également l’illustre trompettiste franco-suisse Erik Truffaz qui célébrera, le 28 juin, les 20 ans de son mémorable album Bending New Corners. « La petite histoire dit que la première fois qu’il est venu à Montréal, c’était justement pour présenter cet album là »,  s’exclame Laurent Saulnier.  « Erik Truffaz va donc revenir live sur la scène TD, mais aussi partout dans le monde sur la chaîne Mezzo. Tout le monde pourra assister à ce grand concert! »,

N’oublions pas de préciser, sur la même scène, les mentions spéciales du programmateur Maurin Auxémery avec les venues d’artistes et groupes étonnants à partir 18h comme le digne représentant de la scène jazz turc, Ilhan Ersahin (28 juin), mais aussi le loufoque saxophoniste français Thomas de Pourquery (29 juin) et enfin Laila Baili (30 juin), qui a remporté le Juno de l’album « jazz vocal » cette année.

Une 40e édition festive !

D’autres scènes du Quartier des spectacles seront à la fête du 26 juin au 6 juillet prochain avec tout d’abord une série de spectacles blues sur la scène Hyundai avec une belle représentation de la gente féminine. Cette année le FIJM peut notamment compter sur les présences de Cécile Doo-Kingué (27 juin), Miss Emily (28 juin), Angélique Francis (29 juin), Barbara Diab & The Smoked Meat Band (1er juillet), Jenie Thai (2 et 3 juillet) et Sue Foley (6 juillet), en plus des présences masculines de Victor Wainright & The Train (29 juin), des vétérans Stephen Barry Band (4 juillet), de Steve Marriner (5 juillet) ou encore de Guy Bélanger le 27 juin, en duo avec France D’Amour à 21h et Kim Richardson à 23h.

En ce qui concerne la scène Rio Tinto, qui prendra place au coin De Maisonneuve et Jeanne-Mance, il sera question de faire de belles découvertes à l’écoute de la chanteuse sud-africaine Lorraine Klaasen (1er juillet), de la soul/funk des new-yorkais Michael Mwenso & The Shakes (30 juin), de la protégée de Jay-Z nommée Victory ou encore du Scratchophone Orchestra qui distillera un électro-swing fort dansant le 5 juillet prochain. Sur la même scène, l’occasion sera belle de découvrir également en concert le Montréalais Paul Cargnello (à lire ici son entrevue), qui présentera les pièces de son excellent album Promises paru l’année de ses vingt ans de carrière. Il s’agira, lui aussi, de son premier concert sur une grosse scène extérieure dans le cadre du FIJM.

La fraichement déplacée Place Heineken présentera quant à elle sur sa scène du jazz pur et dur avec notamment le batteur new-yorkais Curtis Nowosad (27 juin), la tromboniste-chanteuse d’Edmonton Audrey Ochoa et le grand Rémi Bolduc (chacun le 28 juin), le fer de lance de la scène jazz au Royaume-Uni en la personne de la saxophoniste Nubya Garcia (30 juin) ou encore la révélation Radio-Canada, Benjamin Deschamps (1er juillet). Cette programmation excitante s’annonce en prévision des venues du pianiste autrichien David Helbock (2 juillet), d’un inhabituel trio de saxophones barytons avec Baritone Madness (2 juillet) et du pianiste Jean-François Groulx en formule trio (5 juillet).

Le multi-culturalisme en avant

Cette année, en marge de la création de la scène Casino de Montréal / CBC/Radio Canada, le FIJM a programmé sur ce lieu plusieurs artistes et groupes d’origines diverses. « Pour l’anecdote, on a eu un appel de Patrimoine Canada nous disant que ce serait l’fun de célébrer la journée du multi-culturalisme, le 27 juin. Le Festival a dit non, parce qu’il dure dix jours et que le multi-culturalisme fait partie de notre ADN. Le multi-culturalisme, c’est tous les jours pendant le Festival de Jazz », Laurent Saulnier.

En conséquence, Vox Sambou (27 juin), Afrikana Soul Sister (1er juillet), Boogat (3 juillet) mais aussi Forest Boys (30 juin), Kallitechnis (4 juillet) et les projets groove éclatés de Schemes (3 juillet) ou Agua Negra (27 juin) viendront illuminer le Quartier des spectacles de leur énergie positive.

Le FIJM a en outre annoncé la création d’un nouveau prix pour son 40e anniversaire, le prix Oliver-Jones du nom de l’artiste de la Petite-Bourgogne qui aura laissé une trace indélébile dans l’histoire du Festival. Ce concours est destiné aux jeunes musiciens de niveau universitaire se considérant issu des minorités visibles. Sélectionnés suite à une sélection interne des universités québécoises partenaires, cinq candidats performeront le 26 juin prochain devant le public de L’Astral dans le format de leur choix (de solo à quintet). Un jury mixte composé déterminera le gagnant qui remportera une bourse de 5 000$ offerte par Stingray.

Enfin, soulignons qu’un « party surprise du 40e » ouvrira le festival le mercredi 26 juin. On ne sait évidemment pas pour l’instant qui seront les artistes impliqués.

Événements à venir

Vos commentaires