The Weeknd
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2018 – Jour 1 | The Weeknd sur les Plaines: Enfin à Québec!

Les onze jours tant attendus de la 51e édition du Festival d’été de Québec sont enfin arrivés et c’était à The Weeknd de donner le coup d’envoi, chose qu’il a somme toute bien accomplie, malgré une énergie définitivement concentrée principalement vers l’avant de la foule.


 

Se reprendre pour le rendez-vous manqué

On se souviendra du rendez-vous manqué au Centre Vidéotron l’an dernier, faute d’un « empoisonnement alimentaire » (lire ici « pas assez de billets vendus »). Le FEQ aura réussi à remédier à la situation jeudi soir en permettant à The Weeknd de se produire devant une foule plus diversifiée que celle à laquelle il aurait eu droit en amphithéâtre. En effet, les curieux étaient les bienvenus de passer 10 minutes ou deux heures en compagnie du Torontois, chose moins possible quand on paie 100$ le billet, pas la passe de festival.

Petit clin d’oeil à l’édition de l’année dernière, The Weeknd a lancé sa prestation sur le morceau Pray For Me qui figure notamment sur la trame sonore du film Black Panther et qu’il partage avec Kendrick Lamar qui lui aussi s’était produit en début de festival l’an dernier. Tout de suite, l’avant-scène, maintenant remplie bord en bord de détenteurs de laissez-passer admission générale, s’est mise à sauter, comme un soulagement d’enfin pouvoir le voir se produire dans la Vieille-Capitale.

Bon, la bande son sur laquelle le Torontois chantait n’était pas super bien camouflée d’entrée de jeu. Vraiment, aucune subtilité. Mais, le chanteur a rapidement montré de quel bois se chauffaient ses cordes vocales et il faut avouer que les vocalises sont demeurées solides jusqu’à la fin. La trame pré-enregistrée n’était plus nécessaire et elle est disparue rapidement.

Paranthèse météo: Oui, il faisait très chaud sur les Plaines et on nous annonçait une veille d’orages violents. Eh bien, on l’a vu l’orage dans un énorme nuage dense qui a contourné le site, question de nous offrir ce phénomène spectaculaire et de ne pas interrompre le spectacle en cours. Assez spécial!

 

Les hits et les autres

Durant l’heure et demie qui lui était accordée, The Weeknd s’est promené entre des morceaux tant de l’album Starboy dont la chanson homonyme, Six Feet Under ou I Feel It Coming, que de ses premières tentatives sur Trilogy dont House of Balloons ou The Morning. C’était un beau mélange qui permettait aux fans d’entendre leur favorite, tout album confondu, et aux curieux de se faire une tête à savoir s’ils aiment ou aiment pas.

Un show de The Weeknd, c’est oui les gros hits qui passent à la radio, mais c’est aussi du hip hop aux beats répétitifs et aux paroles crues. Malheureusement, Québec semblait s’essouffler lors de ces passages et n’attendait que les hits gentils, mais heureusement, il y avait l’avant-scène. C’était peut-être une question de chaleur ou dû au fait que la foule était trop pleine de curieux, mais l’énergie du public était pratiquement réservée à l’avant-scène, ces braves qui ont accepté de jouer les pingouins et de bouncer bien collés.

C’était une bonne chose qu’ils soient là parce que sans tout l’amour qu’ils lui rendaient, le spectacle de The Weeknd en aurait écopé grandement. Ça ne doit pas être facile de combler l’immense scène des Plaines d’Abraham lorsqu’on est interprète. Bon, il y avait un batteur et un guitariste, parfois un claviériste qui l’accompagnaient, mais autrement, la scène n’était comblée que de lumières.

Le chanteur, bien que timide ne s’adressant à la foule que très peu, a fait du mieux qu’il pouvait jusqu’au bout et a frappé très fort en fin de parcours en offrant une version minimaliste de son plus récent hit Call Out My Name rapidement suivie de la très adorée The Hills qui a clos la soirée sur des jets de flammes pyrotechniques.

Est-ce que ce sera LE show du FEQ? Peut-être pour les grands fans, mais pour les autres, ça aura été un très bon show à voir qui sera sans doute éclipsé par d’autres favoris. Après tout, c’est à ça que servent les 10 autres jours de festival. Mais, on peut dire qu’avec ce premier passage dans la Vieille-Capitale, The Weeknd a bien réussi à convaincre Québec et ses curieux de le réinviter.

Chromeo en première partie

On pourrait bien faire des blagues météo en disant que la foule n’avait même pas besoin d’être réchauffée grâce à la canicule, mais il faut croire que la frénésie de la première soirée de festival était suffisante pour faire danser le monde peu importe ce qui leur atterrissait dans les oreilles. C’est du moins l’impression ressentie lors des deux dernières chansons qu’on a pu attraper de la prestation de Chromeo. Toujours aussi sympathiques!

Brockhampton cassait la glace dès 19h, mais impossible de se prononcer sur la qualité de la performance, puisque le chemin Montréal-Québec nous a causé un retard. Mais les photos ci-haut en disent long!

Vos commentaires