Patrick Watson
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2015 – Jour 9 | Patrick Watson sur les Plaines d’Abraham

Pour cette 9e journée de spectacle, les festivaliers avaient rendez-vous avec l’univers éclaté et planant de Patrick Watson. La météo était menaçante sur Québec, mais ce ne fut pas suffisant pour décourager les quelques 40 000 personnes s’étant donné rendez-vous sur le site des plaines d’Abraham.

Éclairages tamisés, immenses ballons fixés entre ciel et terre sur scène et chants angéliques d’une chorale toute de blanc vêtue. Le ton est donné : bienvenue dans l’univers de Watson!

Il apparaît d’ailleurs rapidement au piano, pousse quelques notes de sa voix unique à laquelle s’ajoutent rapidement ses musiciens, un ensemble de cordes, un ensemble à vent et même trois choristes supplémentaires.

Autant de musiciens sur scène donne parfois bien des maux de tête aux techniciens de son, mais on peut définitivement dire « mission accomplie » puisque tous les instruments raisonnent parfaitement partout sur le site de la scène Bell au grand plaisir d’une foule pour l’instant attentive, mais tout de même passive.

Le charismatique chanteur saura bientôt faire changer les choses en se déplaçant entre son piano et son micro, grattant parfois sa guitare. Il s’adresse régulièrement au public de plus en plus bruyant. Plus tard, la chanteuse Marie-Pierre Arthur, qui agit à titre de choriste ce soir, viendra ajouter de la couleur à cette soirée déjà sur une excellente lancée.

Un spectacle bien monté

On réalise rapidement que le spectacle est particulièrement bien rodé, les pièces s’enchaînant les unes derrière les autres. Le rythme de la soirée est constant. Aucune place n’est laissée à l’ennui.

À voir leur large sourire complice, les musiciens semblent tous s’amuser. On verra même le guitariste utiliser un archet sur son instrument.

Fait intéressant, des caméras savamment disposées sur les divers instruments offrent au public une toute autre perspective sur les écrans qui ornent la scène et le site. De savantes animations s’agençant à l’ambiance des chansons défileront d’ailleurs toute la soirée sur l’écran situé derrière les musiciens. Parfait pour l’univers planant du chanteur montréalais.

Puis, le moment que tous attendaient arrive enfin! Robert Charlebois se pointe sur scène pour interpréter Lindbergh à la sauce Patrick Watson. Les deux chanteurs offriront un duo haut en couleurs au public comblé. Charlebois se joindra même aux musiciens, à l’harmonica.

Après que Charlebois ait quitté la scène, plusieurs se sont malheureusement dirigés vers la sortie alors qu’encore quelques autres chansons étaient à venir. Ils n’auront pas la chance de voir la finale alors que Watson demande aux technicien de fermer tous les éclairages avant de se lancer dans une dernière pièce dans la pénombre accompagné d’une mielleuse envolée de ballons qui s’élèveront bientôt partout au dessus des Plaines. À voir les sourires qui se dirigent vers la sortie, on devine que les fans retournent à la maison satisfaits.

Événements à venir

Vos commentaires