Cat Empire
Critique Publié le

Festival de Jazz de Montréal – Jour 5 | Cat Empire au Métropolis

La formation The Cat Empire, maintenant une habituée de la métropole, était de retour au Métropolis de Montréal mardi soir. Des centaines de personnes déchaînées s’entassaient dans le Métropolis pour l’occasion, toutes prêtes à faire de cette soirée une rencontre mémorable, comme sait si bien le faire le public montréalais.

Photo par Pierre Bourgault.

Photo par Pierre Bourgault.

La tournée Steal the Light, titre du dernier album sorti en mai 2013, mériterait  d’être rebaptisée «Best of The Cat Empire», alors que résonnaient les uns après les autres des classiques tirés de leurs 5 albums précédents et parmi lesquels se retrouvaient certaines chansons du dernier opus.

C’est avec Steal the light que le groupe s’est présenté sur scène en accentuant un « It’s good to have you here» bien senti. Ça a suffit à démarrer un concert de cris et d’applaudissements rappelant, pour 90 minutes, la relation solide entre les 8 musiciens et les fans de l’Empire du Chat. Les fidèles le sont depuis 2006, alors que Montréal découvrait le groupe sur une grande scène extérieure du FIJM.

Les solos, l’improvisation instrumentale contrôlée, la capacité vocale impressionnante de Harry James Angus et son français plus qu’acceptable, le charisme de Félix Riebl et le grand talent des musiciens confirment qu’un spectacle de Cat Empire est un choix peu risqué.

Bien qu’Harry et Félix occupent la scène avec une énergie contagieuse, la formation éparse gagnerait à se rapprocher un peu, ce qui permettrait  d’apercevoir davantage les cuivres et le DJ qui baignent malheureusement dans l’ombre.

 

Peu de surprises… mais personne s’en plaindra!

Une soirée avec le groupe australien ska-jazz offre peu de surprises pour les habitués.

Photo par Pierre Bourgault.

Photo par Pierre Bourgault.

Leur style est bien ancré, leurs albums se succèdent et se ressemblent sensiblement et les prestations sont fidèles à elles-mêmes; énergiques, dansantes, rythmées. Le spectacle de mardi soir ne faisait pas exception à cette bonne habitude.

Légers bémols toutefois au niveau de l’éclairage qui semblait bouder la musique à quelques reprises et à la sonorisation mal équilibrée ne permettant pas de bien entendre les instruments d’assise comme la batterie et la basse. Étonnant pour une salle comme le Métropolis offrant d’excellentes conditions.

En grande forme et décidés à faire vibrer le Québec en ce début de tournée, les membres de Cat Empire seront au BluesFest d’Ottawa le 4 juillet, au Métropolis le 5 juillet et au Festif de Baie St-Paul le 28 juillet. À ne pas manquer!

 

Photo par Pierre Bourgault.

Colin Moore en première partie. Photo par Pierre Bourgault.

Première partie

Une solide première partie assurée par Colin Moore, un auteur-compositeur-interprète montréalais, assurait dès les premiers instants la réussite de cette soirée du Festival de Jazz au Métropolis de Montréal.

Le folk-rock lourd et assumé de Moore a su capter l’attention et a chaudement été salué.

 

Photos en vrac
par Pierre Bourgault

the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-1 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-2 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-3 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-4 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-5
the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-6 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-7 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-8 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-9 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-10
the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-11 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-12 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-13 the-cat-empire-fijm-jazz-montreal-2013-14
Liste des chansons (approximative)

Steal the Light

In my pocket

Call me home

Prophets in the sky

Sly

Sleep won’t sleep

The darkness

How to explain

Wanted to write a love song

Brighter than gold

Two shoes

The wine song

Hello

Still Young

 

Rappel :

All night song

 

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires