Aerosmith
Critique Publié le

Festival d’été de Québec – Jour 8: Aerosmith sur les Plaines

12 juillet 2012 – Plaines d’Abraham

Les Plaines d’Abraham se sont rapidement remplies jeudi soir pour la venue du mythique groupe Aerosmith. Malgré les rumeurs d’extinction de voix qui planaient autour de lui, Steven Tyler était fidèle au poste et semblait être en pleine forme. Sans pour autant offrir une performance révolutionnaire, le groupe originaire de Boston a démontré qu’il est encore capable de livrer des spectacles solides.

Photo par Renaud Philippe

Tout de suite après la performance du groupe torontois Our Lady Peace, la soirée s’est poursuivie avec une véritable parade de succès; Love in an Elevator, Falling in Love (Is Hard on the Knees), Livin’ on the Edge et Jaded ont toutes été jouées en succession. Quelques chansons du nouvel album se sont frayé un chemin dans la programmation – elles étaient intéressantes, mais sans plus.

Il faut être honnête, on assiste à un spectacle du genre pour entendre les vieux succès et pour la majeure partie, Aerosmith les a livrées. Le groupe s’en est tenu à la même grille de chansons que la prestation à Laval le 10 juillet dernier, et s’est abstenu de jouer ses ballades, comme Cryin’, Crazy ou I Don’t Want to Miss a Thing, décision qui a du en décevoir plus d’un.

Le batteur Joey Kramer possède la réputation d’amuseur de foule et il n’a pas déçu jeudi soir. Kramer a pu démontrer l’étendue de son talent par un long solo de batterie qui ponctua le point médian de la soirée, allant même jusqu’à jouer avec ses mains nues.

 

Steven Tyler vole la vedette!

Photo par Renaud Philippe

Il n’y a eu qu’une seule vraie star sur scène cependant et c’est sans contredit Steven Tyler. À 64 ans, il adore toujours autant les caméras, se plantant le visage dans chaque lentille se trouvant à moins de 20 pieds de lui. Il se déplace toujours avec les gestuelles typiques d’une vedette de rock avec une aisance surprenante. Sa voix n’a pas craqué, mais semblait sur le point de l’être durant Dream On en toute fin de soirée. Celui que l’on surnomme le « Demon of Screamin’ » survivra pour une autre soirée!

Reste qu’il n’y avait pas de gros moment magique ou unique au cours de la soirée, rien de très positif, mais absolument rien de négatif non plus. Ce fut un spectacle rock bien rodé et livré par des maîtres du rock n’ roll!

23h30 – Plaster – Le Cercle

Si le Cercle est toujours debout vendredi matin, ce ne sera pas grâce à Plaster! Le groupe électro/rock de Montréal a tout tenté pour mettre le bâtiment à terre!

Fusionnant l’électro à presque tous les styles musicaux possible – rock, hip-hop, R&B – le trio s’est forgé un genre lourd, mais qui demeure accessible et amusant.

Difficile à dire si la salle comble dansait due aux rythmes follement accrocheurs de Plaster ou bien si c’était un effet secondaire des vibrations de la basse – reste que tout le monde semblait s’y plaire!

Vos commentaires