Neil Young
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2018 – Jour 2 | Neil Young sur les Plaines: Rendez-vous avec le chaman

Dans la catégorie des grandes vedettes tant attendues pour la grande communion rock sur les Plaines d’Abraham, Neil Young devait bien faire parti du top 3. C’est maintenant chose faite, Québec pourra se vanter d’avoir eu un des plus grands de l’histoire du rock. Et il n’a pas déçu. 


C’est avec quelques minutes de retard qu’est apparu l’homme de la situation avec sa bande de jeunes musiciens, sans artifices. N’eut été des lumières éteintes, presque personne n’aurait remarqué l’entrée en scène de la bande. Mais du haut de ses 72 ans, le chanteur au chapeau n’était pas là pour les effets spéciaux. Sa voix unique et sa Les Paul noire allaient de toute façon prendre toute la place.

C’est avec une longue version de Like An Inca que commence le concert. Ce n’est pas vraiment un gros canon pour ouvrir, mais l’homme a toujours fait à sa tête. Après tout, c’est probablement le seul artiste au monde à avoir été poursuivi par sa compagnie de disques pour ne pas avoir produit de la musique qui sonnait assez « comme lui ». Mais peu importe, en ce frisquet juillet sur les Plaines, Young profite de la solidité de son groupe pour se lâcher lousse sur le whammy bar de sa guitare pour de longs solos. Par contre, il semble être un peu mêlé dans ses sons de guitare à ses pieds car le signal coupe à quelques reprises.

Rockin’ in the Free World!

Les choses sont tout de même revenues à la normal par la suite. Et c’est tant mieux car la foule aura eu droit à son plus gros hit en carrière dès le quatrième morceau du programme: Rockin’ In the Free World. Après toutes ces années, il est surprenant qu’il ait encore du plaisir à la jouer. Disons que le refrain accrocheur, répété à profusion, aura permis à la foule de s’époumoner comme le veut la tradition du rock d’aréna.

Mais on retient surtout de cette performance le coté chamanique de l’artiste. Young revisite ses morceaux selon l’inspiration du moment tout en ayant un plaisir juvénile à gratter sa fidèle Gibson: Il étire les solos, entre en transe et joue avec le feedback. Outre quelques remerciements, il y a peu d’échanges avec la foule. À l’exception du moment acoustique de la soirée dédié à tous les enfants mis en cage dans le monde. Clin d’œil évident à l’actualité pour celui qui est aussi reconnu pour soutenir de nombreuses causes.

Le meilleur moment de la soirée reste sans contredit la version épique de Like A Hurricane. Après un long solo, le Neil se permet même d’arracher les cordes de sa guitare et de terminer le tout avec un jeu de feedback. Heureusement, il avait avec lui sa grosse Gretsch pour faire plaisir à la foule avec un autre succès fait sur mesure pour l’immensité des Plaines: Hey Hey, My My. Un autre grand moment.

Mais comme si ce n’était pas assez, en guise de rappel, c’est l’heure de l’harmonica et de la guitare acoustique pour l’indémodable Haverst Moon. La cérémonie pouvait donc prendre fait en douceur.

Un gros coup pour le Festival d’été de Québec avec un artiste à l’impressionnant catalogue. Une première (!) visite à Québec couronnée de succès pour Neil Young.

 

Kurt Vile & The Violators

Avant le couché du soleil, le chanteur américain Kurt Vile avait une heure à lui pour présenter son rock nonchalant. C’est avec la crinière au vent et les yeux visiblement affectés par quelques substances que le chanteur et guitariste (et son groupe) a fait revivre à sa manière le rock de slackers des années 90.

Une scène peut-être trop grande pour l’occasion. Un spectacle en salle avec un plus long setlist aurait peut-être été plus pertinent pour ses fans. Mais quand même, le Festival d’été a eu la bonne idée de mettre un artiste actuel comme Kurt Vile à sa programmation.

Événements à venir

Vos commentaires