Dave Matthews Band
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2018 – Jour 11 | Dave Matthews Band sur les Plaines : Question que ça ne finisse jamais…

Dans les yeux d’une fille qui venait de naître alors que le band était au sommet de sa carrière, les chansons de Dave Matthews Band ont semblé incroyablement longues sur les Plaines dimanche soir en clôture du FEQ. Mais, en consultant Spotify (l’outil millenial par excellence), on se rend compte qu’une toune de Dave Matthews Band tourne généralement autour de 4 minutes 30 et 5 minutes–classique nineties! Si ça semblait plus long qu’à l’habitude, c’est que la formation folk s’est permis d’étirer la sauce… pas mal!


 

Quand le temps ne compte plus

Des temps morts entre les chansons où les musiciens jasaient entre eux hors micro et d’excellents jams (mais qui n’en finissaient plus) ont servi à combler le temps qui ne leur était pas compté puisque le groupe s’était vu accorder une permission spéciale au préalable qui leur permettait de jouer jusqu’à minuit en cette veille de lundi de retour au travail – ils ont été fins et nous ont permis d’aller se coucher un peu avant. Mais vraiment, le groupe n’était pas pressé, ce qui a plu à la foule compacte à l’avant et à celle beaucoup plus éparse à l’arrière.

La colline aura été un spot de prédilection pour une majorité de festivaliers qui a choisi de regarder le show assis, malgré le décalage sonore et visuel des écrans géants. Si les gens debout étaient au rendez-vous à l’avant, l’arrière servait d’autoroute aux familles avec jeunes enfants et travailleurs du lundi qui devaient aller se coucher.

Qu’à cela ne tienne, Dave Matthews Band s’est fait du fun. Ils nous ont offert des classiques et des morceaux tirés de leur plus récent album Come Tomorrow, en plus d’une reprise de Sledgehammer de Peter Gabriel. Et chacune des dix-sept chansons jouées dans la soirée s’est value une prolongation. Mais sans l’ombre d’un doute, ce sont les vieux hits qui ont généré le plus d’engouement dans la foule, on pense notamment à Crash Into Me.

Parenthèse de millenial : merci au superbe film Lady Bird d’avoir fait de la chanson Crash Into Me une référence culturelle connue et ainsi de nous avoir permis nous aussi de crier en chœur lorsque les premiers accords immanquables se sont faits entendre.

Le Festival d’été de Québec ne s’est pas terminé en un gros BOUM assourdissant comme il l’a fait il y a deux ans avec Rammstein, ou limite l’an dernier avec Muse. Plutôt, il a choisi de bercer une dernière fois ses festivaliers en une soirée sans trop grand remous, à l’image de sa 51e édition.

John Butler Trio (qui aurait dû jouer à 20h plutôt qu’à 19h)

Il est beau, il est talentueux, il est charismatique, sa voix est renversante; John Butler Trio en a mis plein la vue en début de soirée alors qu’ils auraient dû être placés juste avant la tête d’affiche tellement c’aura été un coup de cœur. Les gens tapaient dans les mains, répondaient d’hochements de la tête engagés, étaient attentifs, ce qui n’est pas donné à toutes les premières parties du FEQ. Québec avait envie de l’entendre, lui et ses superbes musiciens. Il y avait une belle chimie entre eux qui se traduisaient de jams (oui, eux aussi) qui venaient enjoliver les morceaux qu’on lui découvrait. Génial!

Sturgill Simpson (qui aurait dû casser la glace)

Si Québec était charmé par John Butler Trio, on peut dire que le courant ne passait pas aussi bien avec l’Américain Sturgill Simpson. Pourtant lauréat du Grammy de l’Album country de l’année en 2017, le chanteur-guitariste ne se démarque pas d’une grande présence scénique. Heureusement que le prestigieux prix ne compte pas un critère de charisme…

Quoi qu’il en soit, c’était un intéressant mélange de country et d’Americana. Mais la foule a vraiment semblé s’essouffler entre John Butler Trio et Dave Matthews Band, ce qui est dommage en cette dernière soirée de festival. Un switch des premières parties aurait peut-être pu générer un climax plus solide en général. Oh well!


Grille des chansons de Dave Matthews Band

  1. Don’t Drink The Water
  2. Samurai Cop (Oh Joy Begin)
  3. Warehouse
  4. What Would You Say
  5. Again And Again
  6. You Might Die Trying
  7. Satellite
  8. Can’t Stop
  9. Crash Into Me
  10. Lying in the Hands of God
  11. Sledghammer (reprise de Peter Gabriel)
  12. Come On Come On
  13. Grey Street
  14. Ants Marching

Rappel

  1. Some Devil
  2. So Much To Say
  3. Tripping Billies

Vos commentaires