Rock et Belles Oreilles
Critique Publié le

Festival Juste Pour Rire 2015 | Rock et Belles Oreilles au Centre Bell

Une surprise n’attendait pas l’autre ce vendredi au Centre Bell alors que Rock et Belles Oreilles était de retour sur scène avec son spectacle The Tounes. En plus des chansons bien connues du public, le groupe humoristique a ressorti ses plus beaux costumes pour faire revivre ses personnages les plus populaires dans des sketchs actualisés. Un spectacle complet et divertissant, aussi nostalgique qu’actuel.


Le public du Centre Bell était heureux de retrouver Rock et Belles Oreilles sur scène alors qu’il chantait la majorité des chansons avec le groupe, entre autres I want to pogne, Le feu sauvage de l’amour et Bonjour la police qui ont fait lever la foule dans une ambiance plus que festive, rehaussée d’ailleurs par les Porn Flakes qui accompagnaient les humoristes.

 

RBO toujours d’actualité

Quelques succès, comme La chanson de RBO ont plutôt été réécrits. On est donc passé par la France, la Corée du Nord, la Grèce, le Plateau Mont-Royal et d’autres endroits qui font les manchettes dans Le tour du monde et Stephen Harper, Obama, Justin Trudeau, La Commission Charbonneau et les Bixis ont eu leur chanson dans un excellent medley des Bidules.  Denis Coderre, Joël Legendre, Julie Snyder et Pierre-Karl Péladeau y sont tous passés aussi, comme promis : RBO s’est payé la traite et l’a payé à tout le monde.

Les humoristes ont donc bien réussi le mandant qu’ils s’étaient donné d’actualiser leurs chansons, mais ils ont surtout recréés de façon habile des sketchs bien connus des fans. Un segment Tout le Monde en Parle avec Ringo Rinfret ou Les 2 bitches qui insultent une liste de personnalités québécoises n’en sont que quelques exemples. Les capsules vidéos projetées sur les écrans géants servaient judicieusement de transitions ou de présentations, un très bon flash qui a permis au public de retrouver ce que RBO faisait à la télévision.

Du chef Groleau qui fait un gâteau de fête répugnant et le fait manger au gagnant d’un concours à la famille Slomo dans le public au retour de l’entracte qui saluent (et insultent) le gratin québécois présent en lançant du popcorn au responsable de la sécurité, RBO a aussi réussi à faire revivre des personnages qui semblent avoir bien vieilli et à connecter avec ses fans. Il fallait entendre le public hurler le « Ce tu wla, gwassideurw » de Wayne Gretzky ou le « Biiiip » d’une reprise d’un sketch de La ville de Montréal pour comprendre à quel point RBO est toujours aussi populaire.

Rock-et-Belles-Oreilles-13

Des invités du passé

Le groupe popularisé dans les années 80 promettait de ne pas tomber dans la nostalgie, chose pourtant inévitable avec par exemple les projections de numéros originaux en arrière-scène, c’est finalement bien dosé. Le public a vécu un moment touchant d’ailleurs, alors que Mitsou y est allé d’un petit hommage à Chantal Francke, après une apparition vidéo de Mulot. Présente dans les gradins, l’ancienne membre de RBO s’est finalement levée pour être ovationnée pendant plusieurs minutes.

Richard Z. Sirois est aussi venu faire son tour sur scène le temps d’un solo de guitare pendant Le feu sauvage de l’amour et plus tard en tant qu’animateur d’un jeu-questionnaire des pires chansons de RBO, incluant entre autres La chanson de Passe-Partout, Gros twit gros tas et Je chante le blues.

Le spectacle The Tounes a donc permis aux fans de replonger dans l’univers de RBO sans se noyer dans la nostalgie. Deux heures chargées pendant lesquelles s’enchaînent sketchs, vidéos, projections et chansons très bien pris en charge par André Ducharme, Guy A. Lepage, Bruno Landry et Yves P. Pelletier, qui n’ont visiblement rien perdu de leur plaisir sur scène, leur complicité et leur capacité à faire rire un public en faisant les imbéciles.

Vos commentaires