Patrice Michaud
Critique Publié le

Festival en chanson de Petite-Vallée 2019 | Savoir donner et recevoir selon Patrice Michaud

Il nous en avait parlé il y a quelques jours : Patrice Michaud s’attendait à « rire très fort, (et) pleurer très fort. » En tant qu’artiste passeur du Festival en chanson de Petite-Vallée, il était prêt à vivre de grandes émotions, et à en faire vivre aussi. Dans l’esprit du festival : savoir donner mais aussi savoir recevoir.

« Je le dis sans prétention, mais je crois sincèrement que ce n’est pas n’importe qui qui peut être artiste passeur », nous expliquait-il vendredi lors d’un brunch-conférence avec les médias présents à Petite-Vallée cette semaine.

D’abord, il faut assurément un lien étroit avec le festival, avec la région. Patrice Michaud vient de Cap-Chat. Son père y a passé sa vie, et y opère un garage. On sent chez lui son esprit gaspésien, son entregent naturel. Son attachement à ce petit coin du Québec, si majestueux à ce temps-ci de l’année.

Jeudi soir, la Petite École de la chanson lui chantait la pomme avec ses propres chansons. Imaginez une chorale de 300 enfants de la région qui ont travaillé durant un an sur ce spectacle, le tout sous la direction de la très dévouée chef de choeur Danielle Vaillancourt. C’était une soirée particulièrement chargée d’émotion, puisque c’est la dernière année de Mme Vaillancourt, après avoir monté ce spectacle bénévolement à chaque année durant 28 ans.

Pendant plus d’une heure, les petits chanteurs ont fait résonner les titres marquants de Patrice Michaud, avant d’aller le chercher dans la foule pour qu’il se joigne à eux, l’instant de deux chansons : Je cours après Marie et Julie revient, Julie s’en va.

Photo par Jean-Charles Labarre.

À son arrivée sur scène, il avait les yeux rougis et peinait à prendre parole, étouffé par l’émotion. Un simple « c’est le plus beau spectacle que j’ai vu de toute ma vie » allait sortir d’un trait.

C’est ça, savoir recevoir. Comme dans La Petite Séduction, quand tout le village montre à l’artiste tout ce qu’ils ont fait pour lui faire plaisir. Savoir dire merci, se montrer touché, se laisser séduire. Ça récompense tous les efforts.

Mais quand vient le temps de donner en retour, Patrice Michaud sait faire aussi.

Samedi soir, c’était à son tour en donnant un spectacle de son cru, énergique et souriant. Ses chansons folk-rock, parfois country, touchent une corde sensible à tout coup auprès de la population gaspésienne. En particulier, L’Anse blanche prend un sens renouvelé lorsqu’interprété dans sa région, où les référents touchent droit au coeur.

Il se fait comique aussi, presque standup, pour mettre la foule dans sa petite poche. Il va même nous interpréter une reprise d’Encore et encore de Cabrel, juste pour mettre le fun dans la place. Parlant de reprises, il en proposera une autre, une version francisée de la lascive Stop de Sam Brown, et une panoplie de succès des années 1950 et 1960 francisés au rappel. Ça donne des moments rassembleurs, c’est le moins qu’on puisse dire. Surtout quand ses musiciens et lui arborent les vestes à paillettes coordonnées, comme un boys band vintage (nommé Les Majestiques, selon l’étiquette au dos des vestes).

Un troisième spectacle en lien avec Patrice Michaud sera donné lundi soir, alors que des dizaines d’artistes gaspésiens et québécois (adultes, cette fois-ci) viendront lui rendre hommage en interprétant à leur façon les chansons de l’auteur-compositeur-interprète.

Ce sont là quelques-uns des très beaux moments uniques qu’on peut vivre ici dans ce tout petit village gaspésien de moins de 150 habitants. Un village par ailleurs très résilient. On se rappelle qu’à l’été 2017, leur magnifique salle de spectacle, le Théâtre de la Vieille Forge, avait pris feu. Les gens se relèvent les manches depuis, pas question de baisser les bras. Le directeur du festival, Alan Côté, nous confiait que Petite-Vallée visait une reconstruction de la salle pour 2021.

En attendant, le festival n’a pas laissé passer une seule édition, tenant ses spectacles dans un chapiteau érigé sur le site de la défunte salle, en bord de mer.

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, est venue annoncer samedi une nouvelle aide supplémentaire de 150 000 $ sur deux ans à Petite-Vallée pour la période de transition nécessaire.

À plus court terme, l’édition 2019 se poursuit jusqu’à samedi, il reste encore beaucoup de beaux spectacles à voir, Marc Hervieux, Michel Rivard, Lydia Képinski, Elisapie, David Marin, Salomé Leclerc et plusieurs autres artistes seront sur scène à Petite et Grande Vallée ces prochains jours.

Événements à venir

Vos commentaires