Taking Back Sunday
Critique Publié le

Festival d’été de Québec – Jour 2 | Le FEQ en mode emo avec Hawthorne Heights, Saves The Day et Taking Back Sunday

Pour sa deuxième soirée d’existence, la nouvelle scène de la place George-V était en mode emo, avec un trio de groupes cultes du début des années 2000. Alors que la soirée manquait cruellement de constance, Taking Back Sunday nous a prouvé qu’ils pouvaient faire lever le party.


« I used to listen to Hawthorne Heights when I was in high school »

Tel était leur mantra, lorsque le band a foulé les planches de l’Impérial au début de l’année et il faut croire que Hawthorne Heights a adoré cette présence, puisque le quatuor de Daytona en Ohio est de retour moins d’un an après leur dernier concert en sol québécois. La bande de JT Woodruff était en grande forme en plus.

Si nous avons vu quelques percées orageuses juste avant le spectacle, le soleil se faisait de nouveau voir lorsque Woodruff et sa bande ont foulé la scène. Malgré une foule qui se faisait cruellement clairsemée, il n’y avait pas à redire: les « emo kids » connaissaient encore les paroles du mythique groupe de la passe emo du début des années 2000.

C’est avec une force contagieuse que le band nous a joué quelques-uns de leurs anciens succès, tel que Niki FM ou Saying Sorry, que les gens présents se sont empressés de hurler, sans oublier quelques chansons de leur nouvel album, Bad Frequencies. Mais ce fut sans contredit Ohio is for Lovers, grand succès de la formation américaine, qui se démarquait le plus dans le cadre de cette soirée aux sonorités emo.

Saves The Day

C’est au band du New Jersey, Saves The Day, qu’on a confié la deuxième partie du spectacle avec une performance qui manquait cruellement d’énergie, malgré leurs chansons enlevantes.

Le chanteur, bassiste et seul membre original de la formation, Chris Conley, ne parlait que très peu, l’instant de lancer quelques « Thank you so much! ». Il se faisait aussi très monotone face à une foule qui ne semblait pas du tout porter attention au groupe, mis à part un admirateur qui vola littéralement la vedette en faisant du crowd surfing.

Taking Back Sunday

Quiconque est passé par l’infâme phase emo, aussi éphémère soit elle (je plaide coupable!) connait Taking Back Sunday ! Et ceux qui ne les auraient pas connus, spécialement lors de leur période Louder Now, ont eu droit à quelque chose de spécial en ce jour 2 du FEQ, pour célébrer les 20 ans de leur album Decades Under The Influence

Énergique comme à son habitude, Adam Lazzara sait faire lever le party. Mais ce sera sans contredit lorsque les premières notes de Liar (It Takes One To Know One) retentirent, que l’entièreté du parterre de la place George-V créa un puissant tremblement de terre. Mention spéciale à Lazzara qui ne faisait qu’un avec son micro. Sa marque de commerce est de le faire virevolter un peu n’importe comment en chantant.

Taking Back Sunday pourra se vanter d’avoir presque rempli la place George-V et qu’ils ont créé les plus gros circle pits de la nouvelle scène, rebaptisés « party puddle » pour l’occasion, mais ce n’est seulement que lorsque les premières notes de Cute Without a E se fera entendre que les gens se déchaineront avec une soif féroce.

Et si certains n’auraient pas reconnu le drummer de la formation, c’est qu’il était remplacé par Atom Willard (Angels and Airwaves, Against Me!) pour l’occasion.

I would like to thank for your hospitality, and for your open arms, but most importantly, for your time.

Ce sera Make Damn Sure, succès de Louder Now, qui clôtura ce spectacle qui aurait mérité d’être encore plus long.

Événements à venir

Vos commentaires