Logic
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2019 – Jour 9 | Un remplacement et une amende bien sentie pour la soirée Rap sur les plaines

Drôle de journée hier pour ce 9e jour avec Logic, Gucci Mane et Jazz Cartier, alors que le Festival d’été de Québec (FEQ) a dû changer son fusil d’épaule très rapidement avant le début du spectacle du coloré Lil Pump, qui ne foulera finalement pas la grande scène des plaines d’Abraham, retenu en raison d’enjeux légaux et remplacé au pied levé par Alaclair Ensemble.

Logic en tête d’affiche

C’est à 22h12 le rappeur du Maryland entra finalement sur scène sur la rapide 44 more, un retard probablement dû à Gucci Mane qui s’étirait un peu trop. L’Américain est venu avec enthousiasme sur scène, impressionné par la foule qui s’étalait à perte de vue et armé d’une attitude fort sympathique, ainsi que d’un débit qui donnait le vertige. En tout cas, il sait comment attirer les admirateurs derrière lui, les menant au doigt et à l’oeil. Charmant moment d’ailleurs où il fera chanter à la foule un joyeux anniversaire à un admirateur contre la barrière, qui fêtait ses 19 ans.

Sir Robert Bryson Halls II, déboule ses chansons comme une mitraillette, l’une après l’autre, en s’assurant que ses admirateurs s’amusent toujours entre temps en leurs lançant des t-shirts avec l’aide, entre autres, de son DJ Rhêtorik. Il est rafraichissant de voir un artiste aussi positif comme Logic, surtout après une présence aussi réchauffée et statique que celle de Gucci Mane juste avant.

Avec Logic, on garde ça simple. Peu d’effets visuels autres que les lumières mobiles derrière son DJ, qui changeaient d’angle selon le rap qu’il livrait et les jeux de couleurs dans l’éclairage entre les chansons.

 I’m having the time of my life

Alors qu’il y a une dizaine de milliers de personnes sur les plaines pour rendre ses paroles à Logic, son DJ lui rappela la première fois qu’il vint au Canada, alors que seulement 17 personnes s’étaient présentées à Montréal et qu’ils avaient fait venir de la pizza au lieu de faire le spectacle.

Puis, déception et incompréhension générale lorsque Logic quitte la scène en plein milieu de Midnight, alors qu’il clame que la foule n’est pas assez dedans et que son DJ reprend les rênes. Pour le plus grand plaisir des gens, il reviendra après que la foule eut scandé son nom haut et fort pour terminer Midnight. Et voilà comment le rappel commencera.

Are you fucking serious

C’est ce que le rappeur exclamera après Keanu Reeve, lorsque l’équipe du FEQ l’eut l’avertit que, faute de temps, il faudra qu’il termine là. Il décidera tout de même de continuer avec Commando, G-Easy en moins. Tentant de se rebeller une seconde fois, il réussit en enchaînant sur une petite danse du robot joyeuse avant de continuer, comme si la nuit était sienne, avec la tropicale 100 Miles and Running.

Alors qu’il était sur le point de laisser tomber sa plus connue 1-800, il dira qu’il était prêt à payer l’amende qu’on lui remettrait afin de la jouer et de faire la puissante Everyday au final.

Une soirée que les admirateurs du rappeur n’oublieront pas de si tôt!

Alaclair – C’tai pas ça que c’tai mais ce s’ra ça que s’ra.

On apprenait plus tôt, via un communiqué fait par le FEQ, que Lil Pump avait été détenu par la police, qu’il avait manqué son vol (sommes-nous vraiment surpris?) et qu’il ne serait finalement pas sur les plaines pour interpréter ses succès Gucci Gang et I Love It. C’est tout de même aux colorés Alaclair Ensemble qu’aura été confiée l’ouverture de cette soirée à saveur rap, avec en tête d’affiche Logic. Une magnifique vitrine pour les Québécois, qui en seront à leur première présence sur la scène des plaines. Ce n’est pas sans rappeler que Dead Obies avait fait la première partie de Kendrick Lamar en 2017.

S’ils ne s’étaient pas préparés, il y a quelques heures, à fouler la grande scène devant quelques milliers de millénariaux qui s’étaient déplacés aujourd’hui, cela n’a pas paru lorsque les éclatés Alaclair Ensemble sont entrés sur scène, alors qu’Eman entra seul sur les airs de l’intro de FOX pour « starter » la soirée à la sauce Alaclair. Et ce fut tout un spectacle! L’énergie fidèle à la formation eut raison des festivaliers, offrant une réjouissante portion de rap québécois dans cette soirée anglophone.

Ils mentionnent alors que Lil pump ne s’est pas pointé et demanderont au public de faire le plus de bruit possible pour lui en criant « Lil Pump », mené en force par Claude Bégin, pour ensuite hurler au plus fort « P’tite pompe » tel que rebaptisé par Ogden, alias Robert Nelson (qui sera aujourd’hui sur la scène Loto-Québec), avant de commencer C’tai ça que c’tait. Il fallait s’y attendre.

Jazz Cartier

Motivé d’être sur la scène ce soir, le rappeur de Toronto, qui en est à sa deuxième présence au FEQ, commence son set avec Waste en balançant à la gueule du public le contenu de sa bouteille d’eau.

Amalgame classique d’un bon vieux spectacle de rap, son DJ abuse du « air horn » et des coups de feu lancés çà et là au travers des succès de Cartier. Très près de son public, il aura eu plusieurs interactions avec eux au courant de la soirée, et si ce n’avait pas été de la poussière qui le dérangeait, il serait probablement descendu beaucoup plus souvent sur les caisses de sons pour garder cette proximité.

S’il est excessivement énergique, Jazz Cartier finira par nous lasser avec son utilisation excessive de l’autotune et de visuels douteux, comme cet extrait de Grand Theft Auto V où l’on pouvait voir un loop de la scène d’effeuillage alors qu’il interprétait Sex Machina. Puis il finira son spectacle avec Dead or Alive, non sans mentionner son ami A$AP Rocky, qui est présentement détenue en Suède.

Gucci Mane

Juste avant Gucci Mane, ce sera au tour de DJ Champ de préparer le public à une énorme prestation du rappeur de l’Alabama avec des tubes tels que Old Town Road de Lil Nas X, alors qu’il demandera aux admirateurs de l’accueillir tel le dieu qu’il croit être. Gucci entrera, tout en basse, sur Both avec en arrière-plan les verses de Drake, suivi de I Get The Bag.

Pour un premier spectacle en sol canadien, enchaîner avec une pièce telle que 1st Day Out Tha Feds, qu’il publia 24 heures après sa sortie de prison en mai 2016, semble étonnant. Le playback qu’il nous offre tout le long sur ses chansons et sur les reprises, lui, ne le sera pas. S’il pensait passer inaperçu, il l’a un peu raté.

Il faudrait peut-être aussi lui donner une carte du Québec à son prochain passage, parce que l’artiste dira plusieurs fois «Montreal where are you?! », avant de se reprendre en disant Québec. Allez, Gucci, tu peux faire mieux. Malgré tout, la foule se plait bien, en se laissant aller, ayant été bien préparé par Jazz Cartier juste avant.

Définitivement pas une performance qu’on gardera dans nos esprits bien longtemps.

 

Gallerie photos de la soirée de vendredi:

Événements à venir

Vos commentaires