Fouki
Critique Publié le

Fouki et le reste de la Fourmilière au Club Soda | Dans le monde des fourmis

Rarement un collectif rap québécois aura-t-il connu une si rapide ascension que La Fourmilière, un rassemblement d’artistes et amis qui, après seulement une poignée de mois sous les projecteurs, ont réussi à entasser près de 700 personnes au Club Soda ce samedi.

Mais qu’est-ce donc que la Fourmilière, me demanderez-vous. Selon la légende, c’est une grosse gang de chums qui se sont rencontrés à force de chiller au parc Lafontaine et qui aujourd’hui forment 4 ou 5 entités distinctes (Fouki+Quiet Mike, LaF, L’Amalgame, Canevas Crew, Kirouac) regroupées dans une même grande famille nommée la Fourmilière.

La hiérarchie qui régit le collectif n’est pas claire, et pas importante à vrai dire, tout ce qu’il y a à savoir c’est qu’il y a du monde à plein dans ses rangs.

C’est d’ailleurs un constat qu’a fait un des membres du Canevas Crew hier après avoir pris le temps de présenter quelques-uns de ses confrères : « Bon on fera pas ça pour tout le monde crisse, on est 26 dans Fourmilière! »

Le plus fascinant, c’est que tous ses groupes, si nouveaux soient-ils, ont déjà une identité qui leur est propre, et le public semble en connaître tous les codes.

Ils ont un look reconnaissable (cheveux longs, vêtements vintage et un combo assez audacieux de pilosité faciale, genre moustache+goatee) que beaucoup d’autres dans la foule ont déjà adopté.

Mais plus important, ils ont leur propre lexique : zay, gayé et une panoplie d’autres néologismes qui, pour le non-initié, sont incompréhensibles. Mais pour leur public, c’est un cri d’appartenance.

Dur de ne pas faire la parallèle avec les débuts d’Alaclair Ensemble, lorsque toute une partie de la jeune population s’était mise à parler de minces, de pichassons et de pichassines, devant les regards perplexes de tous ceux qui ne suivaient pas la scène hip-hop émergente à l’époque.

En tout cas, on ne veut pas mettre la charrue devant les bœufs, mais ça se pourrait qu’on ait assisté hier à un début de phénomène. Surtout qu’on y apprenait que Fouki, la tête d’affiche du collectif, vient de signer avec 7ième Ciel, label mythique du rap québ’.

Mais bref, passons en revue rapide chacune des prestations.

 

FOUKI

Deux notes à peine ont sonné et on comprend déjà pourquoi Fouki est la figure de proue de la Fourmilière. La qualité des beats de Quiet Mike n’a rien à envier à ceux de producers déjà bien établis.

Mention aussi à Charlie $hulz pour avoir produit l’instru de la pièce habilement titrée Charlie $hulz, un des gros beats de la soirée.

C’est d’ailleurs sur cette pièce qu’on voit que Fouki est déjà mentalement prêt à remplacer la vieille garde. Il lance une assez solide pointe à Maybe Watson et Ogden en scandant « J’ai mon beat avec Charlie $hulz, fuck ton clip avec eeeee », en référence à la chanson Clip avec Baz de Rednext Level.

Donc y’a ça : des bons beats, beaucoup d’attitude, et on ajoute une très forte présence scénique.

Parti pour la gloire, le kid.

LaF

Grosse surprise de la soirée : semble-t-il que les membres de la Fourmilière mettent un peu de côté le trap, un son désormais énormément mainstream, au profit d’un retour vers un son plus organique, genre celui du rap des années 90 et même du rap français de jadis.

Et de tous les groupes qui ont paradé hier, c’est LaF qui représente le mieux cette mouvance. Donc moins de grosses basses, plus de sonorités jazzy.

Résultat : bonne vibes.

Point bonus pour avoir fait un lancer du bouquet.

L’Amalgame, Canevas Crew et Kirouac

Bon, comme faire une critique exhaustive de chacune des personnes qui est montée sur scène hier revient quasiment à faire une critique du line-up complet d’Osheaga, on va faire un condensé des points forts des trois groupes qui s’occupaient d’ouvrir la soirée :

  • Kirouac est déguisé en poulet.
  • Izno, un tiers des rappeurs du Canevas Crew, est clairement né pour animer une foule.
  • Izno n’est par contre pas né pour jouer du drum. On salue quand même l’effort mis dans le pire solo de snare de l’histoire.
  • John Ouain, membre de L’Amalgame, est genre un frère éloigné de Post Malone. Y’est identique. C’est troublant.
  • Kirouac est un poulet.
  • Shout out au gars qui est monté sur scène faire des backflips pendant la prestation de Canevas Crew.
  • Merci à L’Amalgame pour la meilleure phrase de hype man qu’on ait entendu : « Y’a tu du monde icitte à soir qui pense que la Terre est plaaaate!? »
  • Merci aussi à L’Amalgame pour leur remix d’une instru de Skepta.
  • Kirouac est une très grande volaille.

<h3Écoutes en vrac pour comprendre où s’en va le rap québécois :

Vos commentaires